DIVERTISSEMENT
13/07/2016 10:03 EDT | Actualisé 14/07/2016 09:35 EDT

Juste pour rire 2016: «Les Franglaises», un délire musical et théâtral (VIDÉO/PHOTOS)

Si on vous dit «Il pleut des hommes», vous pensez automatiquement It’s Raining Men? Avez-vous déjà songé, en fredonnant le premier couplet d’Another Brick In The Wall, que celui-ci commence en fait par «On n’a pas besoin d’éducation»? Et que I Get Around, des Beach Boys, se résume, en français, à Je reste autour?

Galerie photo Les Franglaises Voyez les images

La troupe française Les Franglaises a fait l’exercice de traduire, littéralement, dans la langue de Molière une trentaine de classiques de celle de Shakespeare et transpose le résultat de son habile travail dans la pièce de théâtre musicale qui porte son nom. Un tour de chant souvent absurde et burlesque, pas tellement décapant, mais très comique, qui s’améliore au fur et à mesure qu’il avance, et qu’on applaudit ces jours-ci à la Salle Pierre-Mercure du Quartier latin, et dont la première avait lieu mercredi.

Les critiques européennes, du Parisien à Télérama, se sont émoustillées sans retenue sur Les Franglaises, vantant l’humour et la folie de la production. Et c’est vrai que c’est drôle. Ce qui séduit, entre autres, c’est l’enrobage presque collégien, désordonné du spectacle. L’un des artistes récite des vers de chansons en français, puis les spectateurs doivent crier le titre du morceau lorsqu’ils le reconnaissent. Lorsque la bonne réponse a été trouvée, les chanteurs entonnent la pièce, encore en français.

Ainsi, Ring My Bell devient Tu peux sonner ma cloche, Purple Rain s’intitule Pluie violette ou Pourpre pluie, Girls Just Want To Have Fun est rebaptisée Les filles veulent s’amuser, etc. On entend aussi «L’enfant n’est pas mon fils» de Billie Jean, on réinvente In The Navy de Village People, Wannabe des Spice Girls et Something Stupid des Sinatra, et même Le temps des cathédrales. D’autres fantaisies, telles une imitation d’Yves Montand s’excitant sur une ritournelle de Kylie Minogue, sont également au programme. On nous souhaite en outre bienvenue à l’Hôtel California

Hilarantes improvisations

Les interactions avec le public donnent lieu à de savoureuses improvisations, et les vedettes des Franglaises ne sont pas avares de taquineries, osant plusieurs blagues personnalisées. Ils aiment apparemment beaucoup se payer la tête des Québécois, de leur poutine… et même Pierre Karl Péladeau reçoit son clin d’œil!

Ici, pas de mise en scène spectaculaire, pas de projections éblouissantes ou d’effets spéciaux impressionnants (si ce n’est de petites pétarades judicieusement placées dans l’un des tableaux et du «vol» d’un des hurluberlus dans un autre). On table plutôt sur l’énergie, le charisme et la drôlerie naturelle des comédiens, qui multiplient les mimiques, les chutes et les pas de danse pour faire rigoler le parterre. Comme seul décor, les instruments, mais l’animation ne manque pas pour autant. Et ça fonctionne à merveille. Tout est très simple, et très amusant. Un peu redondant sur le fond – quoique les différentes saynètes sont toutes ingénieuses et différentes -, mais fort sympathique.

Si convivial, en fait, que les membres du groupe se promènent dans la salle avant le début officiel de la représentation, dans leurs habits-cravates et leurs robes longues, pour serrer la main des gens et leur souhaiter la bienvenue. Ne se prenant visiblement pas au sérieux, nos franglais et franglaises coursent, tombent, font mine de se bagarrer et se permettent même de descendre plusieurs fois de la scène pour déconner avec l’assistance. Danser un slow avec un homme assis en bord de rangée ou se trémousser debout sur les sièges, il n’y a rien à leur épreuve! Puis, évidemment, les modifications des couplets et des refrains d’une langue à l’autre sont généralement très cocasses. Sans compter que les voix de la joyeuse bande sont toutes impeccables.

Les Franglaises est l’un des éléments de la programmation du 34e Festival Juste pour rire. Certes, l’événement annuel comporte son lot de rendez-vous à grand déploiement, qu’on pense à son habituelle comédie musicale au Théâtre St-Denis (Mary Poppins cette année) ou à certains de ses spectacles extérieurs gratuits, grandioses, mais des propositions plus dépouillées, non dissimulées sous une tonne d’artifices, comme Les Franglaises, ont aussi leur charme et nous reconnectent aux bases mêmes de l’humour. En ce sens, Les Franglaises constituent un excellent choix et une fabuleuse découverte.

Les Franglaises tiennent l’affiche de la Salle Pierre-Mercure jusqu’au 24 juillet. Le 34e Festival Juste pour rire sera lancé officiellement ce samedi, 16 juillet.