Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
Les blogues

Le voilier autonome Nauki

Imaginez un bateau à voile automatisé pouvant naviguer à l'autre bout de la planète et qui serait propulsé strictement par l'énergie éolienne et solaire.

Le concept

Le Nauki est un bateau à voile sans pilote qui recueille des données scientifiques et techniques au sujet des conditions marines. Ses voiles peuvent être déployées et rétractées automatiquement dans une soute d'entreposage sous le pont en fonction de la météo. Le bateau est recouvert de panneaux solaires ce qui permet d'alimenter ses équipements de surveillance scientifique.

Le contexte

Imaginez un bateau à voile automatisé pouvant naviguer à l'autre bout de la planète et qui serait propulsé strictement par l'énergie éolienne et solaire. Ses tâches consisteraient à patrouiller les océans et récolter des échantillons d'air et d'eau, tout en surveillant continuellement l'environnement. Plus tôt cette année, j'ai créé un concept similaire nommé Mariner. Après avoir discuté des désavantages d'un design de type catamaran avec Olivier Peraldi, j'ai décidé de travailler sur un design qui risquerait moins de chavirer et qui exposerait moins ses voiles durant les orages.

Comment ça fonctionne

Le Nauki est un bateau à voile de 30 mètres de longueur doté de nouvelles technologies et incluant un mât et des voiles rétractables pouvant être escamotées dans la coque de l'embarcation en moins d'une minute.

Le système de navigation contrôlé par une intelligence artificielle (IA) dirigerait le Nauki vers diverses destinations. Celui-ci choisirait la meilleure trajectoire à suivre en fonction de la météo, du trafic maritime, et autres informations. Il pourrait également étudier des phénomènes météorologiques en cours de route, recueillir des informations sur des embarcations non identifiées et même cartographier de petites îles.

Le pont du Nauki serait recouvert de cellules solaires servant à accumuler de l'énergie pendant les journées ensoleillées. Une pile à combustible fournirait également de la puissance à une hélice et au gouvernail.

Le Nauki serait équipé de technologies existantes : caméras marines, radar, capteurs divers, etc. Les données recueillies seraient envoyées par satellite aux propriétaires du voilier. Les coûts de R&D et d'outillage requis pour produire un tel projet seraient amortis sur un total de 500 unités.

À quoi ça sert?

Le Nauki pourrait nous aider à mieux comprendre le fonctionnement et l'évolution des océans. Il pourrait servir aux instituts océanographiques, aux universités qui se spécialisent en biologie marine ou pour les prévisions météorologiques. Il pourrait améliorer le commerce (transport maritime et pêcheur) et les gouvernements pourraient s'en servir pour patrouiller leurs frontières (garde côte, immigration et contrôle des stupéfiants). N'hésitez pas à me faire parvenir vos commentaires si vous avez des idées pour pousser ce concept plus loin !

Le dessinateur

Le concept du Nauki a été développé avec la collaboration d'Olivier Peraldi et d'Adolfo Esquivel. Adolfo est originaire de Colombie et a étudié en dessin industriel. Il a également obtenu un diplôme d'études supérieures en design d'événements à l'UQAM à Montréal.

Il travaille actuellement en tant que dessinateur sénior industriel à son compte. Adolfo a également créé le concept de food truckKanteen, ainsi que le drone de patrouille des frontières Otöcon.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.