POLITIQUE
22/05/2017 06:33 EDT | Actualisé 22/05/2017 09:52 EDT

Convergence : une entente gardée secrète par Québec solidaire

Radio-Canada a appris que les partis souverainistes regroupés dans le OUI-Québec (Organisations unies pour l'Indépendance) ont conclu une entente il y a quelques semaines sur une « feuille de route » pour accéder à la souveraineté. Cette entente signée par les représentants du Parti québécois, de Québec solidaire, d'Option nationale et du Bloc québécois est restée secrète à la demande de Québec solidaire. Le parti souhaitait que ses membres se prononcent d'abord sur la convergence avec le Parti québécois.

La « feuille de route » décrit la mécanique envisagée pour faire du Québec un pays souverain. Elle répond à des questions comme « Doit-on tenir un référendum? », « Quel type de question référendaire faut-il poser? » ou « Doit-on mettre sur pied une assemblée constituante pour consulter les Québécois? ».

Selon nos informations, l’entente prévoit la création de cette fameuse assemblée constituante, un élément central dans le programme de Québec solidaire. Elle aurait le mandat de rédiger la constitution du Québec. Le Bloc québécois, Option nationale, le Parti québécois et Québec solidaire se seraient entendus pour dire qu’il s’agit d’un bon moyen pour accéder à la souveraineté.

La présidente de OUI-Québec, l’ex-syndicaliste Claudette Carbonneau, confirme qu’une entente a été signée par les partenaires. Elle confirme aussi que c’est à la demande de Québec solidaire qu’elle n’a pas été dévoilée avant le Congrès de la fin de semaine où les militants solidaires ont massivement rejeté l’idée d’un pacte électoral l’an prochain avec le Parti québécois.

« Nous voulions conserver le consensus. On est capable de poser des gestes de bonne foi », dit-elle pour expliquer pourquoi OUI-Québec a accepté la demande de QS.

On peut toutefois se demander quel effet le dévoilement de l’accord aurait pu avoir sur les débats concernant la convergence au congrès de Québec solidaire. S’ils avaient su que l’assemblée constituante était acceptée par les partenaires souverainistes, auraient-ils été aussi virulents à l’égard du PQ?

La co-porte-parole de QS, Manon Massé, ne pense pas que le résultat du vote de dimanche aurait été différent. Pour elle, la concertation véhiculée par le OUI-Québec et les pactes électoraux avec le Parti québécois sont deux choses différentes. Elle justifie le report de l’annonce de l’entente sur la « feuille de route » par le fait que QS avait d’autres priorités. « Pour le Québec, on avait le devoir de faire le travail sur la fusion avec Option nationale et la convergence [avant] », dit-elle. Elle ajoute que Québec solidaire est toujours prêt à continuer à travailler avec OUI-Québec, même si les militants ont rejeté la convergence avec le Parti québécois.

La responsable de la convergence au Parti québécois, Véronique Hivon, est déçue de la tournure des événements. « Au PQ, on aurait souhaité, par souci de transparence, que le OUI-Québec puisse rendre publique l’entente dès sa conclusion en avril. Le PQ était extrêmement inconfortable avec la demande de report exigée par Québec solidaire », a-t-elle dit.

LIRE AUSSI:

» Pactes électoraux: le PQ doit assumer ses responsabilités, selon Québec solidaire (VIDÉO)

» Québec solidaire : Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois promettent de former une «équipe d'enfer»

» Les militants de Québec solidaire rejettent une alliance avec le Parti québécois