POLITIQUE
25/02/2018 22:10 EST | Actualisé 28/02/2018 07:03 EST

À TLMEP, Jean-Martin Aussant explique pourquoi il choisit le PQ et non QS

C'est Jean-Philippe Wauthier qui lui a posé la «question qui tue».

C'est l'animateur Jean-Philippe Wauthier – et non Guy A. Lepage – qui a posé la «question qui tue» à Jean-Martin Aussant, lors de son passage à l'émission Tout le monde en parle pour souligner son retour au Parti québécois (PQ).

«Je suis curieux parce qu'à partir du moment où Option nationale fait partie de Québec solidaire, si fondamentalement, Option nationale, c'est Jean-Martin Aussant, pourquoi pas [joindre les rangs de] Québec solidaire?» a demandé M. Wauthier, qui était l'invité avant M. Aussant.

«Option nationale n'a jamais été Jean-Martin Aussant, a répondu le principal intéressé. C'était vraiment le rassemblement de plein de jeunes. La grande force d'Option nationale, ça a été d'intéresser pour la première fois de leur vie des jeunes vers la politique.»

Radio-Canada/Karine Dufour

«Ma famille politique, c'était à l'origine le PQ et c'est encore et toujours dans le paysage actuel le seul parti qui a été fondé pour faire du Québec un pays, a poursuivi M. Aussant, lorsqu'il a été relancé par Guy A. Lepage. Pour une cause aussi immense, c'est un parti qui été fondé pour ça qui va y arriver et pas un parti dont c'est une position parmi d'autres.»

M. Aussant a annoncé cette semaine qu'il devenait conseiller spécial du chef péquiste Jean-François Lisée et de la vice-chef Véronique Hivon pour les questions liées à la métropole et à l'entrepreneuriat.

Taschereau n'est pas une option

M. Aussant souhaite également être candidat aux prochaines élections, mais n'a pas encore annoncé dans quelle circonscription. Il répète que ce sera «assurément» dans la région de Montréal parce qu'il veut «concilier travail et famille».

«Pour concilier travail et famille, vous seriez bien mieux à Québec, juste à côté du Parlement...» a fait remarquer Guy A. Lepage, en faisant référence à la députée de Taschereau, Agnès Maltais, qui tire sa révérence.

«J'habite Montréal en ce moment, je vais prendre un comté dans la région de Montréal», a rétorqué M. Aussant.

«Non, non, mais on jasait là...»

TVA Nouvelles révélait dimanche que des membres du PQ dans Pointe-aux-Trembles demandaient à M. Aussant de se présenter dans leur circonscription, un château-fort péquiste, alors que Maxime Laporte est déjà un candidat à l'investiture déclaré.

Ni un inclusif, ni un «chartiste» pur

En réponse à une question à savoir s'il est dans le camp des inclusifs ou des identitaires - «Êtes-vous plus Véronique Hivon ou Jean-François Lisée?» - M. Aussant dit qu'il n'est ni l'un, ni l'autre.

«Moi, je suis dans le camp de ceux qui pensent qu'il faut respecter toutes les cultures, dont la nôtre», a fait valoir le nouveau conseiller du PQ, qui avait déjà quitté le parti lors du débat entourant la Charte des valeurs.

Je suis ni inclusif pur, ni chartiste pur et je pense que c'est le cas de la grande majorité des Québécois.

«Je suis un fervent fan de l'équilibre en toutes choses. Il faut faire respecter nos façons de faire ici, mais accepter des gens qui ont des habitudes différentes.»

Il dit qu'il n'est pas le seul dans sa position. «Je suis ni inclusif pur, ni chartiste pur et je pense que c'est le cas de la grande majorité des Québécois», a-t-il dit en conclusion.

Retour sur la blague de Lisée

À TLMEP, Jean-Philippe Wauthier est revenu sur la blague du chef péquiste Jean-François Lisée concernant la «moustache» de la députée de Québec solidaire, Manon Massé, qui a fait sourciller l'équipe de La soirée est encore jeune.

Radio-Canada/Karine Dufour

«Il s'est permis ça, Jean-François, parce qu'il était à l'émission de radio en direct un dimanche soir et il vient souvent, avec quatre gars de La Soirée qui font des blagues. Pis, tu l'entends qu'il avance en n'étant pas trop certain, mais qu'il va la livrer pareil», a opiné M. Wauthier.

M. Lisée a depuis reconnu qu'il était allé un peu trop loin. «Plusieurs ont trouvé cette blague déplacée et, avec le recul, je leur donne raison», a-t-il écrit sur les réseaux sociaux.