DIVERTISSEMENT
13/05/2015 06:06 EDT | Actualisé 13/05/2015 06:11 EDT

«La Voix III»: les finalistes font leur bilan

Kevin Bazinet, Angelike Falbo, Mathieu Holubowski et Rosa Laricchiuta ont conclu leur périple à La Voix il y a un mois… mais la frénésie de toute cette épopée, elle, est loin d’être terminée! Nous avons posé quelques questions au grand gagnant Kevin et à ses amis Angelike, Mathieu et Rosa, pour tracer avec eux le bilan de leur expérience.

Kevin Bazinet – Gagnant (Équipe Marc Dupré)

Kevin, comment te sens-tu aujourd’hui, jour du lancement de l’album?

«C’est vraiment cool. J’ai appris tout à l’heure que Jusqu’où tu m’aimes est déjà numéro un sur iTunes. Ça me fait vraiment du bien, et je ne comprends pas trop ce qui se passe. On dirait que je reçois chaque jour de bonnes nouvelles! Plein de bonnes choses m’arrivent sans arrêt. C’est le fun, j’en profite, je suis honoré.»

As-tu commencé à travailler sur ton album?

«Oui. J’avais déjà du matériel que je peux utiliser, et j’en écris d’autres. Je vais peut-être faire des collaborations. On est en train d’établir le projet. Je trippe en ce moment, j’ai hâte de commencer réellement à travailler en studio, et c’est pour bientôt.»

Collaboreras-tu avec Marc Dupré?

«Peut-être. J’aimerais ça, je l’ai proposé. Je sais qu’il comprend mon style, il comprend bien ce que je suis, musicalement. Alors, je ne suis pas inquiet que ça donnerait un bon résultat!»

Et ton frère (Bobby Bazini)? Y a-t-il des projets avec lui dans l’air?

«On s’en est parlé. On attend de voir les résultats de tout ça. Je sais que les gens aimeraient ça aussi… On veut faire plaisir au monde. On va s’assurer de faire notre premier duo, peut-être pour une belle cause…»

Au Téléthon Opération Enfant Soleil, au début juin, peut-être?

«Qui sait? (rires)»

Y a-t-il une date de sortie fixée pour ton album?

«On ne sait pas encore. J’aimerais que ça soit cette année, avant Noël. Je suis quelqu’un d’assez déterminé, alors, on verra ce que ça donnera. Mais je ne veux pas laisser le temps aux gens de m’oublier, je veux leur proposer quelque chose rapidement. Ils ont hâte, et moi aussi!»

LIRE AUSSI:

» Trop de talents à «La Voix»? L'analyse de Stéphane Laporte

» «La Voix III» : lancement de l'album et bilan de la saison (VIDÉO)

Angelike Falbo (Équipe Isabelle Boulay)

Angelike, comment te sens-tu aujourd’hui, jour du lancement de l’album?

«Je suis tellement contente! C’est un rêve pour moi, d’être sur l’album de La voix. C’est irréel, c’est incroyable.»

Est-ce que le tourbillon qui vient avec La Voix te fait peur? Tu es quand même jeune pour composer avec toute cette attention publique et médiatique soudaine…

«Moi, je me considère un peu plus vieille que mon âge. Je me suis toujours tenue avec des gens plus vieux que moi. À La Voix, j’étais toujours avec des gens plus vieux, très matures, qui partageaient les mêmes passions que moi. Je me suis très bien entendu avec tout le monde. Maintenant, je trouve que je suis encore plus mature que je l’étais. Je n’ai pas l’impression d’avoir 16-17 ans. Ça va quand même bien, mais c’est sûr que, des fois, c’est difficile. Pas parce que j’ai peur des grands projets qui se présenteront sur mon chemin, mais parce que je m’ennuie de toute l’expérience de La voix, des autres candidats… C’est sûr qu’on va rester en contact, mais la routine d’aller aux répétitions, chaque fin de semaine, ça va me manquer beaucoup.»

Vas-tu encore à l’école?

«Oui, je suis à secondaire cinq, à Saint-Léonard. Je me rattrape dans mes études. C’est difficile, je manque souvent l’école. Comme, en ce moment, je manque une semaine complète, mais ce n’est pas grave. Mes professeurs sont gentils, ils comprennent. Ils me donnent des travaux et je les fais le soir. Je veux aller au cégep, dans un programme arts-musique.»

As-tu des projets professionnels qui se dessinent suite à La voix?

