Lesley Chesterman met du vin rouge dans son pâté chinois et ça ne passe pas

L'une des gourmandes chouchous du Québec a osé changer la recette traditionnelle.

Un petit mercredi soir de confinement. Un pâté chinois modifié. Un tweet. La critique culinaire et autrice Lesley Chesterman ne se doutait pas que c’était la recette parfaite pour soulever les passions au Québec.

Comme elle le fait régulièrement, Lesley a eu l’idée de réinventer un plat. L’affaire, c’est que cette fois-ci, elle se lançait dans la réinterprétation d’un classique de chez nous, le pâté chinois. Pour le rendre plus gastronomique, elle y a ajouté du vin rouge, du maïs en crème maison et du porcini, au grand désarroi de plusieurs internautes et de son conjoint, le spécialiste du vin et chroniqueur au Devoir, Jean Aubry.

Sur Twitter, elle a écrit : «Essayez, juste ESSAYEZ de faire un pâté chinois quand vous êtes une Québécoise anglophone. J’ai mis un peu de vin dans le boeuf haché et mon conjoint français-canadien a dit : “Ma belle, y’a pas d’vin dans un pâté chinois“. J’imagine que je ne devrais pas lui parler du porcini.»

Certains ont affirmé qu’il s’agissait d’un «sacrilège», plaidant que le pâté chinois n’est composé que de «steak, blé d’Inde, patates», comme nous le rappelait sans cesse Thérèse dans la Petite Vie.

Même l’actrice Danièle Lorain s’en est mêlée :

«Oh, Lesley, c’est hérétique!»

«Vous pouvez mettre ce que vous voulez dedans, mais ne l’appelez pas un pâté chinois.»

«Ça doit être illégal»

«Vous ne pouvez pas raffiner un pâté chinois. Vous devez le laisser le plus accessible possible.»

Ce à quoi Lesley a répondu : «si vous pouvez mettre du homard sur la poutine, vous pouvez mettre du vin dans le pâté chinois».

Elle a surenchéri en partageant un cliché de sa création «épique» et fait savoir sur Instagram que la recette serait probablement dans son prochain livre.

Le pâté chinois de Lesley Chesterman semble délicieux, non?
Le pâté chinois de Lesley Chesterman semble délicieux, non?

Certaines personnes ont cependant applaudi l’ajout de vin, affirmant que tout est meilleur avec le jus de la treille.

D’autres ont même avoué y incorporer des champignons, des oignons, des pois, de l’agneau, du sirop d’érable, des aubergines, des pommes de terres bleues et même de la sauce tomate.

Devant cette vague de réactions, Lesley Chesterman a suggéré à la blague une table ronde d’une heure complète à l’émission de radio de Pénélope McQuade sur ICI Première pour démystifier l’obsession des Québécois pour la recette ultra simplifiée.

Maintenant, on ne voudrait surtout pas repartir un débat, mais... Steak-blé d’inde-patates... ketchup?

10 excellents vins rouges pour toutes les occasions