DIVERTISSEMENT
03/08/2018 13:34 EDT | Actualisé 03/08/2018 13:34 EDT

Pas plus de diversité au cinéma dans la dernière décennie selon une étude

Regardez autour de vous. Voyez-vous uniquement des hommes blancs?

IMBD

On a beau avoir eu des versions toutes féminines de Ghostbusterset d'Ocean's 8et un superhéros noir en tête du box-office, la représentation des femmes, des minorités visibles et de la communauté LGBTQ stagne à Hollywood, selon une étude de l'Université de Californie du Sud (USC).

L'étude Inequality in 1100 popular films («Les inégalités dans 1100 films populaires») a étudié 48 757 personnages de films populaires sortis entre 2007 et 2017.

Le constat? Les femmes occupaient à peine 31,8 % des rôles (avec dialogue) au cinéma en 2017. En 10 ans, cela représente une augmentation négligeable de 1,9%.

Des scénarios problématiques

Des 100 plus gros succès américains de 2017, les chercheurs de USC n'ont trouvé que 19 scénarios où la représentation hommes-femmes était «balancée». Pour qu'un film entre dans cette catégorie, entre 45% et 54,9% des rôles parlant doivent être donnés à des femmes ou des filles.

IMDB

Et même lorsque les femmes sont à l'écran, c'est rarement dans des rôles d'importance. Seuls 33 des 100 films étudiés en 2017 présentaient une tête d'affiche féminine.

Et la situation n'est guère meilleure derrière la caméra: 92,7% des réalisateurs sont des hommes.

Hollywood, toujours «si blanc»

Deux ans après la polémique «Oscar so white», qui a ébranlé Hollywood en 2016, force est d'admettre que les blockbusters américains sont encore très, très «blancs». Plus de 70% des personnages étudiés en 2017 étaient caucasiens. Par ailleurs, dans 20 des 100 films analysés, aucun personnage noir n'avait de dialogue. Les Afro-Américains représentent pourtant 13% de la population des États-Unis.

USC Annenberg

C'est sans compter les Asiatiques et les Latinos, qui sont virtuellement absents des grosses productions américaines. Et quand il y en a, ils sont souvent joués par des acteurs blancs, comme c'était le cas du personnage de Scarlett Johansson dans Ghost In The Shell l'an dernier.

Où est la communauté LGBTQ?

Si la télévision commence à rattraper le retard, notamment avec des séries comme Orange Is The New Black, le cinéma est toujours réticent à l'idée d'intégrer des personnages issus de la communauté LGBTQ.

En 2017, il n'y avait aucun personnage issu de cette communauté dans 81% des films américains. Alors que les hommes gais sont les plus représentés (16 personnages en 2017), les lesbiennes (9) et les bisexuels (6) sont encore très rares sur le grand écran.

USC Annenberg n'a répertorié qu'un seul personnage transgenre au cours des quatre dernières années.