LES BLOGUES
24/09/2018 16:20 EDT | Actualisé 25/09/2018 09:34 EDT

Faire du travail invisible un enjeu politique

Plusieurs enjeux ayant émergé durant la campagne partagent un socle commun: il s’agit d’un travail essentiel au bien-être collectif, accompli par des femmes et en grande partie invisible.

Les conceptions économicistes de l’emploi ne permettent pas de rendre compte de cette masse de travail non ou mal rémunéré, qui demeure généralement réalisé par les personnes occupant les positions les moins privilégiées dans l’«échelle sociale».
DragonImages via Getty Images
Les conceptions économicistes de l’emploi ne permettent pas de rendre compte de cette masse de travail non ou mal rémunéré, qui demeure généralement réalisé par les personnes occupant les positions les moins privilégiées dans l’«échelle sociale».

Il existe plus de liens qu'on pourrait le croire entre la détresse des infirmières, la surcharge de travail des enseignantes, le manque criant de personnel de soutien, l'insuffisance des centres de la petite enfance, la grève des stages étudiants gratuits, les appels à l'aide des proches aidants ou le casse-tête que représente la planification des repas pour les familles à faible revenu.

Ces enjeux d'actualité, qui ont ponctuellement émergé durant la campagne électorale, partagent un socle qui leur est commun: il s'agit d'un travail essentiel au bien-être collectif, majoritairement accompli par des femmes et en grande partie invisible, peu ou pas reconnu.

L'État, le patronat, et même certains mouvements sociaux ont tendance à percevoir les questions qui y sont liées comme une série d'enjeux séparés, détachés les uns des autres. Ils envisagent des solutions à la pièce pour régler les «problèmes» de conciliation famille-travail-études, de partage des tâches entre conjoints, de politiques d'intégration des immigrant·e·s ou de rémunération des proches aidants.

En tant que militantes de longue date et codirectrices d'un ouvrage collectif portant sur ce sujet, nous souhaitons remettre de l'avant l'importance du travail invisible des femmes comme enjeu transversal qui structure la sphère familiale, les programmes sociaux, les services publics, les milieux de travail et les espaces collectifs, pour ne nommer que ceux-ci.

Ce travail, pourtant déterminant demeure, la plupart du temps, invisible aux yeux de ceux et celles qui en tirent profit. Il devient soudainement visible, on commence enfin à en saisir l'importance, lorsqu'il ne peut plus être accompli correctement.

Ce travail, pourtant déterminant - dans la façon dont nous éduquons les enfants, prenons soin des aîné·e·s, guérissons ou accompagnons les patient·e·s - demeure, la plupart du temps, invisible aux yeux de ceux et celles qui en tirent profit. Il devient soudainement visible et on commence enfin à en saisir l'importance lorsqu'il ne peut plus être accompli correctement, que les compressions budgétaires sont insoutenables, qu'une mère ne parvient pas à nourrir ses enfants avec 75$ par semaine, que des bénéficiaires ne reçoivent plus leur bain, que des élèves n'ont pas d'enseignante à la rentrée, que des travailleuses se mettent en grève ou qu'elles dénoncent publiquement leurs conditions d'emploi.

Alors que leur financement public se voit considérablement réduit, les écoles, les universités, les hôpitaux, les CIUSSS et les organismes communautaires doivent se soumettre à des critères de gestion, de performance et de compétitivité inspirés du privé.

Faisant appel au «don de soi» des travailleuses des milieux de l'éducation, de la santé et des services sociaux, les gouvernements successifs depuis la décennie 1980 ont enchaîné une série de mesures néolibérales qui ont considérablement affecté la qualité et l'accessibilité des services publics et les conditions des employé·e·s qui y travaillent. Alors que leur financement public se voit considérablement réduit, les écoles, les universités, les hôpitaux, les CIUSSS et les organismes communautaires doivent se soumettre à des critères de gestion, de performance et de compétitivité inspirés du privé.

Simultanément, la charge de plusieurs services a été repoussée vers les familles et sur les communautés qui se retrouvent de moins en moins en mesure de l'assurer. Si les ménages plus aisés peuvent se procurer certains services sur le marché – pensons à l'embauche croissante d'aides familiales résidentes, en majorité originaires des Philippines –, d'autres n'ont pas cette possibilité.

C'est le cas d'une proche aidante qui doit quitter son emploi pour s'occuper d'un parent ou d'un enfant malade parce que le système de santé n'offre aucune autre option. De toute évidence, les solutions néolibérales, privées et marchandes, ne peuvent pas être satisfaisantes, d'une part, parce qu'elles ne s'offrent qu'à ceux et celles en mesure de les payer, et d'autre part, parce qu'elles instaurent de nouvelles formes d'inégalités.

L'accessibilité et la qualité des services publics, ainsi que les conditions des travailleuses et travailleurs qui y œuvrent, sont au cœur même de la question du travail invisible de reproduction de notre société.

L'accessibilité et la qualité des services publics, ainsi que les conditions des travailleuses et travailleurs qui y œuvrent, sont au cœur même de la question du travail invisible de reproduction de notre société, qui ne peut être ramené à une colonne de chiffres. Les conceptions économicistes de l'emploi ne permettent pas de rendre compte de cette masse de travail non ou mal rémunéré, qui demeure généralement réalisé par les personnes occupant les positions les moins privilégiées dans l'«échelle sociale»: femmes, immigrants, chômeuses, assistés sociaux, travailleuses «au noir» ou sans-papiers, etc. Leur travail n'en demeure pas moins réel, tangible, et surtout indispensable et producteur de richesses sociales.

Nous devons adopter une vision non plus parcellaire, mais transversale de ce qu'est le travail invisible, et en faire un enjeu commun de mobilisation.

Nous revendiquons une réelle prise en charge politique et collective de ces questions, lesquelles sont intimement liées à nos manières de vivre, de travailler, d'aimer, de prendre soin et d'éduquer. Pour cela, nous devons adopter une vision non plus parcellaire, mais transversale de ce qu'est le travail invisible, et en faire un enjeu commun de mobilisation. Sans reconnaissance et prise en compte du travail invisible, toujours marqué par des inégalités structurelles, notre libération ne sera que partielle et inachevée.

Ce texte a été coécrit avec Louise Toupin. Les deux auteures sont codirectrices de l'ouvrage collectif Travail invisible. Portraits d'une lutte féministe inachevée (Éditions du remue-ménage, en librairie le 2 octobre).

À LIRE AUSSI:

» Autisme et TDAH: plaidoyer pour la reconnaissance positive de la diversité humaine
» «Fahrenheit 11/9»: la mort de l'empire américain
» Élections 2018: encourager les transports actifs, une priorité

À VOIR AUSSI: