NOUVELLES
03/12/2018 17:13 EST | Actualisé 03/12/2018 17:13 EST

Itinérance: à l'approche des Fêtes, les refuges se remettent encore de l'été

Les mesures d'urgence ont coûté cher. Et ça devrait s'empirer avec l'accélération des changements climatiques.

JEAN-PHILIPPE KSIAZEK via Getty Images

L'été caniculaire qu'on a eu a fait suer les principales ressources pour itinérants de Montréal. Alors que la période fort achalandée des Fêtes arrive à grands pas, certaines d'entre elles tentent encore de se remettre financièrement des coûts engendrés par les mesures d'urgence implantées en juillet et en août.

La Mission Bon Accueil, la Mission Old Brewery et d'autres organismes se sont mobilisés de façon importante cet été, au début d'une vague de chaleur historique. Comme nous le rapportions en juillet, la clientèle itinérante était invitée à rester dans les centres le jour et des services supplémentaires, comme la distribution de bouteilles d'eau, ont été mis sur pied.

Sam Watts, président-directeur général de la Mission Bon Accueil, disait à l'époque que les mesures resteraient en place jusqu'à ce que les températures descendent sous la barre de 25 degrés le jour et 15 degrés la nuit.

Chose promise, chose faite... sauf que les températures sont restées anormalement élevées tout au long de l'été. Selon les données historiques d'Environnement Canada, la température n'est restée sous les seuils décrits par M. Watts qu'à quatre reprises au cours des mois de juillet et août. La température maximale le jour n'est descendue de façon durable sous les 25 degrés qu'à partir du 7 septembre.

THE CANADIAN PRESS IMAGES/Graham Hughes
Des Montréalais se rafraîchissent à une fontaine pendant la canicule, le 2 juillet 2018.

Au moins 200 000$ à trouver

Contacté par le HuffPost Québec, M. Watts affirme la situation a eu un gros impact sur les ressources disponibles. Les chiffres ne sont pas encore tous comptés, mais il appréhende un manque à combler de 200 000$ à 300 000$.

«La chaleur, ça veut dire plus de services, plus d'employés, plus de bouteilles d'eau, plus de suivis. Dans notre cas, c'est aussi plus d'hommes dans notre refuge puisqu'on leur demandait de rester ici le jour«, souligne-t-il.

Même son de cloche du côté de la Mission Old Brewery, où un déficit de «quelques milliers de dollars» est attendu.

«Si on a deux semaines très froides, ça pourrait créer situation où on va devoir trouver des solutions rapidement»

— Sam Watts

«Les extrêmes [de température] nous coûtent cher parce qu'on doit protéger ces gens. Ils n'ont pas d'autres ressources, alors il faut qu'on offre de l'eau, il faut qu'on offre un endroit climatisé. C'est des coûts additionnels», affirme le président et chef de la direction de l'organisme, Matthew Pearce.

Inquiétudes à l'approche des Fêtes

M. Watts a lancé une nouvelle campagne de financement pour combler le trou. Mais il craint une arrivée hâtive des périodes très froides, comme celle qu'on a connue pendant en janvier dernier.

«On a commencé l'année avec un grand froid et on a poursuivi avec une canicule en juillet. [...] Si on a deux semaines très froides, ça pourrait créer situation où on va devoir trouver des solutions rapidement», dit-il.

M. Pearce, de la Mission Old Brewery, songe à réallouer certaines dépenses pour payer la facture de l'été.

«Si on a planifié des rénovations quelque part, peut-être qu'on les reportera. Ou on peut trouver une façon de diminuer le coût de certaines denrées, par exemple en répétant des recettes qui coûtent moins cher», dit-il.

À LIRE AUSSI:

Le CIUSSS du Centre-Sud a d'ores et déjà lancé les mesures d'urgence hivernales. Les refuges, les centres de jour et la Ville de Montréal sont mis à contribution pour éviter que les gens ne restent à la rue pendant la saison froide. Les bouchées doubles sont mises, alors que 32 lits de plus que l'an dernier sont mis à la disposition des itinérants, pour un total de 957.

Canicules plus fréquentes à l'avenir

M. Pearce ne se souvient pas d'un autre été ayant causé des problèmes aussi durables pour son organisme. Il souligne toutefois que des saisons estivales beaucoup plus chaudes sont à prévoir pour les années à venir en raison des changements climatiques. Et les refuges comme le sien devront être prêts.

«Est-ce que c'était "one time", ou est-ce que ça annonce une tendance? Si c'était rare jusqu'ici, ce sera moins rare à l'avenir», dit-il.

M. Pearce compte augmenter les prévisions pour les canicules dans le prochain budget de la Mission Old Brewery.

Rappelons que 90 personnes sont mortes pendant la canicule du début du mois de juillet.