POLITIQUE
13/04/2018 17:40 EDT | Actualisé 13/04/2018 17:40 EDT

Vers un référendum sur le stationnement dans le Plateau-Mont-Royal

Un groupe de citoyens conteste le règlement empêchant l'ajout de stationnements dans les ruelles.

krblokhin via Getty Images

L'arrondissement du Plateau-Mont-Royal se dirige vers un référendum sur le stationnement de ruelle. Un groupe de citoyens tente de forcer l'annulation d'un règlement qui interdirait l'ajout de nouveaux stationnements en cour arrière.

Le règlement a été adopté le 3 avril. Il est toutefois soumis au processus de référendum populaire. Un groupe de 30 citoyens tente donc de rassembler les signatures nécessaires pour la tenue d'un registre, qui déterminera si un référendum doit être organisé.

L'arrondissement souhaite ainsi favoriser le développement de ruelles vertes et décourager l'utilisation de la voiture.

Simon Cadotte, un avocat qui réside sur le Plateau, fustige l'équipe du maire Luc Ferrandez. Il estime que son droit à la propriété est brimé.

«J'avais un projet que je ne pourrai pas mener à bien. Je voulais convertir ma cour en stationnement pour y mettre une borne de recharge pour une voiture électrique. Mais à cause de ce règlement, je vais devoir continuer à rouler avec de l'essence», dit-il.

La Ville souhaite ajouter plus de 500 bornes de recharge accessibles à tous d'ici 2020. Elle en a déjà installé 450 depuis 2016. Cela ne suffit pas selon M. Cadotte.

«C'est pas si pire l'été. Mais en hiver, est-ce que je vais marcher quatre coins de rue pour aller chercher mon char? Non», lance-t-il.

M. Cadotte affirme que de nombreux résidents se débarrassent déjà de leurs places de stationnement en cour arrière. Il l'a d'ailleurs fait lui-même il y a cinq ans.

«Mes besoins ont changé», dit-il simplement.

Décourager les voitures ou décourager les familles?

Pour M. Cadotte, les mesures mises en place par M. Ferrandez et son équipe de Projet Montréal pour décourager l'utilisation de la voiture ne fait que décourager les familles montréalaises.

«Ils veulent attirer les jeunes familles à Montréal, mais il font tout pour les envoyer sur la Rive-Sud. J'ai trois enfants. Est-ce que je vais prendre ma bicyclette avec la poche de hockey de ma fille dans les mains pour l'amener à ses pratiques?», ironise-t-il, qualifiant les élus de Projet Montréal d'idéologues.

Mercredi, la Ville a annoncé une bonification des subventions pour l'acquisition d'une propriété, une mesure qui vise à maintenir les familles montréalaises sur l'île. Le budget du programme a plus que triplé pour bénéficier 3500 demandeurs annuellement, contre 700 l'an dernier.

Le maire du Plateau, Luc Ferrandez, a refusé notre demande d'entrevue.