«Je fais un album, mais pas avec Productions J ; plutôt avec une personne avec qui j’ai travaillé dans le passé. Je vais voir avec Vincent (Vallières) et Isabelle (Boulay) s’ils peuvent m’écrire des chansons pour mon album, je ne le sais pas encore. Je suis en contact avec eux, alors on va s’en parler. J’espère sortir l’album l’an prochain.»

Mathieu Holubowski (Équipe Pierre Lapointe)

Mathieu, comment te sens-tu aujourd’hui, jour du lancement de l’album?

«Aujourd’hui, c’est l’aboutissement de beaucoup, beaucoup de travail. Ce qu’on voit à la télévision, c’est une chose, mais ce qu’on vit, dans la «vraie» vie, c’est complètement différent. On travaille vraiment très fort pour arriver où on est. On apprend de nouvelles chansons à chaque semaine, parfois des chansons qui ont été composées deux jours avant. C’est quelque chose d’exceptionnellement difficile. Donc, de réussir, de persister, d’être accepté par le public, encore et encore, c’est une validation de ce qu’on fait, ça montre que c’a été apprécié.»

Comment gères-tu le tourbillon public et médiatique?

«C’est un grand ajustement. Je ne suis pas quelqu’un qui recherche nécessairement la popularité, au contraire. Je vis souvent intérieurement. C’est un ajustement de constater tout cet amour. Comme je disais, c’est une validation de notre travail, et je suis heureux de voir que les gens s’identifient à ce que je fais. Je le vis très bien, mais il faut s’habituer. Je dois maintenant prévoir plus de temps si je vais quelque part, car je sais qu’on peut m’arrêter à tout moment. Au plan de l’horaire, ça change quelques trucs (rires)»

As-tu des projets professionnels qui se dessinent?

«Beaucoup de choses. J’essaie de réorganiser ma vie après la tornade La voix, et ce n’est pas évident, mais pour des bonnes raisons, parce que j’ai beaucoup, beaucoup d’offres de collaborations. C’est vraiment de faire le tri de ce que je veux ou pas faire. Concrètement, j’ai des spectacles cet été au Festival de Jazz, je veux continuer de promouvoir l’album que j’avais lancé en juillet dernier, et je commence à mijoter un nouvel album que j’aimerais lancer dans un futur proche. Je veux prendre mon temps. Je ne suis pas pressé. Je ne veux pas surfer sur la vague de la popularité ; en fait, je veux faire le contraire. Je veux surfer sur ma vague à moi et le faire de la bonne façon pour moi. Je pense que c’est possible, quand on travaille fort.»

Y a-t-il des projets dans l’air avec Pierre Lapointe?

«C’est certain qu’à un moment donné, on va faire quelque chose ensemble. Lui, il a profité de la visibilité de La Voix, il fait beaucoup de belles choses, il est présentement en tournée en France, et moi, j’essaie de m’organiser. On va laisser la poussière retomber, et on va faire les choses correctement, en temps et lieu.»

Rosa Larrichiuta (Équipe Éric Lapointe)

Rosa, comment te sens-tu aujourd’hui, jour du lancement de l’album?

«L’adrénaline ne finit jamais, avec La voix! Je me sens très reconnaissante, parce qu’on est encore ici, on est une grande famille. J’apprécie tellement tout ce qui nous arrive. Un lancement d’album, c’est la première fois, pour moi. Je suis très fière. Je veux montrer au Québec que je suis là, que j’ai ma chanson, et qu’il y en a d’autres qui s’en viennent! (rires)»

Comment gères-tu le tourbillon public et médiatique?

«C’est quelque chose! Je m’amuse, mais des fois, c’est beaucoup. On pense que ça va se calmer, mais ça ne s’est jamais calmé encore. Les messages, les téléphones, les courriels, ça vient de partout. Je suis en train de bâtir une équipe pour produire un album, et ces gens vont m’aider avec tout, parce que c’est trop. Il y a beaucoup à savoir dans le domaine artistique, et on ne veut pas brûle notre nom, ni trop en faire. J’ai besoin de quelqu’un pour prendre les choses en charge (rires) Mais je m’amuse, l’adrénaline n’arrête jamais.»

As-tu des projets professionnels qui se dessinent?

«Pour l’instant, ça reste une surprise, mais il y a des choses qui s’en viennent. Avec Éric Lapointe aussi, il y a des choses en route, mais rien de confirmé. Pour l’instant, on se concentre sur l’album et sur la chanson, mais c’est sûr que vous allez revoir Rosa la rockeuse, c’est certain!»

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

15 albums québécois dans la mire en 2015