POLITIQUE
16/01/2018 13:35 EST | Actualisé 16/01/2018 15:09 EST

Au tour d'Agnès Maltais de quitter le navire du Parti québécois

Elle est la troisième députée péquiste à annoncer qu'elle ne sollicitera pas un autre mandat.

La Presse canadienne/Denis Beaumont

La députée péquiste Agnès Maltais quittera la vie politique en 2018, a-t-elle annoncé lors d'une conférence de presse, mardi après-midi.

Mme Maltais ne se présentera pas aux prochaines élections générales qui auront lieu en octobre prochain. Elle est l'élue de la circonscription de Taschereau à Québec depuis 1998.

Elle est actuellement la seule représentante du PQ dans la région de Québec et la porte-parole de l'opposition officielle en matière de culture.

Dans le gouvernement de Pauline Marois, elle a été ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

Deux autres grosses pointures du Parti québécois ont annoncé mardi qu'ils ne solliciteront pas un autre mandat, soit Alexandre Cloutier et Nicole Léger.

Le doyen de l'Assemblée nationale, François Gendron, songerait lui aussi à quitter la vie politique.

Pour sa part, Le Journal de Québec signale que le député de Rousseau, dans Lanaudière, Nicolas Marceau, un ancien ministre des Finances, songe lui aussi à abandonner la politique.

Des libéraux aussi en réflexion

Plusieurs libéraux seraient aussi en réflexion quant à leur avenir politique: les noms des députés de la région de Québec André Drolet (Jean-Lesage), Raymond Bernier (Montmorency), Norbert Morin (Côte-du-Sud) et Michel Matte (Portneuf) circulent, ainsi que ceux de Jean-Marc Fournier (Saint-Laurent) et de Jacques Chagnon (Westmount-Saint-Louis).

Le premier ministre Philippe Couillard n'a pas confirmé de départs au sein de son parti, mais il admet que l'approche des élections force bien des députés à se questionner.

"La politique, c'est un gros saut qu'on fait dans la vie, ça représente plusieurs aspects de sacrifices personnels et familiaux, il y a la question de l'âge également pour certains qui entre en compte", a-t-il dit lors d'une mêlée de presse à Québec.

À la Coalition avenir Québec (CAQ), on n'anticipe pas de départs cette année. "À ma connaissance, tout le monde se représente", a indiqué le député Simon Jolin-Barrette, mardi.

Avec des informations de La Presse canadienne.

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​

Galerie photo
Des dossiers politiques à surveiller en 2018
Voyez les images