LES BLOGUES
14/02/2019 10:33 EST | Actualisé 14/02/2019 10:33 EST

Ski Québec alpin: un défi de gestion bien avant un bras de fer idéologique

Alors qu’on devrait davantage parler de ski et des performances de nos jeunes athlètes, c’est plutôt d’un débat idéologique dont il a été question, ce qui détonne totalement avec notre raison d’être.

technotr via Getty Images
Le circuit universitaire du Réseau de sport étudiant du Québec (RSEQ) pour les universitaires n'est pas en péril et il ne l'a jamais été.

Au cours des dernières semaines, plusieurs éléments ont été avancés dans les médias et, alors qu'on devrait davantage parler de ski et des performances de nos jeunes athlètes avec une saison qui tire à sa fin, c'est plutôt d'un débat idéologique dont il a été question, ce qui détonne totalement avec notre raison d'être. En ce sens, la direction de Ski Québec alpin (SQA) souhaite faire la lumière sur le dossier des cégépiens, qui précisons-le, sont encadrés par le Rouge et Or de l'Université Laval et les Carabins de l'Université de Montréal.

Premièrement, le circuit universitaire du Réseau de sport étudiant du Québec (RSEQ) pour les universitaires n'est pas en péril et il ne l'a jamais été. Contrairement à ce que veut laisser entendre la dernière campagne initiée par 17 des centaines de familles qui participent à nos circuits FIS, SQA a toujours travaillé en fonction de l'intérêt de tous ces membres, y incluant les universitaires et les cégépiens.

La nouvelle entente présentement en vigueur et la collaboration avec SQA ont pour mission première de voir à la pérennité des circuits pour l'ensemble des athlètes. Aussi, il existe plusieurs circuits au Québec qui répondent aux différents profils de notre clientèle.

La demande du RSEQ au cours des années a toujours été d'assurer l'encadrement, par la Fédération, d'un circuit universitaire pour les équipes universitaires. Il est important de clarifier la genèse de la présence des cégépiens et l'intention clairement exprimée depuis plusieurs années par la Fédération qui est liée aux changements des catégories d'âges à la FIS et la perte soudaine de presque 45% des détenteurs de cartes FIS. Rappelons que notre mandat est de gérer la demande au niveau des circuits «FIS» québécois, dans le but d'assurer la pérennité des divers circuits tout en assurant un calendrier qui prend en considération des éléments du développement à long terme de l'athlète (par exemple: l'entraînement, la compétition et le repos, pour ne nommer que ceux-ci).

L'arrimage et l'organisation des plateaux, des courses, des bénévoles en fonction de ces différents besoins est tout un défi et c'est ce même défi qui a motivé SQA à soutenir l'organisation actuelle des circuits FIS et FISU, notamment par le biais d'une entente avec le RSEQ.

Malgré la connaissance de cette entente et une compréhension de l'impact de l'application de l'exclusivité universitaire, celle-ci ne semble pas avoir été communiquée aux familles et athlètes concernés par le RSEQ, qui était l'interface de SQA lors de la négociation au terme de laquelle les parties avaient convenu que les cégépiens devaient concourir dans le circuit FIS plutôt que dans le circuit FISU. De nombreux échanges avec les responsables du RSEQ à ce sujet au cours des trois dernières années ont été faits. D'ailleurs, l'entente signée par le RSEQ et SQA en fait la preuve. Les représentants de RSEQ ont même admis à quelques reprises dans les médias la semaine dernière, le contenu de cette entente.

C'est à notre grande surprise, voire déception, que nous avons constaté à travers les médias que la communication de cette entente ne semble pas avoir été faite auprès des parents concernés, alors que l'entente a été signée par le RSEQ au cours de l'automne 2018...

Cela dit, personne n'avait été laissé pour contre au Québec. Les cégépiens, tous les cégépiens, disposent d'un calendrier de compétitions à la fois de haut calibre et adapté à leurs besoins. Nous parlons présentement de 17 jeunes, mais il y a au Québec beaucoup plus de skieurs qui étudient au cégep et qui participent aux différents circuits de compétitions incluant les membres des clubs du Québec, les membres de l'Équipe du Québec (tous des étudiants) et les membres des équipes régionales (aussi des étudiants) à même un calendrier qui offre une multitude de courses FIS.

Il est évidemment toujours possible d'améliorer ces circuits puisque les besoins des athlètes évoluent et les programmes se modernisent toujours en fonction des besoins des clientèles. Par exemple, l'ajout de deux nouveaux circuits FIS au cours des dernières années au Québec a fait partie de cette évolution. SQA est d'ailleurs ouverte à discuter des moyens d'améliorer son offre et d'aplanir les difficultés qui peuvent se révéler au fur et à mesure de l'application des changements qui parfois s'imposent.

À ce sujet, nous avons, depuis les dernières semaines, tenté de rejoindre les responsables des équipes à même les universités concernées et nous sommes toujours sans réponse.

Nous ne pouvons que souhaiter dans les circonstances, la reprise d'un dialogue constructif.

Afin de favoriser la recherche d'une solution viable et orientée vers le long terme, SQA et le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur (MEES) conviennent qu'il y a lieu de mettre sur pied un comité d'experts qui se penchera sur cette situation et c'est en toute ouverture que SQA abordera les travaux de ce comité. Aussi, SQA s'attend à ce que les membres issus des régions au sein de son conseil d'administration consultent leurs pairs sur le sujet dans le but de partager des recommandations à l'organisme provincial.

Dans l'entremise et afin de favoriser un sain climat de discussion, SQA est ouverte, dans la mesure où le RSEQ et nos divers partenaires sont en accord avec cette proposition, à ouvrir la dernière course FISU de l'année à l'ensemble des cégépiens et autres athlètes intéressés.

À LIRE AUSSI:

» «Lascaux»: curieux objet

» Tomber en amour... enfin!

» Affaire Huawei: le Canada perd à tout coup

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.