Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Vous souhaitez télétravailler depuis l'étranger? Voici vos droits

La Barbade vous fait de l'oeil en cette période de pandémie? Minute!

Vous vous voyez déjà télétravailler de la Barbade, alors que les restrictions se resserrent chez nous, - île située dans les Caraïbes qui propose un visa d’une année à ces fins? Pas si vite! Si la tentation est grande pour nombre d’entre nous de filer vers le sud, les pieds dans le sable fin, ce n’est pas vous qui allez avoir le mot final si vous faites partie d’une compagnie. Comment procéder?

Le HuffPost Québec a interviewé l’avocate Marianne Plamondon, spécialisée en droit de l’emploi et du travail au cabinet Langlois Avocats à Montréal.

Selon un sondage réalisé par l’Ordre des conseillés en ressources humaines agréés (CHRA) et publié au mois de juin 2020, au Québec, 59,9 % des employés d’entreprises de plus de 500 employés travaillent désormais à distance. Pour les entreprises de 100 à 499 employés, ce chiffre atteint 86,7 %. Au total, sur les 450 entreprises sondées, ce sont 67,1 % des travailleurs qui opèrent à partir de chez eux.

Comment les employeurs doivent-ils réagir à la tendance du télétravail à l’étranger?

«Les employeurs doivent dès maintenant adopter des règles claires à l’égard de cette nouvelle tendance. Les employés devraient, par voie d’une politique d’entreprise adoptée par l’employeur, se voir obliger de dénoncer au préalable et obtenir l’autorisation expresse écrite de quitter à l’étranger pour travailler avec les modalités de cette approbation.»

Les employés peuvent-ils partir travailler de l’étranger sans prendre de vacances ?

«Dans la mesure où leur performance au travail ne sera aucunement impactée et qu’ils feront preuve de la même disponibilité, cela est possible, mais il vaut mieux obtenir l’approbation de son employeur au préalable de façon à éviter de se mettre les pieds dans les plats. »

Les employeurs ont-ils le droit de refuser que leurs employés partent travailler depuis l’étranger alors qu’ils sont déjà en télétravail?

«Tout à fait, l’employeur peut exiger que l’employé demeure à distance raisonnable du lieu de travail de façon à pouvoir se présenter lorsque requis au travail, malgré la pandémie. Le télétravail n’est pas un droit, mais un privilège. C’est l’employeur qui a le dernier mot à savoir si le télétravail est possible à l’égard d’un poste de travail.»

Comment les employeurs peuvent-ils assurer la productivité de leurs employés depuis un autre pays ?

«Cela peut comporter certains défis. Maintenant, les emplois dont la performance est évaluée par résultat ou par objectif se prêtent beaucoup mieux au travail à distance.»

Comment peuvent-ils réglementer cette pratique ?

«L’adoption d’une politique par l’employeur est à privilégier pour s’assurer que les employés soient bien informés sur les attentes et les règles entourant le télétravail. Maintenant que le télétravail est davantage généralisé, l’employeur devrait avoir une solide politique pour définir les rôles et les obligations de chacun.»

Quels sont les droits des employés en matière de télétravail depuis l’étranger ?

«Il n’y a pas de droit au télétravail en tant que tel, les seuls droits sont ceux inhérents à toute relation d’emploi.»

Y-a-t-il des secteurs pour lesquels il est plus facile d’implanter ces pratiques ?

«Tous les milieux professionnels, pour lesquels le travail est accompli de façon autonome et la performance est facile à mesurer, sont plus favorables à l’implantation d’une politique de télétravail incluant la possibilité de travailler de l’étranger.»

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.