POLITIQUE
08/06/2017 07:37 EDT | Actualisé 08/06/2017 07:38 EDT

Sébastien Proulx rejette l'idée de payer 1000 $ aux finissants du secondaire

La Presse Canadienne/Jacques Boissinot

Inutile d'y rêver: les finissants des écoles publiques secondaires ne recevront pas 1000 $ du gouvernement Couillard à l'obtention de leur diplôme.

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, a carrément rejeté l'idée de l'homme d'affaires Mitch Garber, jeudi, disant plutôt vouloir soutenir les étudiants tout au long de leur parcours scolaire.

M. Garber avait suggéré qu'une somme de 1000 $ sans impôt soit remise à chaque diplômé, pour inciter les jeunes à terminer leur cinquième secondaire.

La mesure, d'après lui, coûterait 60 millions $ par année, soit 0,3 pour cent du budget annuel du ministère de l'Éducation. Le coût du décrochage scolaire au Québec est évalué à 1,9 milliard $ par année.

"Dans tous les plans que nous avons faits, il n'est pas question de bonifier d'une façon comme celle-là la diplomation, ce n'est pas le choix qu'on a fait", a dit le ministre.

"On les soutient au quotidien dans leur parcours; c'est le choix qu'on a fait comme société et c'est la raison pour laquelle nos orientations budgétaires font en sorte qu'on améliore encore les ressources et le soutien autour d'eux", a-t-il ajouté.

M. Proulx a dit cependant vouloir encourager les initiatives personnelles afin de lutter contre le décrochage scolaire, comme celle de M. Garber, qui a récemment versé 50 000 $ à l'école Mont-de-LaSalle à Laval.

Projet de loi déposé vendredi

Par ailleurs, le ministre de l'Éducation déposera vendredi un projet de loi pour augmenter la fréquentation scolaire.

La pièce législative, très attendue, abordera trois grandes questions: les écoles religieuses illégales, la scolarisation à la maison et l'école pour les sans-papiers.

M. Proulx a dit vouloir "faire le ménage" dans certaines pratiques et offrir un meilleur encadrement aux élèves.

Son gouvernement a été abondamment critiqué dans les dernières années par l'opposition à Québec, qui l'accuse d'une part d'avoir fermé les yeux sur les écoles religieuses clandestines, et d'autre part de n'avoir rien fait pour garantir l'accès gratuit à l'école publique aux enfants sans papiers.

La session parlementaire se terminant la semaine prochaine, un tel projet de loi ne pourra être adopté avant la prochaine rentrée scolaire.

LIRE AUSSI:

» Sébastien Proulx ordonne la fin du maquillage des résultats scolaires

» La fin du tripotage des notes, vraiment?

» Falsification des résultats: le ministère devra fournir ses données

VOIR AUSSI: