POLITIQUE
30/09/2018 09:29 EDT | Actualisé 30/09/2018 09:29 EDT

Candidats de l'ombre: comment sortir de l'ombre d'Alexandre Cloutier?

Le jeune candidat William Fradette tente de se faire un nom dans le bastion de l'ex-candidat à la chefferie du PQ.

Courtoisie - Parti québécois

En cette fin de campagne, le HuffPost Québec fait le portrait de quelques candidats de l'ombre des principaux partis.

Pour la première fois en dix ans et quatre campagnes électorales, le nom du député péquiste Alexandre Cloutier n'apparaît sur aucune pancarte dans Lac-Saint-Jean. Pourtant, il est partout. De l'aveu même de celui qui tente de le remplacer, William Fradette.

«Je mentirais si je disais qu'on ne me parle pas tous les jours d'Alexandre Cloutier», admet le candidat en entrevue au HuffPost Québec.

«Au Saguenay, les gens aiment à la vie à la mort. Ils fondaient de grands espoirs sur Alexandre. Mais la relève fait un travail extraordinaire», dit-il.

La relève, c'est le cas de le dire: M. Fradette n'a que 23 ans. Il envoie presque M. Cloutier dans la catégorie des aînés. Lui qui, à 39 ans, incarnait la jeunesse dans la course à la chefferie du Parti québécois.

Qui est le candidat du changement?

Le thème principal de cette campagne est le changement. Principalement le changement de gouvernement, mais dans les bastions péquistes du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le changement peut vouloir dire autre chose.

«Si les gens croient que la Coalition avenir Québec incarne le changement, ils se trompent», réplique M. Fredette du tac au tac.

«En région, la présence des élus est extrêmement importante. Avec la CAQ, on voit des gens qui ne sont pas présents.»

Protéger les terres agricoles

William Fradette en veut au chef de la CAQ, François Legault, qui était de passage au Saguenay-Lac-Saint-Jean il y a quelques jours. M. Legault estime qu'il n'y a pas de problème d'accaparement des terres agricoles par de grandes entreprises, au détriment des petits producteurs. Un dossier qui fait monter M. Fradette aux barricades.

«L'accaparement des terres agricoles par de grands groupes financiers au Saguenay–Lac-Saint-Jean est un enjeu extrêmement préoccupant. Cette pratique a pour conséquence d'appauvrir les milieux ruraux. D'une part, les terres sont louées et non vendues aux agriculteurs; et, d'autre part, elle fait grimper la valeur de celles-ci qui deviennent inabordables pour la relève», lit-on dans un communiqué de presse envoyé conjointement par M. Fradette et les autres candidats péquistes de la région.

En entrevue, M. Fradette accuse François Legault d'être à l'écoute du cofondateur de la CAQ, Charles Sirois. M. Sirois est un des fondateurs de l'entreprise Pangea, qui possède 1700 hectares de terres agricoles au Lac-Saint-Jean et bien d'autres ailleurs, selon un reportage de Radio-Canada.

Et pourtant, la CAQ mène une dure compétition au PQ dans presque toutes les circonscriptions de la région, si on croit les projections tirées des sondages. Les vainqueurs seront connus le 1er octobre.

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK

Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe

«Québec 2018: les élections provinciales»!