POLITIQUE
03/12/2015 12:31 EST

Le gouvernement libéral annonce comment il comblera les sièges vacants au Sénat

Le gouvernement fédéral met sur pied un comité pour nommer les prochains sénateurs.

Le comité sera composé de trois membres représentant Ottawa et deux membres représentant la province du siège vacant au Sénat. Ce comité sera rapidement à l'oeuvre pour nommer cinq sénateurs tôt en 2016, deux Ontariens, deux Manitobains et un Québécois.

Le premier ministre Justin Trudeau s'engage à choisir parmi ces cinq éventuels sénateurs le leader de son gouvernement au Sénat.

Le gouvernement libéral présente l'exercice comme un pas de plus vers la disparition de la partisanerie au Sénat. "Cela amène du vrai changement au Sénat pour la première fois depuis des décennies", a déclaré la ministre des Institutions démocratiques Maryam Monsef lors d'une conférence de presse, jeudi matin à Ottawa.

La ministre a tenu à souligner que les citoyens canadiens pourront personnellement soumettre leur candidature à un poste de sénateur. Le Sénat compte 22 sièges vacants en ce moment.

Le comité proposera cinq candidats pour chaque poste de sénateur à combler et c'est le premier ministre qui aura le dernier mot.

Insistant sur le désir du gouvernement libéral de faire face à un Sénat non partisan, le leader du gouvernement aux Communes, Dominic Leblanc a assuré que même le leader du gouvernement au Sénat ne sera pas partisan.

"Nous voyons cette personne-là comme un facilitateur, comme quelqu'un qui pourra travailler avec les autres sénateurs afin d'avancer l'agenda législatif. Et nous n'allons pas, par exemple, nommer un whip au Sénat parce qu'il n'y aura pas de votes qui seront sujets à un whip du gouvernement (...) Alors nous voyons le début d'une relation différente.", a insisté M. Leblanc.

"J'espère qu'à l'avenir, le Sénat accordera une grande importance à modifier ses règles afin de s'organiser selon des lignes moins partisanes", a répété M. Leblanc en réponse aux questions sur le fonctionnement d'une chambre qui tient, comme les Communes, des périodes de questions où traditionnellement l'opposition réclame des comptes aux sénateurs qui représentent le gouvernement.

Peut-être inspiré par ces deniers développements, Jacques Demers a annoncé qu'il démissionne du caucus conservateur et siège dorénavant comme sénateur indépendant.

Par ailleurs, M. Trudeau a nommé un nouveau président du Sénat. George Furey qui représente la province de Terre-Neuve-et-Labrador au Sénat prendra la place du Montréalais Leo Housakos.