POLITIQUE
15/06/2018 12:26 EDT | Actualisé 15/06/2018 12:26 EDT

La CAQ en mode défensif alors que s’amorce la période estivale

François Legault s'est fâché lorsqu'il a été questionné à propos de l'éthique d'un de ses candidats.

François Legault applaudi par son caucus lors de son bilan de fin de session, le 15 juin 2018.
LA PRESSE CANADIENNE
François Legault applaudi par son caucus lors de son bilan de fin de session, le 15 juin 2018.

QUÉBEC – Alors que les parlementaires font relâche et que la période estivale va battre son plein, la question sur toutes les lèvres est la suivante : est-ce que la Coalition avenir Québec (CAQ) est prête à diriger après le 1er octobre prochain?

Le plus récent sondage Léger dévoilait que la CAQ pouvait aspirer à un gouvernement majoritaire si les élections avaient lieu aujourd'hui. Mais ce qui retient surtout l'attention, c'est le désir de changement des Québécois.

Le chef caquiste François Legault n'a pas l'intention de prendre de vacances cet été. «Je le répète à mes collègues à tous les jours : il n'y a rien de joué. Il reste trois mois et demi. La confiance des Québécois, ça se mérite», a-t-il répété à l'Assemblée nationale.

Les libéraux vont essayer de mener, comme ils le font toujours, une campagne de peur.François Legault

Pour preuve, il a passé une partie de sa conférence de presse de bilan à défendre le président de son parti et son candidat dans La Prairie, Stéphane Le Bouyonnec, qui a dû prendre ses distances d'une entreprise de prêts à taux élevé.

M. Legault prétend qu'il n'était pas au courant des activités de l'entreprise en question, Techbanx, jusqu'à ce qu'elles soient dévoilées dans les médias de Québecor. Malgré tout, il soutient que M. Le Bouyonnec a fait une «erreur» qui ne justifie pas son renvoi.

Le chef de la CAQ admet qu'«il y a eu des meilleures journées». Mais il a fini par se fâcher devant l'insistance des journalistes sur l'éthique de son candidat. «Est-ce qu'on veut le crucifier?» a-t-il laissé échapper.

Couillard questionne la crédibilité de la CAQ

Le premier ministre Philippe Couillard n'a pas mentionné M. Legault une seule fois pendant son allocation d'ouverture, en conférence de presse, vendredi matin.

Mais quelques minutes auparavant, le Parti libéral du Québec (PLQ) envoyait un communiqué pour dire que le chef de la CAQ doit répondre à un «test de crédibilité» - sur la péréquation zéro ou la réduction du seuil d'immigration, entre autres.

Les libéraux ont l'intention de taper sur ce clou. «On ne peut pas proposer, à quelques semaines des élections, quelques mois des élections, un ensemble de politiques qui ne reposent sur rien, sur aucun chiffre, sur aucune action concrète. C'est ce qu'on va faire ressortir», a soutenu M. Couillard.

«Les libéraux vont essayer de mener, comme ils le font toujours, une campagne de peur. Mais à la peur, on va opposer l'espoir», a répliqué M. Legault.

Tant les caquistes que les libéraux prennent la route vendredi après-midi pour lancer leur tournée estivale. M. Legault prend un bain de foule au BBQ Fest de Québec avant de se diriger vers la Beauce. M. Couillard marquera le coup au Domaine Maizerets, à Québec.