LES BLOGUES
16/02/2014 07:48 EST | Actualisé 18/04/2014 05:12 EDT

Est-ce que ça nous change réellement, un voyage longue durée?

Ça arrive tout bonnement, comme ça.

Probablement le soir, alors qu'on essaie de s'endormir. Notre cerveau se met à y penser.

C'est terminé. Je n'ai pas de projet fou qui s'en vient.

J'ai été chanceuse, à mon retour d'un voyage de 6 mois en Australie. J'avais déjà en main mon billet d'avion vers l'Irlande, où je passerais 2 semaines.

Mais là, je suis de retour. Je regarde mon calendrier, et il n'y a pas de destination exotique. En fait, il n'y a pas de destination du tout.

L'insomnie et la panique font leur apparition. Que faire, quand on est réellement de retour?

Je prévoyais écrire 6 billets de blogue sur les leçons apprises en 6 mois de voyage, à raison d'une par mois. Une façon de me voir évoluer à travers le voyage.

En fait, ça m'aura pris 11 mois pour trouver 5 leçons claires, et une question qui reste sans réponse. Et la plupart des réalisations n'auront été faites qu'à mon retour au Québec. Dur d'évaluer les changements alors qu'on est encore en mouvement.

Le retour, ça va vite. J'ai eu des amis à voir, la redécouverte de mon milieu de vie, de mon appartement et de la ville de Montréal au complet. Il y a eu de beaux contrats qui m'ont gardée occupée, sans vraiment avoir le temps de regarder tout ce qui avait changé, si j'avais changé, grâce à cette aventure.

Oui, il y a eu des moments où j'ai été nostalgique de mon voyage. Mais plus le temps avance, plus je remarque que dès que j'étais occupée, je retournais à mes vieilles habitudes, à la même vie que j'avais avant de partir.

Mais là, j'ai du temps libre. Trop de temps libre. Du temps pour penser à toutes ces aventures que je pourrais réaliser... Du temps pour dire à tous ceux qui veulent bien l'entendre que non, je ne veux pas travailler dans un bureau! Je veux faire ce qui me passionne! Mais nous vivons dans un monde où il faut travailler, pour vivre ses rêves. C'est bien correct comme ça. Mais c'est un choc lorsqu'on réalise qu'il est vraiment le temps de passer du mode « rêve » à celui « gagne ta vie pour rêver de nouveau ».

Plus tu rejettes un mode de vie traditionnel, plus tu dois travailler. Un mode de vie traditionnel, le bon vieux 9 à 5, c'est parfois stressant, mais c'est facile. Une fois que tu as l'emploi, tu n'as qu'à ne pas faire de conneries et tu vas avoir un chèque de paie. Mais ceci vient avec les deux semaines de vacances par année, et un horaire qui est ça, 9 à 5, sans flexibilité.

Revenir de voyage, idéaliste, dire que l'on va tout changer, ça dure un temps. Puis le côté financier vient nous rattraper. Qu'on le veuille ou non, pour vivre nos rêves, il faut avoir l'argent nécessaire. Ce montant peut être petit ou grand, selon le type de voyage que l'on désire faire, mais il doit exister. Et être pigiste, poursuivre ce mode de vie non traditionnel, ça veut dire être en constante recherche de sources de revenus.

Plus on rêve, plus la réalité devient difficile. Plus on aimerait être n'importe où sauf en train de travailler, moins on est productif, justement. Et moins on est productif, plus le rêve s'éloigne.

Et quand le rêve est loin, on retrouve la vie qu'on avait avant... Le voyage longue durée nous change-t-il réellement? Sort-on améliorés de cette aventure ou les habitudes reprennent le dessus trop rapidement? La question reste sans réponse... Mais il y a aussi ces cinq leçons, un peu plus claires :

  1. On doit accepter ses talents... et ses défauts
  2. Le voyage longue durée n'est pas seulement une échappatoire à la vraie vie
  3. Les amitiés que l'on développe en voyage sont différentes de celles à la maison
  4. Le choc du retour existe réellement
  5. Le voyage longue durée permet d'apprendre à mieux se connaître

Ce fut un plaisir de partager ces apprentissages avec vous, lecteurs du Huffington Post Québec! J'espère que vous vous y êtes retrouvés également.


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Le 20 città più romantiche del mondo

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?