LES BLOGUES
11/03/2019 12:38 EDT | Actualisé 11/03/2019 12:39 EDT

Où s'en va la députée Catherine Fournier sans ses skis?

Deux questions se posent: pourquoi Catherine Fournier tient-elle aujourd’hui un discours radicalement différent de ce qu’elle disait il y a trois ans? Et à quel nouveau retournement de veste nous prépare-t-elle?

CP/Jacques Boissinot
De quoi parle Madame Fournier? Un mouvement de plus, une mouvance sans mouvement précis ? Pas clair.

La députée de ma circonscription de Marie-Victorin, Catherine Fournier, vient de quitter le Parti québécois pour siéger comme indépendante et œuvrer à l'émergence d'un mouvement «non partisan» qui regrouperait les électeurs du PQ, de QS, les abstentionnistes, les jeunes, les vieux, tout le monde.

Cela aura été la prétention de pas mal de personnes avant elle, le Conseil de la Souveraineté, Cap sur l'Indépendance, les Organisations unies pour l'indépendance, le Mouvement national des Québécoises et des Québécois, le Réseau de Résistance du Québécois, et j'en oublie sûrement.

Donc, de quoi parle Madame Fournier? Un mouvement de plus, une mouvance sans mouvement précis ? Pas clair.

Il y a plus. La mémoire des médias étant de plus en plus défaillante, je me permets de rappeler les positions passées de Catherine Fournier sur la question nationale québécoise. En 2016, en pleine course à la succession de Pauline Marois, Madame Fournier avait cosigné un texte sur le sujet avec l'ancien ministre des finances péquiste, Nicolas Marceau. Elle y reprenait les idées exprimées par Marceau le 30 mai 2016 de «donner une dernière chance au fédéralisme».

Deux secrétariats auraient été créés par le gouvernement, un «Secrétariat à l'indépendance» et un «Secrétariat au fédéralisme renouvelé». Ce deuxième secrétariat aurait eu la mission de négocier avec Ottawa un nouveau pacte constitutionnel et, au bout de trois ans, la population aurait eu à choisir par voie de référendum entre ce pacte fédéral ou l'indépendance.

Et si la population choisissait le fédéralisme renouvelé, le PQ et Madame Fournier s'engageaient à laisser tomber la souveraineté et à gérer fidèlement ce fédéralisme renouvelé. Bref, le PQ se serait alors rallié au programme autonomiste de la Coalition avenir Québec!

Alors, deux questions se posent: pourquoi Catherine Fournier tient-elle aujourd'hui un discours radicalement différent de ce qu'elle disait il y a trois ans? Et à quel nouveau retournement de veste nous prépare-t-elle?

À LIRE AUSSI:

» Mme la Chiropraticienne et la diabolisation de la médication en santé mentale

» Démolition d'immeubles devant le nouveau campus de l'UdM: l'intérêt public mis à mal dans Parc-Extension

» Élections en Israël: est-ce la fin du régime Netanyahou?

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.