POLITIQUE
30/11/2015 01:13 EST | Actualisé 01/12/2015 09:40 EST

Présidence de la Chambre des communes : le bilinguisme est un atout indéniable, selon Andrew Scheer

OTTAWA – Le prochain président de la Chambre des communes devrait être capable de communiquer dans les deux langues officielles, estime Andrew Scheer, qui cède sa place cette semaine.

Originaire d’Ottawa, l’actuel président et député de Régina-Qu'Appelle admet que son français n’est plus aussi bon qu’il l’était depuis qu’il a déménagé en Saskatchewan. Malgré tout, il croit que le bilinguisme est un atout pour quiconque aspire à la présidence de la Chambre.

« Le prochain président doit essayer de pratiquer l’autre langue. S’il est francophone, il doit travailler sur son anglais et s’il est anglophone, il doit pratiquer son français », laisse-t-il tomber.

Député d’Ottawa-Vanier depuis 1995, Mauril Bélanger a abandonné la course pour devenir le prochain président de la Chambre des communes depuis qu'il a appris qu'il était atteint de la maladie de Lou Gehrig.

Dans les dernières semaines, il avait fait valoir auprès des autres députés qu’aucun francophone n’avait été élu président depuis des décennies.

Le député de Brome-Missisquoi, Denis Paradis, est quant à lui le seul Québécois dans la course.

Ses collègues libéraux Geoff Regan et Yasmin Ratansi disent parler aussi bien anglais que français. Le seul conservateur dans la course, Bruce Stanton, se dit « 75% bilingue ».

Les députés devront choisir leur président par vote secret le 3 décembre, lors de la première séance de la nouvelle législature, avant le discours du Trône.

Partir pour mieux revenir?

Andrew Scheer, le président des quatre dernières années, dit que ses anciennes fonctions vont lui manquer. Le père de cinq enfants a décidé de ne pas tenter sa chance à nouveau avec l’élection d’un gouvernement libéral majoritaire.

Le président de la Chambre dirige les échanges entre les élus et les rappelle à l’ordre au besoin. Puisqu’il doit se montrer impartial, il ne participait jamais aux débats et ne votait qu’en cas d’égalité des voix.

Scheer se retrouvera bientôt au sein des débats, puisque la chef intérimaire du Parti conservateur du Canada, Rona Ambrose, l’a nommé leader de l’opposition.

« Avec les résultats de l’élections, ça semblait être un bon moment pour retourner dans le caucus et travailler avec mon équipe. Il y a beaucoup de reconstruction à faire [au sein du parti] », explique le député de 36 ans en anglais.

Même s’il a hâte à ce nouveau défi, il ne ferme pas la porte à un autre mandat comme président de la Chambre des communes dans le futur.

« Je pourrais être le Grover Cleveland des présidents! » lance-t-il à la blague, en faisant référence au seul président américain qui a servi deux mandats non-consécutifs, de 1885 à 1889 et de 1893 à 1897.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo The House Speaker's Perks & Powers Voyez les images