Anna Wintour défend la couverture critiquée de «Vogue» avec Kamala Harris

La rédactrice en chef de longue date a déclaré qu'elle n'avait pas l'intention de «diminuer l'importance de l'incroyable victoire de la vice-présidente élue» en choisissant une image moins formelle.

Anna Wintour se défend d’avoir trompé l’équipe de Kamala Harris en sélectionnant une photo décontractée et peu formelle (et fortement critiquée) de la vice-présidente élue pour la couverture de Vogue.

Dimanche, deux images distinctes du numéro de février de Vogue ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux, avec les mots «Madame la vice-présidente!» bien visibles sur chacune d’elle. Une photographie montrait Harris vêtue d’un costume bleu poudre sur un fond doré. Dans la seconde, la vice-présidente élue apparaissait devant des tissus roses et verts dans un costume noir décontracté, chaussée de ses baskets Converse Chuck Taylor .

Les deux photos ont été prises par Tyler Mitchell, qui a déjà dans le passé photographié Beyoncé et Zendaya pour le magazine.

Mais lorsque la twittosphère a appris que c’était la deuxième image qui allait devenir la photo de couverture principale de Vogue, le contrecoup n’a pas tardé. On l’a décrite comme «un gâchis délavé», ou comme une photo «irrespectueuse», étant donné la nature historique de l’élection de Harris en tant que première vice-présidente noire et américaine d’origine asiatique.

L’Associated Press et CNN ont tous deux rapporté que l’équipe de Harris croyait que la vice-présidente élue apparaîtrait dans le costume bleu poudre sur la couverture, et qu’elle se sentait par conséquent «trompée» par l’échange de dernière minute.

Mitchell n’a pas commenté publiquement la controverse, mais il n’a présenté que la photo la plus formelle sur ses pages de médias sociaux.

Anna Wintour, rédactrice en chef de Vogue depuis 1988 et nouvellement nommée directrice du contenu de Condé Nast, a longuement parlé de la couverture dans une interview avec «Sway», un podcast du New York Times . Bien que l’épisode de mardi ait été enregistré avant la controverse, l’animatrice Kara Swisher a lu une déclaration fournie par Vogue dans laquelle Wintour a commenté les critiques dans le cadre du podcast final.

«De toute évidence, nous avons entendu et compris la réaction à la couverture imprimée et je veux juste répéter que notre intention n’était absolument pas de diminuer de quelque manière que ce soit l’importance de l’incroyable victoire de la vice-présidente élue», a ainsi déclaré Wintour dans le communiqué.

«Il n’y avait pas d’accord formel sur le choix de la couverture», a-t-elle poursuivi. «Et lorsque les deux images sont arrivées chez Vogue, nous avons tous senti très, très fortement que le portrait moins formel reflétait vraiment le moment que nous vivions - que nous vivons toujours -, soit celui d’une pandémie effroyable fauchant des vies à chaque minute. Et nous avons eu l’impression que pour refléter ce moment tragique de l’histoire mondiale, une image beaucoup moins formelle, très, très accessible et ancrée dans le réel, reflétait vraiment la marque de la campagne Biden-Harris et tout ce qu’ils tentent de faire, et, j’en suis certaine, réussiront à faire.»

Les sentiments de Wintour faisaient écho à ceux d’une précédente déclaration publiée dimanche par Vogue, dans laquelle la publication défendait le choix de la couverture comme reflétant la «nature authentique et accessible de Harris».

«Pour répondre à la gravité de ce moment de l’histoire et au rôle qu’elle doit jouer pour faire avancer notre pays, nous célébrons les deux images d’elle comme des couvertures numériques», a ajouté le magazine .

Reste à savoir si les commentaires suffiront à réprimer le tollé. Wintour, cependant, a déjà été critiquée pour la qualité de la représentation des Noirs dans les pages de Vogue tout au long de son mandat de plus de 30 ans.

Elle a présenté ses excuses dans une lettre à son personnel qui a été largement diffusée l’année dernière.

«Je sais que Vogue n’a pas trouvé suffisamment de moyens pour élever ou donner de l’espace aux rédacteurs, écrivains, photographes, designers et autres créateurs noirs», écrivait-elle à l’époque. «Nous avons également commis des erreurs en publiant des images ou des histoires blessantes ou intolérantes. Je veux assumer l’entière responsabilité de ces erreurs.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.