POLITIQUE
13/05/2020 13:31 EDT | Actualisé 13/05/2020 15:49 EDT

COVID-19: François Legault s'occupera personnellement du dossier des tests de dépistage

Les autorités n'effectuent pas encore 14 000 tests de dépistage par jour.

Jacques Boissinot/La Presse canadienne
Pour une deuxième journée de suite, Danielle McCann, Horacio Arruda et François Legault sont arrivés à la conférence de presse en portant un masque, mercredi. 

François Legault espère que les autorités pourront bientôt effectuer les 14 000 tests de dépistage de la COVID-19 par jour promis par son gouvernement, a-t-il déclaré mercredi lors de sa conférence de presse quotidienne.

Environ une semaine après avoir fait cette promesse, le total des tests de dépistage quotidien varie entre 9000 et 10 000, a-t-il affirmé.

«Je n’accepte pas ça. Je ne suis pas content. Je l’ai dit aux personnes concernées. J’espère que dans les prochains jours on va être capable d’augmenter à 14 000 tests», a mentionné M. Legault.

«Je travaille personnellement sur ce dossier», a-t-il souligné.

Le premier ministre a indiqué que son gouvernement a comme défi de mieux organiser les façons de faire pour les tests et de mieux informer la population du fait que les tests à grande échelle sont disponibles.

Actuellement, le Québec réussit à effectuer 43 000 tests par million d’habitants, a avancé M. Legault.

La capacité d’effectuer des tests de dépistage à grande échelle est l’une des conditions de l’OMS pour aller de l’avant avec le déconfinement.

EN VIDÉO: la conférence de presse du gouvernement


Comme il l’a fait mardi, le premier ministre a demandé à nouveau aux Québécois de faire du port du masque une nouvelle habitude. Il a rappelé que si une grande majorité de personnes porte un masque en public, cela aidera «à retrouver une vie plus normale».

«Je suis convaincu que les Québécois sont capables de s’adapter, de penser aux autres et de reprendre le contrôle de la contagion», a-t-il écrit sur Facebook.

Il a réitéré que le port du masque n’a pas été rendu obligatoire puisque le gouvernement ne peut pas en rendre suffisamment disponible pour la population. Entouré du Dr Horacio Arruda, directeur national de la santé publique, et de Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux, M. Legault a indiqué que le Québec aurait besoin de plusieurs dizaines de millions de masques afin de les rendre obligatoires. 

Il a notamment cité le cas du métro de Montréal, où habituellement 500 000 personnes s’y retrouvent quotidiennement. Il serait impossible pour l’instant de leur en fournir. Il a ajouté que le gouvernement était en discussion avec des compagnies québécoises pour la fabrication de dizaines de millions de masques, mais que cela prendra plusieurs semaines. Il n’a pas «osé donner de date» au sujet de leur disponibilité.

Le bilan présenté mercredi à 13h:

  • 3220 décès (+89)
  • 39 931 personnes infectées (+706)
  • 1876 personnes hospitalisées (+35)
  • 194 personnes aux soins intensifs (+8)

Afin de pallier au manque de masque actuellement, il a invité les Québécois à s’en fabriquer eux-mêmes.

De plus, une raison légale empêcherait actuellement de rendre obligatoire le port du masque, car le Québec n’est pas en mesure de fournir à tous ses citoyens des masques sécuritaires.

L’éclaircie n’est pas pour demain dans les résidences

Mercredi, on comptait au Québec 5139 personnes âgées vivant en résidence et infectées par le virus souvent mortel.

Les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) demeurent l’endroit de prédilection où le virus aime se répandre, avec plus de la moitié (2949) des cas recensés.

Les autres personnes âgées malades se retrouvent dans les résidences privées (1162), les ressources intermédiaires (854) et autres résidences du même genre (174).

Ces chiffres ont été fournis par le premier ministre François Legault, mercredi, en conférence de presse. Il en a profité pour déplorer les difficultés qu’il rencontre à obtenir du réseau toutes les données qu’il cherche à obtenir.

Par exemple, il a dit ne pas être en mesure d’indiquer combien de CHSLD présentent un pourcentage élevé de cas confirmés.

“Moi, j’aimerais ça l’avoir l’information”, a dit le premier ministre, qui l’attendait toujours, mercredi, en insistant devant les journalistes pour dire qu’il n’avait rien à cacher.

On a quand même appris que, malgré toutes les mesures prises depuis un mois, le Québec compte actuellement 332 résidences pour aînés (dont le tiers sont des CHSLD) abritant au moins une personne âgée atteinte du virus.

En parallèle, le premier ministre a renouvelé sa confiance envers sa ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais.

“La situation est toujours difficile, mais elle évolue un peu”, a déclaré pour sa part la ministre de la Santé, Danielle McCann, qui cherchait à se montrer optimiste, en dépit des chiffres exposés.

Elle a observé que le nombre de CHSLD dits “rouges”, donc affichant au moins 25 pour cent de bénéficiaires infectés, avait tendance à diminuer, même si le nombre total de résidences infectées, lui, augmentait toujours.

Avec La Presse canadienne.

À VOIR ÉGALEMENT: