DIVERTISSEMENT
17/07/2016 01:55 EDT | Actualisé 18/07/2016 01:54 EDT

Festival Juste pour rire 2016: des imitations à toutes les sauces

Le Show 100% inimitable est constitué à 100%, vous l’aurez deviné, d’imitations. Joël Legendre et Véronique Claveau sont les maîtres de cérémonie, ce soir, sur la grande Scène Vidéotron du Festival Juste pour rire, de ce happening réunissant quelques-uns des meilleurs imitateurs d’ici, dont deux visages encore inconnus qui, paraît-il, nous jetteront par terre.

Steeve Diamond, Martin Proulx, de Ça fait un bye et Dans le tordeur, Jean-François Breau, dont on découvrira les talents d’humoriste, ainsi que Geneviève Côté et Greg Tudeski promettent de vous confondre et de vous faire rire en pastichant près de 80 personnalités que vous connaissez bien. Même dans leurs segments d’animations parlées, Legendre et Claveau seront rarement dans leur propre peau et leur propre voix. Il y a donc «du monde à la messe», c’est le moins qu’on puisse dire : Cœur de pirate, Ginette Reno, Mario Pelchat, Phil Collins, Elton John, Lady Gaga, Shakira, Marie-Mai…

«C’est un spectacle qui se veut un feu roulant, extrêmement dynamique, indique Véronique Claveau. On est plusieurs sur scène et on couvre un grand éventail de personnalités, autant québécoises qu’à l’international.»

LIRE AUSSI:

» Votre aide-mémoire pour profiter du festival

» Juste pour rire vous envoie jouer dehors

» «Les Franglaises», un délire musical et théâtral

Le spectacle mis en scène par Joël Legendre est séparé en différents thèmes. Par exemple, un tableau sera consacré aux grands disparus. Dans un autre, trois imitateurs incarneront une seule et même personne, et le public pourra trancher en faveur de son favori. Il y aura aussi un «duel de Céline Dion» ; on sait que tant Joël Legendre que Véronique Claveau et Martin Proulx interprètent tous la diva avec brio. Chaude lutte à prévoir!

Les artistes pourront compter sur perruques et accessoires pour rendre leurs parodies encore plus réelles. Et soyez à l’affût, car quelques-unes de leurs «victimes» pourraient peut-être les rejoindre pour faire la fête avec eux…

«Le but, c’est de mettre les imitateurs en valeur, note Véronique Claveau. C’est une belle vitrine pour eux, et ce sont tous des gens qui ont beaucoup de talent et d’énergie. Et, des shows d’imitations, il y en a de moins en moins.»

Un tournant important

Il y a bien eu Star Académie qui l’a introduite au public en 2004, mais c’est surtout grâce à ses talents d’imitatrice que Véronique Claveau s’est forgé une place bien à elle dans le milieu artistique. Ses années dans Revue et corrigée, au Théâtre du Rideau Vert, l’ont menée à participer au Bye Bye, auquel elle prendra part pour une troisième année en décembre. Et elle côtoie Joël Legendre depuis longtemps sur les planches et devant la caméra.

«C’est Joël qui m’a engagée sur Revue et corrigée en 2007, signale la jeune femme. Il y a neuf ans, il m’a fait confiance. J’ai fait sept ans de Revue et corrigée et je m’en vais sur ma troisième année de Bye Bye. C’a donc été un beau tournant pour moi, un peu inattendu, qui m’a permis non seulement d’exploiter les imitations, mais aussi le jeu. Moi, je suis une chanteuse qui interprète, et c’a ouvert mes capacités d’interprétation.»

Véronique Claveau se réjouit par ailleurs de constater que le style d’humour qu’est l’imitation semble regagner ses lettres de noblesse sur scène, après quelques années plus tranquilles.

«C’a été une tendance dans les années 80, avec majoritairement des hommes qui faisaient ça : Pierre Verville, Jean-Guy Moreau, André-Philippe Gagnon, pour ne nommer que ceux-là. Il y a eu Claudine Mercier dans les années 90, et Véronic DiCaire le fait magistralement bien, mais sinon… Je ne sais pas comment expliquer ça, mais c’est particulier comme métier, je trouve, d’imiter des gens qui sont connus. Ça demande beaucoup de polyvalence.»

«Dans le contexte du Bye Bye, par exemple, je trouve ça formidable. Je me rends compte que les gens aiment ça. Quand ils me rencontrent, ils me demandent d’imiter Marina Orsini, par exemple, et leur regard change quand je m’exécute! Il y a des références auditives et physiques, et c’est comme si la personne se retrouvait devant eux automatiquement, même si c’est grossi et caricatural. J’aime beaucoup être dans la caricature. C’est bien le fun à faire et ce n’est jamais dans la méchanceté!»

Véronique Claveau assure d’ailleurs qu’aucune personne dont elle s’est gentiment moquée ne lui a signifié sa désapprobation ou n’a été blessée.

«Ce n’est jamais venu à mes oreilles, en tout cas! Je touche du bois!»

Le Show 100% inimitable, ce dimanche, 17 juillet, à 21h, sur la Scène Vidéotron, à la Place des Festivals.

Galerie photo Galas Juste pour rire Voyez les images