Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Anticosti: Couillard se défend à nouveau de s'ingérer dans le processus

Après avoir déclaré que les fonctionnaires obéiraient aux ordres du gouvernement, dans le dossier d'Anticosti, le premier ministre Philippe Couillard a affirmé jeudi qu'ils respecteront les lois.

M. Couillard a une nouvelle fois dû se défendre de s'ingérer dans le processus environnemental qui relève de fonctionnaires de l'administration québécoise.

La semaine dernière, M. Couillard avait affirmé qu'il ferait tout ce qu'il peut pour empêcher la prochaine étape du programme d'exploration d'hydrocarbures sur l'île d'Anticosti.

Au cours des derniers jours, le premier ministre a répété à de nombreuses reprises son opposition à la fracturation hydraulique, une méthode forage controversée.

Questionné mardi sur l'indépendance dont disposeraient les fonctionnaires à la lumière de ses déclarations, M. Couillard avait précisé qu'ils obéiraient aux orientations du gouvernement.

Dans un point de presse avant une réunion de ses députés, M. Couillard a affirmé que son opinion n'interférera pas dans l'analyse que les fonctionnaires feront d'une étude hydrogéologique fort attendue par le premier ministre.

"Non, non, les fonctionnaires vont suivre les lois et règlements mais nous notre devoir comme gouvernement c'est d'émettre nos orientations, notamment sur des sujets comme ça, a-t-il dit. Mais tous les règlements et les lois vont suivre leur cours."

Voir aussi:

L'île d'Anticosti vue par le photographe Marc Lafrance

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.