Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

EXCLUSIF - TF1 craque pour «Unité 9» et commande une adaptation française

C’est officiel, la France aura son adaptation d’Unité 9. La chaîne TF1 a commandé, à la mi-septembre, six scénarios à la maison de production CALT, qui travaillait depuis déjà plusieurs mois à vendre le concept à un réseau de télévision.

Le développement en est présentement à l’étape de l’écriture des textes. Si tout va bien, le tournage devrait s’enclencher au printemps prochain, pour une diffusion en septembre ou en octobre 2016.

«Ils ont commandé six épisodes dans le but d’en faire d’autres ensuite, a confirmé Martin Bisaillon, directeur, distribution et développement chez Aetios Productions, qui est à l’origine d’Unité 9. CALT est une compagnie avec laquelle on a déjà travaillé, pour l’adaptation française des Bougon, et envers laquelle on a beaucoup de confiance.»

«Eux ont cru à la série dès le début, a continué Martin Bisaillon. Ça fait 18 mois qu’on travaille avec eux pour préparer le dossier d’Unité 9 en France. Et on est vraiment très, très contents de la façon dont ils ont piloté le projet. On espère qu’à la lecture des textes, après avoir vu toute l’énergie que CALT a investie à développer Unité 9 pour le marché français, que ça va fonctionner pour TF1.»

L’entreprise n’étant encore qu’à ses premiers balbutiements, difficile pour l’instant de cerner à quoi ressemblera exactement l’Unité 9 de TF1. Jean-Yves Robin, président de CALT, a refusé les demandes d’entrevues du Huffington Post Québec.

On sait toutefois que, pour l’instant, la série garde le même titre, mais celui-ci pourrait être changé en cours de route. Tout un bassin d’auteurs bosse actuellement à l’écriture des textes des épisodes, qui seront taillés en format de 52 minutes. Quant aux personnages, il y aura assurément une Marie Lamontagne qui guidera les intrigues, mais aucune comédienne n’a encore été sélectionnée.

«Ils prennent les intrigues et les adaptent pour une première saison de six épisodes, détaille Martin Bisaillon. On leur a envoyé les textes, mais on n’a pas encore vu les versions qu’ils sont en train de préparer à partir de ça.»

Si seulement six épisodes ont été demandés, c’est parce que le canevas des miniséries de six ou huit heures est très populaire dans l’Hexagone.

«Ils commencent comme ça et en commandent d’autres quand il y a du succès», explique Martin Bisaillon, en ajoutant que la fin du dernier épisode laissera la porte ouverte à une suite.

Loyauté

Martin Bisaillon insiste : la boîte CALT a été d’une loyauté sans failles envers Aetios et Unité 9.

«Ils ont adoré ça. Dès que je les ai rencontrés, au printemps 2014, au MIPTV, à Cannes, c’a été clair qu’ils voulaient adapter la série. Ils ont pris une option et ont consacré beaucoup d’efforts à préparer le dossier, l’adapter et le présenter à des chaînes.»

En plus des Bougon, CALT a déjà exporté en France Le verdict, qu’animait ici Véronique Cloutier. La boîte est également derrière la comédie SODA, adaptée chez nous sous le titre Med, à VRAK, et Caméra café, dont la mouture québécoise a tenu l’antenne de 2002 à 2012, à TVA.

En ce qui a trait à TF1, elle est la première chaîne de télévision généraliste nationale française.

Enfin, à propos de la potentielle carrière d’Unité 9 aux États-Unis, dont Le Huffington Post Québec vous faisait part en exclusivité au printemps, il n’y a rien à annoncer pour le moment.

«Nous n’avons pas de nouvelles de ce côté, a avancé Martin Bisaillon. Nous continuons cependant notre travail pour parvenir à y faire adapter la série.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.