DIVERTISSEMENT
05/07/2016 08:25 EDT | Actualisé 05/07/2016 08:28 EDT

Ghostly Kisses: premier flirte avec le Festival de Jazz de Montréal

Ghostly Kisses est un duo de musique de Québec composé de la chanteuse et violoniste Margaux Sauvé puis du compositeur-musicien Dragos Chiriac. Ensemble, ils ont créé un impressionnant buzz sur Internet, particulièrement sur le service de streaming musical Spotify. Le groupe, qui propose des chansons anglophones, offrira deux spectacles au Savoy du Métropolis, dans le cadre d’un programme double au Festival international de jazz de Montréal. Entrevue Skype avec les deux fondateurs.

Sur Spotify, le morceau Such Words a été jusqu’à ce jour écouté plus de 1,5 million de fois. Au total, les quatre singles (les autres titres originaux sont Never Know, One et Roses) publiés par la formation ont engendré 1,8 million de clics. C’est énorme pour un groupe qui en était à ses balbutiements l’an dernier. «Le nombre de personnes qui s’intéressent à notre musique continue aussi de grandir, que ce soir sur Spotify, Soundcloud ou Facebook», spécifie Margaux Sauvé.

En studio, Margaux et Dragos sont les deux piliers de Ghostly Kisses. Ils font de la musique électronique sensuelle, soignée et épurée que l’on peut qualifier de dream pop. En mars, le groupe a offert un nouveau morceau intitulé Roses.

Plus récemment, le 28 juin, on a vu apparaître sur Internet un vidéoclip d’une version encore plus triste (et assez poignante) de la magnifique chanson Back to Black (de l’album du même titre paru en 2006), de la réputée chanteuse britannique Amy Winehouse, décédée à l’âge de 27 ans, en 2011.

«J’ai adoré cette artiste, admet Margaux Sauvé. J’aime particulièrement les paroles et la mélodie de Back to Black. Disons qu’elle me colle à la peau [...] J’ai seulement personnalisé beaucoup la pièce en proposant une interprétation très différente de l’originale. Avec ce morceau, on a touché un public qui ne nous connaissait pas beaucoup, sinon pas du tout. Il nous a ouvert d’autres milieux.»

D’ailleurs, la chanteuse a confié durant notre entretien qu’elle allait interpréter Back to Black durant les concerts livrés dans le cadre du Festival de jazz. Une première, donc.

Nouvelles chansons

Mentionnons que Ghostly Kisses, outre les quatre singles diffusés à l’heure actuelle, dispose d’une dizaine de nouvelles chansons qui pourront être entendues par les festivaliers. Quatre d’entre elles sont inédites. «On a pas mal de nouveau matériel, de dire la chanteuse. Tout ça va se retrouver bientôt sur un EP ou un long jeu.»

Indépendants, les membres de Ghostly Kisses ne cachent pas leur intérêt à signer avec un label qui serait intéressé par leur travail. D’ici là, ils continuent néanmoins de créer et de partager leur musique. «On fait tout nous-mêmes (sinon, ils ont un peu d’aide au niveau de la vente des billets de spectacles), lance Sauvé. Si quelque chose d’intéressant se présente, on va évaluer tout ça avec intérêt.»

Depuis sa création officielle, quelque part au printemps 2015, le groupe a livré un peu moins de dix spectacles. Il a entre autres participé à la Canadian Music Week, à Toronto. Si on se fie à la tendance, Ghostly Kisses devrait se produire en concert des dizaines et des dizaines de fois au cours des prochains mois. Outre sa première participation au Festival international de jazz de Montréal, le groupe est aussi au programme du Festival d’été de Québec (le vendredi 15 juillet, à 20h). «On trippe», d’envoyer avec un grand sourire Dragos Chiriac, quand vient le temps de commenter leur première participation aux deux grands événements musicaux.

L’autre visage de Ghostly Kisses

«Ma collaboration avec Dragos est surtout sur le plan de la composition et de la réalisation en studio, explique Sauvé. Dans le fond, Dragos c’est le grand manitou derrière le projet. Il s’occupe aussi des photos et des vidéos… Pour ce qui est du spectacle, j’ai deux musiciens avec moi».

Sur scène, Ghostly Kisses se présente alors sous un autre visage : la chanteuse est accompagnée du batteur Louis-Étienne Santais et du claviériste (aussi guitares et chœurs) Antoine Anger.

«Je ne me considère pas comme un grand pianiste pour le concert, raconte Dragos Chiriac. Ce que j’aime surtout c’est composer et réaliser. Je suis dans la salle quand même, mais c’est tout. Il faut dire que je fais aussi partie d’un autre groupe, Men I Trust, dans lequel je joue sur scène.»

Le quatuor Men I Trust, c’est l’autre formation de musique électronique (ajoutons les genres trip-hop et funk) qui fera partie de ce programme double incluant Ghostly Kisses et qui est offert au Festival international de jazz de Montréal, les 6 et 7 juillet, au Savoy du Métropolis, à compter de 19 h.

Ghostly Kisses et Men I Trust… Tout est dans tout !

LIRE AUSSI:

» Festival de jazz 2016: Nos incontournables

» Jim Zeller se la joue Ennio Morricone

» Rufus Wainwright en deux temps

» Terrace Martin, dans les bonnes grâces du monde du jazz

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Rufus Waiwright avec Grand orchestre au Festival de Jazz 2016 Voyez les images