DIVERTISSEMENT
08/02/2019 10:08 EST | Actualisé 08/02/2019 10:13 EST

Anouk Meunier revient sur l’insuccès de «XOXO»

«Les choix que je fais, je les fais pour une raison et je ne crois pas que dans la vie on ne retire que du négatif d’une expérience...»

Facebook/Anouk Meunier

J'avais rencontré Anouk Meunier quelques semaines avant la première émission de la téléréalité XOXO. C'est le souvenir de l'excitation - bien réelle – dont elle faisait preuve ce jour-là qui m'est revenu en tête tout au long de ces semaines venant avec des commentaires et des critiques négatives. L'émission qui avait promis «une nouvelle ère de téléréalité» sitôt terminée, l'animatrice était déjà bien occupée avec ses nombreux projets, dont son retour à l'animation de La Voix EXTRA. Je l'ai retrouvé avec bonheur et c'est de manière tout aussi pétillante qu'elle a accepté de revenir sur l'insuccès de XOXO.

De la déconvenue de XOXO, Anouk Meunier l'affirme d'emblée : elle ne retire que du positif. «Premièrement, je ne suis pas une personne qui va laisser miner facilement son énergie parce qu'il y a des gens qui n'ont pas aimé le concept, dit-elle. C'est sûr que quand tu lis de mauvaises critiques la première semaine, tu trouves cela dommage, car tu te dis : ''Mon Dieu, ils ont eu la volonté de sortir des sentiers battus, d'essayer de faire quelque chose de différent et d'amener un nouveau concept''. C'est sûr que c'est un peu décevant. Mais moi, par contre, ça ne vient pas gâcher mon plaisir et ça ne vient surtout pas diminuer l'effort que je vais fournir ou la passion que je vais mettre dans mon travail.»

«C'est un projet qui était différent de tout ce que j'ai fait avant, ajoute-t-elle. Tous les projets auxquels je participe sont différents et complémentaires. J'aime mon travail et je l'ai choisi parce qu'il me permet de varier les genres: des tapis rouges, des coulisses, une émission de services, une téléréalité... Je pourrais rester dans mon confort et me dire que je n'oserai pas ceci ou cela, car c'est plus risqué telle une téléréalité qui, à la base on le sait, ne plaît pas à tout le monde. J'aurais pu être sur les freins et ne pas être certaine, mais je sais aussi qu'en faisant cela, je vais chercher d'autres outils d'animation dans un autre contexte. Je vais faire une incursion dans un univers que je connais moins. Moi, c'est cela que je retiens.»

J'ai mis la même énergie là-dedans que j'en aurais mis dans un autre projet qui aurait peut-être eu plus de cotes d'écoute.Anouk Meunier

Honnête et généreuse, l'animatrice explique préférer se concentrer sur les côtés positifs de cette aventure qui n'a pas eu le succès souhaité.

«Je travaillais avec une équipe que j'adore. J'ai fait de super belles rencontres. Tout dépend tellement de la façon de voir les choses. Je sais qu'il y a eu des critiques négatives, mais cela n'a jamais touché mon travail et cela n'a jamais été directement par rapport à moi ou au travail que j'ai fait. Donc je pense qu'au-delà de tout cela, les gens ont bien compris et ont reconnu que j'ai mis la même énergie là-dedans que j'en aurais mis dans un autre projet qui aurait peut-être eu plus de cotes d'écoute. Oui, c'est dommage de ne pas avoir eu les cotes d'écoute escomptées, mais pour moi, mon travail n'en est pas diminué à cause de cela.»

C'est son désir «d'apprendre autre chose et de découvrir un autre univers» qui lui avait fait accepter de jouer le rôle d'animatrice de cette nouvelle émission de téléréalité.

«On m'a donné un mandat et je l'ai accepté, dit-elle. J'ai eu envie d'apprendre, je l'ai fait et je suis contente, car je sais que cela me donne des outils pour autre chose à venir. Dans la vie, chaque projet m'apprend quelque chose, que ce soit populaire ou non.»

«Le concept a peut-être aussi été plus difficile à assimiler dans la tête des gens, avoue-t-elle. Le fait que ce soit sur plusieurs plateformes, comprendre Vidéotron, illico et «en ondes le mercredi»... Ce fut un autre facteur qui a rendu le tout plus complexe dans le visionnement pour les gens. Mais honnêtement, je n'ai pas de regret. De toute façon, ça ne fait pas partie de ma nature, je ne suis pas une fille qui regrette. J'ai terminé cela, je reconnais assurément qu'il y a des choses qui auraient pu être pensées autrement, mais mon travail, je l'ai fait, je l'ai bien fait jusqu'à la fin et je suis contente de cette expérience-là.»

Il faut faire preuve d'audace et j'ai eu envie de tester cela, d'ouvrir une brèche et de voir ce que ça pouvait m'apporter en animationAnouk Meunier

Lorsqu'on lui demande quelles sont, selon elle, les raisons qui ont fait que les gens n'ont pas accroché à XOXO, elle évoque différents facteurs.

«D'abord, et on le voit ailleurs, les cotes d'écoute sont à la baisse à la télévision. Les gens consomment différemment leurs émissions maintenant. Ils y plusieurs personnes qui visionnent sur le web ou sur d'autres plateformes. Il y a aussi le fait que plusieurs personnes ont regardé la première émission en se disant que ce n'était pas pour eux, alors que la première émission – qui était en fait la sélection – était très différente de la saison comme telle. Il y a donc peut-être des gens qui n'ont pas poursuivi, car ils n'ont pas senti que cela les appelait lors de la première émission. En cours de route, pourtant, c'est une émission qui a vraiment trouvé son erre d'aller. Je ne peux pas mettre précisément le doigt dessus et bien honnêtement, cela ne me dérange pas.»

Elle poursuit en se déclarant très chanceuse d'avoir une année aussi extraordinaire. «Beaucoup de choses m'ont été proposées, dont plusieurs que je n'ai pas pu accepter. Les choix que je fais, je les fais pour une raison et je ne crois pas que dans la vie on ne retire que du négatif d'une expérience. Ce n'est pas mon cas par rapport à XOXO

«Il faut faire preuve d'audace et j'ai eu envie de tester cela, d'ouvrir une brèche et de voir ce que ça pouvait m'apporter en animation», précise celle qui affirme que sa vie ne tournait pas autour de cette unique émission de toute façon.

«J'ai eu cette envie et cette curiosité. Je trouve aussi que c'est correct de la part des boîtes de productios et des diffuseurs d'arriver avec des produits plus audacieux, car c'est sûr que si on arrive toujours avec les mêmes produits qui fonctionnent, c'est le fun parce que ça fonctionne, mais ensuite on se plaint qu'il n'y a pas de nouveauté et qu'il n'y a rien de rafraîchissant. Une part de moi trouve quand même le fun cette envie d'avoir eu de renouveler un genre et d'essayer quelque chose de nouveau. Ce n'est pas grave, la vie continue et il y en aura d'autres.»

À voir également :