BIEN-ÊTRE
30/10/2018 17:59 EDT | Actualisé 30/10/2018 17:59 EDT

Lisez ceci si vous prenez du Benadryl pour dormir

Les experts du sommeil nous disent si c'est sain de gober des antihistaminiques avant d'aller au lit.

Il y a peu choses plus pénibles qu'un cycle de sommeil perturbé. Que ce soit lorsque l'on change l'heure ou lors d'une période plus stressante, plusieurs sont prêts à essayer n'importe quoi pour dormir une nuit complète, incluant de prendre du Benadryl, un antihistaminique avec somnolence, qu'ils aient des allergies ou pas.

Les consommateurs de Benadryl dans le but de se fermer les yeux ne seraient pas rares. Selon une étude publiée dans le journal The Gerontologist, environ un adulte sur cinq utilise une aide au sommeil et le Benadryl est le produit le plus fréquemment utilisé.

«L'une des raisons pour lesquelles les gens se tournent vers le Benadryl est le sentiment de somnolence qui s'ensuit» affirme Tania Elliott, allergologue à New York et porte-parole de l'American College of Allergy, Asthma and Immunology. L'action commence après environ 20 minutes, alors les gens ont l'impression que ça "fonctionne" vraiment».

Mais le Benadryl contribue-t-il vraiment à une meilleure nuit de sommeil - et est-il même sans danger? Nous avons demandé à des experts de nous donner leur avis.

La médication vous rend somnolent...

Adam Kuylenstierna / EyeEm via Getty Images

L'antihistaminique (également connu sous le nom de diphenhydramine) est l'ingrédient secret de nombreux produits en vente libre (aussi couramment utilisés contre l'insomnie), dont le Benadryl, témoigne Alex Dimitriu, psychiatre et spécialiste de la médecine du sommeil. Il agit en bloquant l'histamine, une substance chimique produite par le système nerveux central qui non seulement provoque des symptômes d'allergie, mais joue également un rôle dans l'état de veille (d'où le sentiment de somnolence après la prise d'un Benadryl).

Les antihistaminiques peuvent être utiles à court terme (par exemple, pendant quelques jours lors d'une période stressante, de voyages ou d'autres perturbations qui vous font frémir), mais il est important de souligner que ce n'est pas l'usage prévu du médicament, dit Martin Reed, expert clinique certifié en santé du sommeil et fondateur de Insomnia Coach. Et passer à des médicaments aidant au sommeil en vente libre contenant de l'antihistaminique ne signifie pas non plus que vous êtes en business. Il manque toujours de données sur l'innocuité et l'efficacité d'utiliser des antihistaminiques pour vous aider à dormir, selon l'American Academy of Sleep Medicine.

... Mais ça ne vous aide pas à long terme

S'ils peuvent vous aider à vous endormir plus rapidement et à dormir un peu plus, les antihistaminiques ne sont pas nécessairement liés à un sommeil de meilleure qualité, ce qui est le plus important, fait valoir Dre. Elliott.

L'antihistaminique bloque également l'acétylcholine, un neurotransmetteur cérébral qui joue un rôle dans le sommeil paradoxal (phase du sommeil impliquant les rêves). Ça augmente par le fait même la fréquence de vos phases de sommeil léger aux dépens d'un sommeil plus profond, ce qui augmente les chances de fatigue et de sensation de sédation le lendemain.

«La sédation [NDLR : ou la somnolence] est généralement due au fait que le médicament reste dans le corps après le réveil, mais une partie de la fatigue provient du cerveau qui ne passe pas par les phases de sommeil normales la nuit», affirme Dr. Dimitriu.

Grâce à cet effet similaire à une gueule de bois ressenti le lendemain, vous pouvez avoir les symptômes suivants : bouche sèche, vertiges, mauvaise concentration et pertes de mémoire. Selon la clinique Mayo, vous pouvez également développer une tolérance aux effets sédatifs assez rapidement. Par conséquent, plus vous prenez le médicament, moins il a de chances de vous aider à vous assommer.

Qu'est-ce qui arrive si vous êtes désespéré et en avez besoin?

Manuel Breva Colmeiro via Getty Images

De temps en temps, prendre de petites doses de Benadryl pour vous aider à vous endormir est acceptable, mais, encore une fois, ça ne conduit pas à un sommeil de meilleure qualité, confirme Dr. Elliott. Parce que les antihistaminiques peuvent exercer une pression sur votre corps pour qu'il passe plus de temps dans les phases de sommeil plus léger, les huit heures que vous passez au lit pourraient finir par être ressenties comme cinq.

Bien sûr, mieux vaut dormir que ne pas dormir, même si c'est moins profondément. La prise du médicament vous procure autant de somnolence qu'une heure passée au gym à marcher lentement sur le tapis roulant. Les deux exercices aident, mais l'une est bien plus bénéfique que l'autre, pointe Dr. Dimitriu.

Peu importe l'aide au sommeil en vente libre que vous utilisez, elle constitue un tremplin pour mieux dormir pendant les perturbations temporaires, et non une solution permanente. En général, ils ne doivent pas être consommés plus de deux semaines, selon la clinique Mayo.

Il y a d'autres solutions qui fonctionnent réellement

Les antihistaminiques ne règlent pas ce qui affecte vraiment votre sommeil. L'apnée du sommeil, l'anxiété, la dépression et d'autres problèmes de santé mentale sont les principaux problèmes sous-jacents, affirme Dr. Dimitriu.

Les mauvaises habitudes telles que la consommation de caféine en soirée ou l'utilisation du téléphone mobile avant d'aller au lit peuvent également perturber votre sommeil.

Si vos problèmes de sommeil persistent au-delà de deux semaines, tout au plus, consultez un médecin.

LIRE AUSSI :

Si vous pensez que vous endormir rapidement est impossible, voire un cauchemar, Martin Reed vous recommande de réduire le temps que vous passiez au lit à vous soucier de votre temps de sommeil.

«Plus vous restez éveillé longtemps au lit, plus l'association devient forte entre votre lit et votre état de veille», dit-il. Assurez-vous de ne pas consacrer plus d'une heure à vous endormir, ou à vous concentrer sur votre durée de sommeil moyenne.»

Si vous ne vous endormez pas après 20 minutes, quittez votre chambre à coucher pour vous détendre et ne vous recouchez pas avant que vous vous sentiez plus endormi. Vous vous sentirez peut-être comme un mort vivant pendant les premières semaines, témoigne Dr. Reed, mais votre lit deviendra éventuellement un déclencheur plus fort du sommeil - et vous pourrez enfin compter les moutons en paix. Sans médicament contre les allergies.

VOIR AUSSI :

Galerie photoLes 13 commandements du sommeil Voyez les images

Ce texte initialement publié sur le HuffPost américain a été adapté de l'anglais.