DIVERTISSEMENT
16/11/2016 07:44 EST | Actualisé 17/11/2016 10:50 EST

«L'Heptade XL», le groupe Harmonium revisite son album iconique

Quarante ans après la sortie de son fameux L’Heptade, le groupe Harmonium a lancé mardi une nouvelle version moderne du disque emblématique. Le chanteur Serge Fiori et le bassiste Louis Valois étaient présents pour parler de ce projet rendu possible grâce à la découverte des pistes originales que l’on pensait disparues à jamais.

La salle du Métropolis était pleine. L’occasion unique de rencontrer les deux membres fondateurs du groupe Harmonium a fait bouger les foules. Pas seulement les nostalgiques, mais aussi les amoureux de musique. Car le 15 novembre 1976, l’industrie explosait sous l’effet de la bombe L’Heptade. Le succès est immédiat et l’album atmosphérique dont les pistes dépassent souvent les 10 minutes d’écoute se vend à plus de 100 000 exemplaires.

LIRE AUSSI

» «L'Heptade», sous un nouveau ciel

» «L'Heptade XL», le groupe Harmonium revisite son album iconique

«On avait joué des tounes de L'Heptade sur scène avant même que l'album ne paraisse, a rappelé Serge Fiori. Le public ne les connaissait pas encore. Pour nous, c’était la seule façon de voir si les chansons touchaient les gens»

Le troisième et dernier album du groupe, L’Heptade, est un concept ésotérique lié au chiffre sept et à ses représentations. «Après le disque Les cinq saisons, il y a une porte qui s’est ouverte. Il fallait aller plus loin vers une musique sans limites. La liberté totale. On tripait sur la magie du chiffre sept qui se retrouve partout, à la fois dans les religions et dans les notions spirituelles», a raconté le chanteur.

De la folie à la sagesse, les sept étapes de la conscience humaine seront le dénominateur commun à un projet d’album considéré aujourd’hui comme un classique de la musique québécoise. Louis Valois et Serge Fiori sont dans leur vingtaine quand le Parti québécois prend le pouvoir en novembre 1976 au même moment où sort L’Heptade.

«La musique est un art rassembleur, ce n'est pas pour polariser. Je n'aime pas la polarisation. J’ai d’abord imaginé un voyage initiatique pour unir les différentes facettes de notre personnalité. J’ai écrit le tout à la première personne», a expliqué le chanteur.

Une relecture

Les membres du groupe s’installent dans la demeure de Fiori à Saint-Césaire en Montérégie pour mettre en musique ce concept audacieux et complexe dont les arrangements orchestraux seront réalisés par Neil Chotem. Dotée d’un budget énorme pour l’époque, 90 000 dollars, la production est la plus coûteuse de l'histoire du disque québécois.

«On a fait des pistes et on a écouté la musique. C’était le plus bel été que l’on n’a jamais vécu. On se sentait transportés par quelque chose de plus gros que nous. On avait tellement hâte que les gens écoutent cette musique», a dit Louis Valois.

Quatre décennies plus tard, tous pensaient qu’une inondation avait causé la perte des 24 pistes originales. Mais on les a retrouvés par hasard en 2016 dans un classeur oublié à l’intérieur des anciens bureaux montréalais de Sony. «Lorsqu’on les a réécoutés, on a braillé comme des petits bébés. C’était miraculeux. Tout était en si bon état», a dit ému le bassiste.

Dans L’Heptade XL, le son a été retravaillé et remanié avec en bonus plusieurs surprises. «On a essayé de respecter tout ce qui est à l’origine, mais on en a profité pour combler quelques regrets comme avec la chanson Le corridor que l’on a refait. On a aussi fait un ajout secret, c’est donc aux auditeurs de le découvrir», a annoncé Valois.

Serge Fiori voit la sortie d’Heptade XL comme une proposition complète de l’aventure initiale. «C’est une relecture. On ne veut pas toucher à L’Heptade et cet album ne le remplace pas. On avait une vision liée à une exploration, et cette vision demeure importante pour nous, même quarante ans plus tard.»

Harmonium

L’Heptade XL

Sortie le 18 novembre

Sony Music

Voir aussi:

Galerie photoPlaylist d'automne: 6 albums québécois à surveiller Voyez les images