POLITIQUE
17/03/2018 08:12 EDT | Actualisé 19/03/2018 09:51 EDT

Avec le tramway à Québec «priorisé», qu’en est-il de la ligne bleue?

Ottawa devra jongler avec toute une liste d'épicerie en termes de transport en commun.

Olivier Robichaud
«L'année est loin d'être terminée», fait remarquer la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

QUÉBEC – Ligne rose, ligne bleue, REM et maintenant tramway. La liste d'épicerie de Québec s'allonge pour dépenser les quelque cinq milliards de dollars disponibles du côté d'Ottawa pour le transport en commun dans la province.

Le projet de transport en commun «structurant» à Québec, dévoilé en grande pompe vendredi, devrait coûter aux alentours de trois milliards de dollars. Les paliers fédéral et provincial devront s'acquitter de l'ensemble de la note.

«On doit prioriser certains projets et celui-là sera priorisé», a confirmé le premier ministre Philippe Couillard.

Le ministre fédéral de la Famille, Jean-Yves Duclos, et le secrétaire parlementaire des Finances, Joël Lightbound, ont soutenu qu'Ottawa devrait financer le projet de tramway à 40% - la norme à l'ensemble du Canada, dit-il, soit environ 1,2 milliard de dollars.

Le fédéral devrait aussi injecter 1,3 milliard de dollars environ pour le Réseau express métropolitain (REM). La facture totale s'élève à environ six milliards de dollars, mais sera financée en bonne partie par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ).

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a confirmé que la Caisse avait évalué son projet de tramway, mais a déterminé qu'il n'était «pas commercialement rentable». «Pour nous, c'est un service public. On n'a pas la densité de Montréal», a justifié M. Labeaume.

De toute façon, la participation de la CDPQ dans le projet du REM augmente la part du gâteau fédéral pour d'autres projets de transports en commun, a ajouté le premier ministre Couillard.

«L'année est loin d'être terminée»

Dans la foulée de l'excitation accordée au tramway à Québec, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui a fait campagne sur une nouvelle ligne de métro, s'est montrée optimiste.

«Que Québec ait son tramway, c'est une bonne idée. Je suis très heureuse pour eux, a-t-elle dit. Plus de mobilité, plus de transport collectif, c'est toujours mieux. Et ça montre une réelle volonté, un réel besoin.»

chictype via Getty Images
Les nouveaux wagons Azur dans le métro de Montréal.

Et Montréal, dans tout ça? «Je vous dirais que je suis patiente et je pense que ce sera payant. Il y a des annonces à travers les différentes semaines et les différents mois. L'année est loin d'être terminée.»

Dans sa «Stratégie gouvernementale pour assurer l'occupation et la vitalité des territoires 2018-2022», le gouvernement du Québec a indiqué que la «création d'une nouvelle ligne de métro» - sans doute la ligne rose de Mme Plante – était l'une de ses priorités.

Oui, mais la ligne bleue?

Le ministre des Transports du Québec, André Fortin, a effectivement confirmé en entrevue avec le HuffPost Québec qu'il y aurait une annonce par rapport à «l'engagement du gouvernement sur la ligne bleue» au cours des prochaines semaines.

Son prolongement comprendra cinq nouvelles stations vers l'est, de la station Saint-Michel jusqu'à la station Anjou. Mais la promesse a souvent été repoussée à plus tard, en raison de son coût important. Le projet pourrait avoisiner au total les 2,6 milliards de dollars.

LA PRESSE CANADIENNE
Le ministre des Transports du Québec, André Fortin.

«On a déjà parlé de l'importance de la ligne bleue à Montréal, fait valoir le ministre Fortin. On sait que c'est un projet important, c'est un projet qu'on attend depuis longtemps, c'est un projet qui remplit les besoins d'un secteur de Montréal qui est sous-desservi.»

Québec est toujours en négociation avec Ottawa pour la deuxième phase du programme fédéral d'infrastructures pour les projets de transport en commun. M. Fortin est confiant que le plan sera dévoilé très bientôt.

Avec des informations d'Olivier Robichaud.