Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Tramway: Régis Labeaume déplore un recul du gouvernement

Le maire de Québec a dévoilé l'état des négociations avec Québec.
Le maire de la Ville de Québec, Régis Labeaume. (photo d'archives)
Le maire de la Ville de Québec, Régis Labeaume. (photo d'archives)

Le maire de la Ville de Québec, Régis Labeaume, a dévoilé lundi qu’une entente était survenue en décembre avec le gouvernement Legault sur le tracé du tramway, mais que celui-ci l’a retirée au retour des Fêtes.

Le nouveau tracé proposé par le gouvernement allait charcuter la moitié du tracé du tramway, a affirmé le maire en conférence de presse. La portion enlevée était censée desservir entre autres les quartiers de Limoilou et Charlesbourg.

Le gouvernement soumettrait quatre nouvelles propositions à la Ville de Québec. Le maire Labeaume avance qu’il faudrait ajouter deux ans de plus au projet, ce qu’il ne peut accepter à ce point-ci.

M. Labeaume dit qu’il est toujours ouvert et prêt à travailler avec le gouvernement, mais qu’il se devait de dévoiler publiquement l’état des négociations avec celui-ci.

EN VIDÉO: Labeaume fait le point sur les négociations avec le gouvernement


Plus tôt lundi, le ministre des Transports, François Bonnardel, a mentionné que son gouvernement allait soumettre une nouvelle proposition à la Ville de Québec concernant le réseau structurant et la desserte pour les banlieues. Il a rappelé qu’il croyait toujours que le tramway était le bon mode de transport, lors de l’événement annuel de Trajectoire Québec.

La semaine dernière, le premier ministre François Legault avait avancé que son gouvernement présenterait son propre tracé pour le tramway.

La Ville de Québec assure vouloir poursuivre le travail, mais autour «des propositions déjà discutées». Elle ajoute qu’elle souhaite «une avenue qui ne retarderait pas le projet, qui permettrait de lancer l’appel de propositions et de travailler avec les consortiums qualifiés invités».

Traitement différent pour le REM

Dans un long communiqué publié en milieu d’après-midi, la Ville de Québec a réitéré ce qu’elle considère un «deux poids, deux mesures» entre le Réseau express métropolitain (REM) dans le Grand Montréal et le Réseau structurant de transport en commun (RSTC) pour Québec et sa ceinture.

«On reproche à la Ville [de Québec] d’avoir révisé son projet alors que nous l’avons fait pour respecter le budget. Pour le REM, les ajouts budgétaires sont en majorité financés par le gouvernement du Québec. Avec un effort équivalent de leur part à Québec, nous n’en serions pas à requestionner le projet de RSTC», a déclaré le maire de Québec, Régis Labeaume.

Tentant de respecter le budget de 3,3 milliards $, M. Labeaume critique le gouvernement provincial pour ne pas avoir voulu un réajustement budgétaire étant donné l’évolution du projet.

La Ville de Québec donne en comparaison les réajustements du REM. L’enveloppe de la première phase du projet est passée de 5,5 milliards $ à 7,5 milliards $. Selon le communiqué de la Ville, la majorité de cette augmentation du budget viendra des poches du gouvernement du Québec.

«Si le budget du projet de tramway et son réseau avait été augmenté dans la même proportion, soit 36 %, c’est 4,5 milliards de dollars dont il pourrait disposer, soit 1,2 milliard de dollars de plus pour ajuster son projet», estime la Ville de Québec.

À VOIR ÉGALEMENT:

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.