LES BLOGUES
30/08/2018 14:29 EDT | Actualisé 30/08/2018 14:36 EDT

Migrations: le défi est mondial

L'Agence pour les réfugiés des Nations Unies estime que l'on compte 66 millions de personnes déplacées à travers le monde: le nombre le plus élevé jamais connu.

Le Bangladesh a dû faire face à une arrivée massive de réfugiés Rohingyas. Le plus grand camp de réfugiés du monde s'y trouve désormais, un demi-million de personnes.
Mohammad Ponir Hossain / Reuters
Le Bangladesh a dû faire face à une arrivée massive de réfugiés Rohingyas. Le plus grand camp de réfugiés du monde s'y trouve désormais, un demi-million de personnes.

La question migratoire est devenue un enjeu majeur dans de nombreux pays. Que ce soit en Europe ou en Amérique du Nord. Sans oublier l'Asie ou le Moyen-Orient. L'arrivée massive de migrants d'Afrique divise l'Union européenne. L'accueil fait par l'Allemagne au million et demi de réfugiés venant de Syrie et des environs a mis en péril la survie politique de la chancelière allemande Angela Merkel.

Chez notre voisin du sud, des politiciens se servent de l'immigration pour des fins démagogiques. En Hongrie et en Pologne, on évoque la «protection de la civilisation chrétienne» contre les «hordes» de musulmans pour refuser l'accueil de réfugiés. On se croirait revenu au temps où l'Empire ottoman menaçait Vienne! En Autriche et en Italie, les gouvernements ont été composés en fonction d'idées anti-immigration.

Ailleurs, c'est le Bangladesh qui a dû faire face à une arrivée massive de réfugiés Rohingyas. Le plus grand camp de réfugiés du monde s'y trouve désormais (un demi-million de personnes). Le Mexique sert d'escale aux migrants d'Amérique centrale et même d'Haïti, porteurs de l'espoir de traverser aux États-Unis. Sans oublier la Turquie, le Liban ou la Jordanie qui abritent des millions de Syriens.

Des millions de personnes déplacées

Au total, l'Agence pour les réfugiés des Nations Unies (HCR) estime que l'on compte actuellement 66 millions de réfugiés ou de personnes déplacées à travers le monde. Il s'agit du nombre le plus élevé jamais connu. Les raisons sont nombreuses: guerres au Moyen-Orient, violence et criminalité en Amérique centrale, pauvreté en Afrique, actions génocidaires en Birmanie, etc. La crise la plus récente voit deux millions de Vénézuéliens quitter leur patrie pour trouver refuge chez les pays limitrophes et même jusqu'au Chili.

Les changements climatiques provoqueront sécheresses et inondations, qui pousseront des populations à quitter leurs pays en quête de vie meilleure ou pour survivre.

Et malheureusement, ces statistiques ne feront qu'augmenter. Pas nécessairement parce que les conflits vont se multiplier, quoique, mais notamment parce que les changements climatiques provoqueront sécheresses et inondations, qui pousseront les populations touchées à quitter leurs pays en quête de vie meilleure ou pour simplement pour survivre.

L'ONU dans un rapport récent évoque que 800 millions de citoyens en Asie (Pakistan et Inde, en particulier) seront affectés négativement par les hausses de température. Ces pays ne sont évidemment pas équipés pour y faire face. Le manque de pluie nuit aux récoltes en Amérique centrale, poussant les paysans vers le nord. Il n'est sans doute pas à la veille de se résorber. La désertification en Afrique non plus. On peut prévoir que l'accès de plus en plus difficile à l'eau potable déstabilisera encore plus le Moyen-Orient, avec sa population en constante augmentation. L'Iran vit déjà ce problème. L'Égypte et ses 100 millions d'habitants ne comptent que sur le Nil.

Chercher des solutions au mouvement migratoire

Pour rassurer un certain électorat inquiet, les dirigeants occidentaux cherchent des solutions. Ainsi l'Union européenne essaye d'endiguer le mouvement migratoire en provenance d'Afrique par de l'aide financière aux pays d'origine ou de transit, comme c'est le cas au Niger. Avec un certain succès, semble-t-il.

Bruxelles aide la Libye à retourner les migrants qui s'y trouvent dans leur pays. Le président Trump martèle l'idée de son mur avec le Mexique et renforce le rôle des services frontaliers, quitte à séparer les enfants de leurs parents. Le Canada tente de convaincre les communautés haïtiennes ou centrales américaines aux États-Unis que de venir illégalement au pays ne se concrétise pas obligatoirement par l'obtention du statut de réfugié. On note une certaine diminution des arrivées sur les côtes européennes, à la frontière mexicaine et aussi au Canada. Mais pour combien de temps?

Il est illusoire de croire que les pays les plus riches pourront stopper complètement le flot de migrants frappant à leur porte.

Avec les problèmes liés au climat, à la présence de dirigeants incompétents qui s'accrochent au pouvoir comme au Vénézuéla, au Nicaragua, de sanglants conflits régionaux et du désespoir d'une jeunesse africaine ou maghrébine qui préfère prendre le risque de perdre la vie en traversant la Méditerranée que de mourir à petit feu chez elle, il est illusoire de croire que les pays les plus riches pourront stopper complètement le flot de migrants frappant à leur porte.

Face à ce constat, les gouvernements occidentaux n'auront finalement pas d'autres choix que d'accueillir davantage de migrants, choisis ou pas. Et de favoriser leur intégration. Il est statistiquement illusoire, malgré ce qu'en disent des dirigeants ou des candidats politiques de droite, de faire comme si de rien n'était et de croire qu'ils pourront empêcher les migrants économiques et les opprimés de vouloir améliorer leur sort en venant chez nous, légalement ou pas.

La solution serait, bien sûr, pour la communauté internationale, d'agir de manière concertée pour protéger l'environnement, pour trouver des solutions aux crises régionales et de travailler à l'amélioration économique des pays les plus pauvres. Malheureusement, il semble que cela ne soit plus envisageable pour l'instant avec certains de nos leaders, la montée des nationalismes et l'impuissance des nations à s'unir dans un monde de plus en plus éclaté.

Ce n'est pas avec des projets à courte vue, visant à compliquer l'arrivée de migrants ou leur intégration, que l'on règlera ce défi.

Ce n'est pas avec des projets à courte vue, visant à compliquer l'arrivée de migrants ou leur intégration, que l'on règlera ce défi. On ne fait que repousser l'inévitable. Il faut une stratégie internationale allant au-delà des slogans ou de promesses irréalisables. Il n'y a pas d'autre choix.

À LIRE AUSSI:

» Homosexualité: considérons l'ensemble de la réponse du Pape François
» Démission de Nicolas Hulot: ne plus se mentir
» Première rentrée de vos enfants: comment la vivez-vous?