POLITIQUE
16/05/2016 09:59 EDT | Actualisé 16/05/2016 11:54 EDT

Direction du Parti conservateur du Canada : Michael Chong y va «pour gagner» (VIDÉO)

OTTAWA – Le député conservateur ontarien Michael Chong se joint à la course pour remplacer son ancien chef Stephen Harper.

«J’y vais pour gagner, a-t-il dit au Huffington Post Canada. Je me lance pour attirer de nouvelles personnes dans le parti, et je suis très excité.»

LIRE AUSSI : Maxime Bernier ne craint pas que ses erreurs passées lui coûtent la chefferie du Parti conservateur

Chong, 44 ans, en a fait l’annonce officielle à Ottawa lundi matin aux côtés de son épouse Carrie et de ses trois jeunes garçons, William, Alistair et Cameron.

En entrevue avant l’annonce, Chong a expliqué qu’il se voit comme un candidat qui pourrait aider le parti à prendre de l’expansion et à se moderniser, tout en expliquant aux Canadiens comment le Parti conservateur du Canada est le meilleur véhicule pour leurs espoirs et leurs aspirations.

«J’apporte un tout autre bagage de vie dans cette course. Je suis un enfant de parents immigrants», a-t-il souligné, ajoutant que son histoire est partagée par des millions de Canadiens.

La famille du père de Michael Chong à Hong Kong, après la Deuxième Guerre mondiale. Paul Chong, le père de Michael, se trouve à la droite de la photo.

La famille de la mère de Michael Chong, avec son père Paul. (Photos : courtoisie de Michael Chong)

Le père de Chong a immigré au Canada en 1952, cinq ans après le rejet de la Loi d’exclusion des Chinois aux États-Unis. Sa mère, une immigrante néerlandaise, est arrivée dans les années 60. Tant la famille de son père que de sa mère ont été défendues et libérées par des soldats canadiens lors de la Deuxième guerre mondiale.

«Je dois tout à ce pays… C’est la raison pour laquelle je me suis dédié au service public. C’est la raison pour laquelle je me joins à cette course, afin de donner quelque chose en retour.»

Contre une nation distincte

Chong a été élu dans la circonscription de Wellington-Halton Hills, en Ontario, en 2004. Quand les conservateurs ont été élus en janvier 2006, il a été nommé ministre des Affaires intergouvernementales.

Sa carrière ministérielle a toutefois été de courte durée. Incapable de soutenir une motion du Bloc québécois qui reconnaissait le Québec comme une nation, Chong s’est dissocié de la position du gouvernement et a démissionné du cabinet des ministres en novembre.

Il dit qu’il n’a jamais regretté sa décision. «Pas du tout. J’éprouve le même sentiment à propos de cette question qu’à ce moment-là.»

Chong ne pense pas que son refus de reconnaître le Québec comme nation distincte va lui nuire pendant la course à la direction.

«J’ai la même position que Justin Trudeau en 2006, [et] sa position n’était pas un problème pour lui pendant la dernière campagne électorale», a-t-il noté. Trudeau a gagné 40 sièges au Québec le 19 octobre 2015, la plus importante délégation depuis que son père, Pierre Elliot Trudeau, a raflé la province en 1980 avec 74 sièges libéraux.

Michael Chong est le troisième candidat à se lancer dans la course après la députée ontarienne et ancienne ministre Kellie Leitch, qui a lancé son site web dimanche soir, et le député de Beauce et ancien ministre Maxime Bernier, qui a lancé sa campagne dimanche midi.

De potentiels candidats, tels que les députés Lisa Raitt, Tony Clement, Andrew Scheer ou Jason Kenney, ainsi que l’ancien député Peter MacKay, n’ont pas encore annoncé leurs intentions.

Le prochain chef du Parti conservateur du Canada sera connu le 27 mai 2017.

Ce texte initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais par Catherine Lévesque.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Parti conservateur: qui sont les candidats? Voyez les images