POLITIQUE
26/03/2015 05:21 EDT | Actualisé 26/03/2015 05:21 EDT

Budget 2015: développer le secteur maritime, soutenir l'industrie forestière

abdallahh/Flickr
St-Lawrence River (Québec, Canada) - vue d'avion

Le gouvernement libéral confirme sa volonté d'aller de l'avant avec sa Stratégie maritime. Dans le budget déposé jeudi après-midi, Québec annonce des investissements de 1,5 milliard de dollars sur cinq ans, dont 200 millions de dollars pour accélérer les investissements dans les infrastructures portuaires du Québec.

Cette somme pourra servir au développement de nouvelles infrastructures ou à payer des travaux de réfection majeurs.

Le gouvernement prévoit la création de 30 000 emplois dans toutes les régions du Québec d'ici 2030.

Le gouvernement investit également 9 millions de dollars pour la recherche appliquée et l'innovation dans le secteur maritime.

De cette somme, 800 000 $ seront consacrés au Centre de recherche sur les biotechnologies marines de Rimouski et à l'Institut des sciences de la mer de Rimouski.

Par ailleurs, 8 millions de dollars seront investis pour lutter contre l'érosion des berges. Québec met en place un « fonds d'urgence » pour 2015-2016.

Le crédit d'impôt à l'investissement prolongé

Le budget prévoit aussi la prolongation jusqu'en 2022 du crédit d'impôt à l'investissement pour le matériel de fabrication et de transformation pour les régions. Ce crédit devait prendre fin en décembre 2017.

Il peut atteindre 24 % pour les entreprises manufacturières situées en dehors des grands centres urbains.

Le gouvernement prolonge également le crédit d'impôt pour la Gaspésie, les Îles-de-la-Madeleine et certaines régions maritimes jusqu'en 2020.

Ce crédit est destiné aux entreprises des secteurs des produits marins et manufacturiers. Cette mesure s'élève à 56 millions de dollars.

Aux Îles-de-la-Madeleine, le crédit est élargi aux entreprises récréotouristiques.

Soutien à l'industrie forestière

Dans son budget, Québec vient en aide au secteur des pâtes et papiers, durement touché par des baisses de production et des fermetures.

Les modalités d'accès au Fonds Valorisation Bois, créé en 2012 pour soutenir des projets de deuxième et troisième transformation du bois à forte valeur ajoutée, sont élargies pour inclure les projets liés au secteur des pâtes et papiers.

Le fonds, doté d'une capitalisation de 170 millions de dollars, prend des participations dans des entreprises spécialisées.

Les projets qui pourront s'inscrire dans le Fonds Valorisation Bois proposeront de nouvelles utilisations pour la fibre de bois. La modernisation d'infrastructures et d'équipements qui augmenteront la compétitivité des entreprises est aussi visée.

Le budget prévoit également des montants de 225 millions de dollars pour les travaux sylvicoles et de 317 millions de dollars pour l'aménagement et la gestion de la forêt.

Miser sur l'aluminium

Le deuxième budget du ministre des Finances, Carlos Leitao, jette les bases de la nouvelle stratégie québécoise de développement de l'aluminium, en prévoyant une enveloppe de 32,5 millions de dollars sur trois ans. En 2015-2016, Québec investit 7 millions de dollars.

Dans sa stratégie, dont les détails seront annoncés bientôt, le gouvernement mise sur une augmentation de la transformation de l'aluminium, en favorisant notamment l'utilisation de produits en aluminium et en facilitant l'accès au métal.

Plan Nord

Si le budget 2015-2016 prévoit peu d'argent pour le développement du Plan Nord, Québec poursuit tout de même sa mise en œuvre avec l'entrée en fonction, le 1er avril, de la Société du Plan Nord.

Le gouvernement Couillard va présenter prochainement un plan d'action de cinq ans qui précisera les initiatives qui seront mises de l'avant ainsi que le montant dont bénéficiera la Société du Plan Nord.

Des mesures pour appuyer financièrement la réalisation d'infrastructures stratégiques facilitant le développement et l'accès au Nord québécois sont mises en place.

En attendant le rétablissement du marché des métaux, le budget Leitao prévoit également des mesures pour favoriser l'exploration minière, comme le report d'un an de la hausse de la tarification des titres miniers.

Le président du Conseil du patronat du Québec, Yves-Thomas Dorval, y voit un signal intéressant. « Ça crée les conditions favorables pour que lorsque les prix le permettront et que la demande va le permettre, les investissements vont suivre », dit-il.

Le gouvernement du Québec renoue avec l'équilibre budgétaire, après six ans de déficits. Le budget ne comporte pas de nouvelle hausse de taxes, d'impôts ou de tarifs.

LIRE AUSSI:

»La santé et l'éducation dans le tordeur

»Le budget Leitao pour les nuls

»Les fusions d'organismes confirmées inquiètent les syndicats

»Équilibre: les péquistes dénoncent les raccourcis néfastes des libéraux

»Québec donne un coup de pouce aux fonds fiscalisés mais leur demande un effort

»Québec réduira le fardeau fiscal des entreprises... dans deux ans

» Qu'est-ce que le bouclier fiscal?

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

11 controverses du gouvernement Couillard