POLITIQUE
21/03/2017 02:11 EDT | Actualisé 21/03/2017 04:46 EDT

Texte d'Andrew Potter: le Bloc dénonce la «Québecophobie» de l'auteur

« En lisant son article, j’ai eu mal au cœur. »

OTTAWA – Le Bloc québécois estime que le texte d’opinion d’Andrew Potter dans le magazine Maclean’s est du « Québec bashing » pur et simple, voire de la « Québécophobie ».

« En lisant son article, j’ai eu mal au cœur, a réagi Xavier Barsalou-Duval, chef parlementaire du Bloc. On a pris un paquet de faits divers, on a mis ça ensemble et on a fait croire que c’est un article intellectuel. »

« Vous savez, ce n’est pas parce qu’on a une tempête de neige qu’on est des aliénés, puis ce n’est pas parce qu’on a des policiers en grève qu’on est une gang de fous. Je pense qu’il y a des limites et que c’est inacceptable. »

M. Potter, qui est directeur de l’Institut d’études canadiennes de McGill, a soutenu dans sa tribune que le cafouillage de l’autoroute 13 au cours de la tempête de neige, la semaine dernière, révèle rien de moins qu’un malaise social dans la société québécoise.

Il a entrepris de défendre son point en expliquant le présumé manque de solidarité au Québec – où les policiers exercent des moyens de pression avec des pantalons colorés, où des restaurateurs véreux émettent deux sortes de factures selon le moyen de paiement et où les machines ATM distribuent des billets de 50$ selon lui.

La réaction a été immédiate : la classe politique québécoise a condamné les propos du chroniqueur. Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a dit que son texte était « rempli de préjugés ». Le chef de la CAQ, François Legault, l’a quant à lui qualifié de « torchon ».

À Ottawa, la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a dit que le texte publié dépeignait un « raccourci qui est totalement absurde ».

M. Potter s’est depuis excusé pour les propos véhiculés dans le Maclean’s.

La Chambre des communes a rejeté une motion du Bloc pour dénoncer les propos de M. Potter. « On dirait que quand ça concerne le Québec, ce n’est pas grave, on le tolère, on le laisse passer, mais quand c’est d’autre monde, on agit autrement. Le double standard, il faut que ça cesse », a réagi Xavier Barsalou-Duval, après les faits.

Invité à clarifier ce qu’il voulait dire par « d’autre monde », il a dit que toutes les formes de haine – dont l’islamophobie – devaient être dénoncées. Le débat sur la controversée motion M-103 reprend mardi soir et un vote devrait avoir lieu jeudi.

Excuses acceptées

Le chef du NPD, Thomas Mulcair, refuse pour sa part de parler de « Québec bashing », mais en tant que diplômé de McGill, il se dit « attristé » de voir que de tels propos ont été véhiculés.

L’université s’est d’ailleurs dissociée des propos de leur responsable de l’Institut d’études canadiennes.

« L’article n’avait pas de bon sens, résume M. Mulcair. Monsieur Potter a reconnu lui-même que ça n’avait aucun bon sens et même l’Université McGill pense que ça n’avait pas de bon sens. »

Le conservateur Gérard Deltell est d’accord pour dire que le texte était « tout à fait indigeste ». Mais il est d’avis qu’il faut passer à autre chose, maintenant que M. Potter s’est excusé.

Tant M. Mulcair que M. Deltell disent avoir voté en faveur de la motion bloquiste.

LIRE AUSSI:

» Cafouillage sur l'autoroute 13 et manque de solidarité au Québec: Andrew Potter se rétracte

» Cafouillage dans la tempête: un expert de McGill blâme la société québécoise

INOLTRE SU HUFFPOST