NOUVELLES
10/12/2018 07:10 EST | Actualisé 10/12/2018 12:10 EST

Sondage Léger: le port de signes religieux est «inacceptable» chez les enseignants, selon 61% des Québécois

Le Québec est la seule province canadienne où une majorité de citoyens est de cet avis.

Le gouvernement Legault doit présenter au printemps prochain un projet de loi interdisant le port de signes religieux par plusieurs professionnels, dont les enseignants.
Tempura via Getty Images
Le gouvernement Legault doit présenter au printemps prochain un projet de loi interdisant le port de signes religieux par plusieurs professionnels, dont les enseignants.

Trois Québécois sur cinq estiment que le port d'un signe religieux visible - comme le voile, la kippa ou la croix - par un enseignant est «inacceptable», selon un sondage Léger exclusif. Le Québec est la province la plus intolérante sur cette question, et de loin.

Le gouvernement de François Legault prévoit déposer au printemps prochain un projet de loi interdisant aux enseignants et aux employés de l'État en position d'autorité (juges, policiers, gardiens de prison) d'arborer un signe religieux visible. Ce sondage, comme un autre récent coup de sonde de la maison CROP pour Radio-Canada, semble confirmer que le nouveau premier ministre a la bénédiction d'une majorité de Québécois pour aller de l'avant.

Bien que ce soit chez les 55 ans et plus que l'opposition au port de signes religieux est la plus prononcée (73%), les Québécois les plus jeunes demeurent divisés. Près d'un millénial sur deux (48%) trouve inacceptable qu'une enseignante porte le voile, par exemple.

EN RAPPEL: François Legault a affirmé que son projet de loi sur la laïcité n'inclurait pas de «clause grand-père»

Laïcité: les Québécois les plus inflexibles

L'élément le plus marquant des résultats de ce sondage Léger, c'est le clivage évident qui sépare le Québec de l'ensemble des autres provinces canadiennes. Si 61% des Québécois jugent inacceptable le port de signes religieux visibles chez les enseignants, la proportion de répondants partageant cette opinion oscille entre 18% et 29% dans les autres provinces canadiennes.

Léger

Levée de boucliers chez les enseignants

Si elle ne s'est pas encore prononcée officiellement sur le projet du gouvernement caquiste, la Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ) - qui représente des enseignants travaillant dans des établissements privés ou postsecondaires - a pris position contre l'interdiction du port de symboles religieux pour les enseignants à plusieurs reprises depuis 2013.

Benoît Lacoursière, secrétaire général et trésorier de la FNEEQ, voit dans une telle interdiction une «discrimination très claire». «On discriminerait des enseignants - et surtout des enseignantes - non pas en fonction de leur compétence, mais en fonction d'une caractéristique identitaire», résume-t-il en entrevue avec le HuffPost Québec.

Il admet que les enseignants ont un «devoir de réserve» et ne doivent pas «endoctriner les étudiants», mais il soutient que le port d'un symbole ne doit pas être perçu comme un «acte de prosélytisme».

C'est pas parce que quelqu'un porte un hidjab ou une kippa qu'il est en train d'essayer de convertir quelqu'un. Benoît Lacoursière

Dans un contexte de pénurie d'enseignants, la province ne doit pas se priver de professionnels «qui sont par ailleurs très qualifiés», souligne également le représentant de la FNEEQ.

Au lendemain de l'élection de François Legault, la Fédération autonome de l'enseignement avait abondé dans le même sens, n'excluant pas la possibilité de contester le projet de loi devant les tribunaux.

Une priorité dans les écoles?

Du côté de la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE), la présidente Josée Scalabrini se demande quant à elle si le débat sur le port des signes religieux a vraiment raison d'être.

«Est-ce que c'est la priorité de se battre sur un problème qui n'existe peut-être pas dans les milieux? Est-ce qu'on a reçu des plaintes?» demande Mme Scalabrini.

«Est-ce qu'on peut se parler avant de congédier des gens?» lance la présidente, ajoutant n'avoir personnellement «jamais entendu parler» d'une école où le port de symboles religieux avait causé une «problématique».

Son organisation est en faveur de la laïcité en milieu scolaire depuis les années 90, mais n'a jamais pris de position formelle sur le port des signes religieux. Mme Scalabrini ajoute que la FSE attendra de voir le projet de loi du gouvernement Legault avant de se prononcer.

Le sondage web a été réalisé du 20 au 22 novembre 2018 auprès de 1573 Canadiens âgé(e)s de 18 ou plus, à partir du panel en ligne de LegerWeb. La marge d'erreur est de 2,5%. Aux fins de comparaison, pour un échantillon probabiliste.

CORRECTION: Une version précédente de cet article indiquait que le sondage avait été réalisé en octobre. C'est plutôt du 20 au 22 novembre.