DIVERTISSEMENT
23/07/2018 11:14 EDT | Actualisé 23/07/2018 11:16 EDT

Une pétition contre la série «Insatiable» de Netflix prend de l'ampleur

«Ça perpétue la toxicité du culte de la minceur et la culture de la femme-objet.»

Netflix

Une pétition demandant à Netflix d'annuler la sortie de sa controversée série Insatiable a recueilli plus de 95 000 signatures au moment d'écrire ces lignes.

La semaine dernière, le dévoilement de la bande-annonce a presque immédiatement provoqué une controverse, alors que plusieurs ont qualifié la série de grossophobe. La série met en vedette le personnage de Patty, surnommée «Fatty Patty», en raison de son surpoids. D'abord victime d'intimidation en raison de son apparence physique, elle devient soudainement populaire après avoir perdu beaucoup de poids à la suite d'un grave accident.

Les commentaires de deux actrices de la série qui se sont portées à la défense du projet ne semblent pas avoir convaincu tout le monde, puisque la pétition lancée sur la plateforme Change.org réclame l'annulation pure et simple de la série.

Voyez la bande-annonce ci-dessous:

Des conséquences «sinistres» et «insidieuses»

«La toxicité de cette série va bien au-delà d'un seul projet télé», a écrit Florence Given, à l'origine de la pétition.

«Ce n'est pas un cas isolé, mais ça fait partie d'un problème beaucoup plus large auquel toutes les femmes ont déjà fait face: mesurer sa valeur par rapport à son corps, devoir être les objets de désir pour le regard des hommes», a-t-elle ajouté.

«Cette série doit être annulée. Les conséquences de sa diffusion seront beaucoup plus graves, insidieuses et sinistres pour les adolescentes que l'est la perte de revenus pour Netflix», estime-t-elle.

Elle croit aussi que la série pourrait «causer des troubles alimentaires» ou aggraver les symptômes des personnes qui souffrent déjà de ces troubles.

Un porte-parole de Netflix contacté par le HuffPost UK a refusé de commenter.

La première saison d'Insatiable doit être lancée sur Netflix le 10 août.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Royaume-Uni a été traduit de l'anglais.

À voir aussi: