LES BLOGUES
04/03/2019 10:19 EST | Actualisé 04/03/2019 10:19 EST

Doit-on voter à la proportionnelle?

Une modification aussi majeure dans la façon d'élire nos gouvernements demande que le peuple soit mis dans le coup.

CP/Jacques Boissinot
J'ai une suggestion simple: inclure une question sur la proportionnelle sur le bulletin de vote lors des prochaines élections générales.

La réforme du mode de scrutin au Québec devrait faire l'objet d'une forme de consultation populaire.

Une modification aussi majeure dans la façon d'élire nos gouvernements demande que le peuple soit mis dans le coup. Le Mouvement démocratie nouvelle (MDN) milite en faveur d'un scrutin proportionnel, soit un système mixte avec compensation régionale.

Cette semaine, la ministre de la Justice, qui est également responsable de la réforme des institutions, Sonia LeBel, a rejeté le recours à un référendum. Selon elle, il existe bien des façons de mesurer l'appui des électeurs soit via les députés, les syndicats(???), les municipalités, etc.

Le gouvernement Legault s'est engagé à présenter un projet de loi sur la nouvelle façon de voter avant le prochain scrutin. Il a donc accordé une enveloppe de 225 000$ sur deux ans au Mouvement démocratie nouvelle pour vendre son projet aux Québécois. On sait que MDN est le véhicule politique de Jean-Pierre Charbonneau, ex-président de l'Assemblée nationale, et de Françoise David.

Jusqu'à tout récemment, seul le parti libéral du Québec s'opposait à l'adoption du mode de scrutin mixte avec compensation régionale. En clair, avec cette proportionnelle le nombre de députés à l'Assemblée nationale demeurerait le même, soit 125, mais 75 d'entre eux seraient toujours choisis au suffrage universel, alors que 50 seraient nommés à partir d'une liste constituée par les partis politiques.

Nous aurions donc deux catégories de députés, les réguliers et les «de liste» ou «désignés». Cette liste constituerait une sorte de repêchage pour les candidats qui se sont présentés, mais qui n'ont pas réussi à se faire élire.

Les tenants de l'élection proportionnelle veulent corriger les distorsions de notre système de votation qui favorise le parti qui s'approche du pouvoir et qui fait le plein de députés. En 1998, par exemple, Lucien Bouchard a été élu majoritaire en recueillant moins de voix que Jean Charest (42 versus 43%).

Au nom d'un certain égalitarisme, il souhaitent que la composition du Parlement colle au résultat des élections.

La proportionnelle est plombée en contrepartie par des vices majeurs.

Elle produit des gouvernements instables qui doivent composer avec des tiers partis . Elle produit des gouvernements de coalition fragiles qui doivent négocier chacune de leurs réformes.

Au Québec, des partis marginaux qui ont fait un bon score au national pourraient se retrouver avec des députés à Québec. Parti vert? Parti des régions? Parti du West Island? Parti de La Meute? ...

Est-ce vraiment ce que l'on souhaite?

Le MDN trouve aberrant qu'aux dernières élections, en 2018, la CAQ ait fait élire 74 députés avec seulement 37% du vote populaire. Qui peut nier que le Québec ait été traversé par une volonté très nette de montrer la porte aux «vieux partis» et de donner la chance à une nouvelle formation d'appliquer son programme? C'est exactement ce qui est arrivé.

Selon une projection faite par Radio-Canada, le parti de François Legault aurait été majoritaire de justesse avec la proportionnelle, trois sièges séparant le gouvernement et l'opposition (64-61).

Tout récemment, la Colombie-Britannique s'est prononcée pour une 3e fois, par voie référendaire, sur un mode de scrutin proportionnel et a mis fin au débat en disant NON.

Les porte-parole du MDN, qui sont appuyés par une cohorte de politicologues, rejettent le recours à un référendum pour trancher la question préférant s'en remettre aux partis politiques. Que craignent donc ces grands démocrates?

Je crois qu'il revient aux citoyens de décider. Les Québécois préfèrent des gouvernements stables, quitte à leur montrer la porte après quatre ans.

J'ai une suggestion simple: inclure une question sur la proportionnelle sur le bulletin de vote lors des prochaines élections générales.

À LIRE AUSSI:

» La démocratie libérale face au populisme

» Les chemins inattendus de l'imagination

» Café... avec ou sans sucre?

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.