LES BLOGUES
06/09/2018 11:48 EDT | Actualisé 06/09/2018 11:50 EDT

L’auto-apaisement pour inculquer la discipline à son enfant

Cette technique a longtemps été présentée comme une alternative puissante aux punitions et à la mise au coin.

Cette approche encourage les enfants à se calmer seuls.
Nazar Abbas Photography via Getty Images
Cette approche encourage les enfants à se calmer seuls.

On le sait: la mise au coin, la fessée ou les menaces contre nos enfants ne marchent que rarement sur le long terme. Vous pouvez avoir des résultats à court terme, mais cela ne modifie pas nécessairement le comportement de votre enfant. Et si l'auto-apaisement pouvait être une technique de discipline efficace pour votre enfant?

Cette technique a longtemps été présentée comme une alternative puissante aux punitions et à la mise au coin. Cette approche encourage les enfants à se calmer seuls.

Cette approche repose sur l'argument selon lequel votre enfant apprend plus d'interactions positives que des interactions négatives.

La technique d'auto-apaisement, connue sous le nom «time-in», implique de proposer un espace de retour au calme à votre enfant. Cette approche repose sur l'argument selon lequel votre enfant apprend plus d'interactions positives que des interactions négatives. En d'autres termes, l'approche suggère que lorsque vous isolez votre enfant ou utilisez des approches punitives sévères, le comportement que vous tentez de modifier risque de rester inchangé.

Cette approche peut aider votre enfant à retrouver le calme tout seul, car elle aide à réduire le stress et l'anxiété en plus de contribuer à réduire les comportements inappropriés de votre enfant. Voici quelques conseils pour adopter cette technique avec votre enfant.

1- Aidez votre enfant à créer un espace de retour au calme

Un espace de retour au calme est un endroit dédié à votre enfant, où il peut aller s'il a besoin de s'apaiser. Il s'agit d'un espace confortable – avec des oreillers, des livres, des puzzles, des dessins – dans lequel votre enfant peut à la fois se distraire et se calmer.

C'est lui qui décide combien de temps il restera dans cet espace. En d'autres termes, il n'y a aucun délai précis à déterminer. Une fois calme, il peut quitter son espace.

2- Aidez votre enfant à s'exprimer sur ce qui se passe vraiment

La meilleure façon de réduire un «mauvais comportement» est d'en parler. Lorsque votre enfant est calme, parlez-lui pour savoir ce qui a déclenché son comportement. Demandez-lui de trouver des moyens alternatifs pour exprimer ses émotions.

Par exemple, vous pouvez lui dire: «Qu'est-ce que tu peux faire la prochaine fois que tu es fâché?» ou «Je vais te donner une feuille et tu vas dessiner comment tu peux réagir la prochaine fois».

N'oubliez pas qu'aider votre enfant à identifier ses émotions est le premier pas pour réduire son «mauvais comportement».

3- Créer votre propre espace de retour au calme

Il n'y a aucune garantie que cette approche va fonctionner pour votre enfant, l'approche d'auto-apaisement n'étant pas un remède miracle. Vous pouvez décider de l'envoyer à son espace de retour au calme, mais rien ne garantit qu'il aura envie d'y aller ou même d'y rester.

Lorsque vous réagissez au comportement de votre enfant avec colère, vous risquez, tous les deux, d'être encore plus énervés.

En outre, l'envoyer à cet espace ne veut pas dire qu'il retrouvera le calme ou que sa mauvaise conduite diminuera. Toutefois, lorsque vous réagissez au comportement de votre enfant avec colère, vous risquez, tous les deux, d'être encore plus énervés.

En de telles occasions, votre propre espace de retour au calme peut vous aider à vous calmer avant de vous adresser à votre enfant.

4- Se rapprocher sur le plan physique

Il est important que votre enfant sache que le fait de le discipliner ne signifie pas que vous l'aimez moins.

Le toucher est thérapeutique, mais vous n'êtes pas obligé de lui faire un câlin quand il démontre un mauvais comportement. Même le fait de toucher son bras ou lui tenir les mains avant de l'envoyer à son espace de retour au calme contribue à établir un lien sur le plan physique.

5- Se rapprocher sur le plan émotionnel

Les émotions sont souvent à l'origine du comportement de votre enfant. Si votre fille se sent seule (triste, peur, etc.) à l'école parce qu'elle n'a pas d'amis, elle peut «piquer une crise» chaque matin, car elle ne veut pas aller à l'école.

Si votre fils a peur de perdre ses parents après un décès dans la famille, les couchers peuvent devenir interminables. Quand nous comprenons le lien entre les émotions et le comportement, il devient plus facile de se rapprocher sur le plan émotionnel et de redéfinir notre perception de la «mauvaise conduite». Pratiquer l'empathie peut aussi donner un bon exemple à votre enfant.

6- Distinguer les «problèmes mineurs» des «problèmes majeurs»

Il y a une différence entre un enfant qui essaie d'attirer votre attention en pleurnichant et un enfant qui revient constamment à un comportement agressif ou dangereux.

Un espace de retour au calme peut fonctionner, mais il ne fonctionnera pas dans toutes les situations ou avec tous les enfants. Si vous utilisez cette technique, mais que le comportement de votre enfant ne change pas, cela pourrait signifier que vous devez modifier votre stratégie de discipline.

Les enfants doivent être conscients qu'il y a des conséquences pour un comportement inacceptable.

Cela commence par être conscient de ce qu'un «comportement inacceptable» signifie pour vous.

Quand l'espace de retour au calme ne parvient pas à réduire le mauvais comportement ou apparaît comme une réponse inappropriée à certains comportements, la «mise au coin intentionnelle» pourrait être une solution, à condition qu'elle soit utilisée de façon appropriée.

Bien que la technique de la mise au coin ait reçu de nombreuses critiques au cours de ces dernières années, le plus grand problème avec cette méthode est qu'elle n'est pas utilisée de la bonne façon. Si vous avez du mal à trouver une approche de discipline efficace, téléchargez mon livre numérique gratuit «La science de la discipline» qui donne quelques astuces pour trouver une stratégie qui fonctionne pour vous et votre enfant.

Ce billet a été initialement publié sur le site parent.co

À LIRE AUSSI:

» Et les services de garde dans tout ça?
» Cégep: d'institution publique à organisation para-privée?
» Rentrée scolaire: nos enfants méritent mieux

À VOIR AUSSI: