POLITIQUE
26/06/2018 18:19 EDT | Actualisé 28/06/2018 07:36 EDT

Une confrontation entre l'extrême droite et les antifascistes se prépare pour le 1er juillet

L'administration Plante s'inquiète des tactiques du SPVM dans ce genre de situation.

La Presse Canadienne

Les groupes d'extrême droite et les militants antifascistes se donnent rendez-vous à Montréal le 1er juillet. Et l'administration Plante met en garde le SPVM: la police ne doit pas les traiter sur un pied d'égalité.

Les groupes La Meute et Storm Alliance se rejoignent pour manifester contre l'immigration illégale. Ils marcheront à partir de midi, mais le point de départ n'a pas encore été annoncé. La Meute est connue pour ses positions anti-islam, alors que Storm Alliance se positionne plus généralement contre l'immigration.

Il n'en fallait pas plus pour que les réseaux «antifa» organisent une contre-manifestation en même temps, au parc Valois, ainsi qu'une autre manifestation pro-réfugiés en soirée.

Mardi, des citoyens se sont présentés devant la Commission de la sécurité publique de la Ville de Montréal pour exprimer leur inquiétude à propos des agissements Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pendant ce genre de confrontation. L'un d'eux s'est plaint que les policiers aient protégé des sympathisants néonazis lors d'une manifestation visant la résidence d'un de leurs leaders, qui se fait nommer Zeiger.

Les représentants du SPVM ont répondu qu'ils doivent protéger le droit de manifester de tous et prendre les mesures nécessaires pour éviter qu'il y ait des affrontements. Mais la responsable de la sécurité publique, Nathalie Goulet, estime qu'il ne faut pas mettre les antifascistes dans le même panier que l'extrême droite.

«Je suis préoccupée par la manifestation d'extrême droite du 1er juillet. Je ne pense pas que de mettre des néonazis dos à dos avec des antifascistes, ce soit une bonne stratégie de contrôle de foule», a-t-elle dit.

Mme Goulet a suggéré que la section des crimes haineux soit mise à contribution lors de manifestations de groupes comme La Meute.

L'extrême droite se fait entendre de plus en plus au Québec depuis quelques années, avec La Meute et Storm Alliance en tête de peloton. Ces deux groupes ont organisé une manifestation à Québec le 25 novembre, qui a aussi attiré des contre-manifestants. Une quarantaine de manifestants antifascistes avaient alors été arrêtés. Storm Alliance, parfois avec la participation de La Meute, a aussi manifesté plusieurs fois près du poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle. De nombreux demandeurs d'asile passent de façon irrégulière à cet endroit afin d'éviter la règle du «tiers pays sûr», qui les obligeraient normalement à demander refuge aux États-Unis.

Précision: Une version précédente de ce texte indiquait que des dizaines d'arrestations avaient eu lieu lors de la manifestation de La Meute et de Storm Alliance, le 25 novembre 2017. Selon la police, les personnes interpellées étaient des contre-manifestants liés aux groupes antifascistes de gauche.