LES BLOGUES

Des analyses et des points de vue multiples sur l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Yvan Cliche Headshot

Bonne (longue) saison de hockey à RDS et TVA Sports

Publication: Mis à jour:
Imprimer

La saison de nos Canadiens de Montréal débute le 13 octobre 2016, ce qui nous lancera (nous: les amateurs!) dans une longue promenade, parfois excitante, parfois ennuyante, de quelque 82 matchs de hockey de nos favoris.

Cela en fait des heures de hockey à écouter, d'une oreille attentive ou discrète, la description et les commentaires de la vaste confrérie des «spécialistes» de la chose hockey qui sévissent à RDS et à TVA Sports.

Dans mon cas, je confie que j'aime la plupart d'entre eux.

À les voir et à les entendre sur une base périodique, on s'y attache, si bien qu'on aurait tendance à les aborder dans la rue comme des amis...

À RDS, le maître reste Pierre Houde, avec sa verve impeccable, sa bonne humeur communicative. Il est très professionnellement assisté par Marc Denis dans l'analyse des matchs, un ex-gardien de but professionnel parfaitement bilingue, à la voix juste et posée.

On est aussi bien servi à TVA Sports, une chaîne où les protagonistes déploient beaucoup d'énergie et de vivacité à nous garder intéressés au hockey et à ses techniques, souvent en faisant appel à d'anciens joueurs québécois qui ont connu cet univers de l'intérieur durant plusieurs années, et pour diverses équipes. TVA Sports va jusqu'à offrir aux amateurs une nouvelle émission quotidienne, Lavoie-Dubé, qui va concurrencer directement le populaire 5 à 7 de RDS.

Pour ma part, j'ai trois légères récriminations à faire à quelques-uns (surtout des messieurs) de ces professionnels qui font du suivi pas à pas du hockey leur pain quotidien.

La première: encore trop de fautes de français

On ne parle pas de graves lacunes, mais lacunes quand même.

On entend encore trop «adresser» la situation, au lieu de «faire face à la situation», parfois même «vous pouvez adresser une question à nos animateurs», au lieu de «poser une question».

Sans compter les anglicismes qui tous ont pourtant un équivalent en français : «one-timer», j'aime encore bien mieux «tir sur réception»...

Le verbe «s'assir» au lieu de «s'asseoir» me fait grincer des dents, ou l'emploi de formules bancales en lien avec les pronoms, là où il y a probablement le plus de lacunes chez nos commentateurs: comme dans la formule «la question qu'on connait pas la réponse» plutôt que «la question dont on ne connait pas la réponse».

Il faudrait rappeler à ces spécialistes que les joueurs que nous avons devant nous font de la pratique de leur sport leur gagne-pain quotidien.

Parenthèse: ce même commentaire sur les fautes de français pourrait être fait à propos de l'entraîneur du CH, Michel Therrien. En expression verbale, Michel Therrien souffre de la comparaison avec d'autres entraineurs québécois de la LNH, Guy Boucher à Ottawa ou Alain Vigneault à New York, qui ont la parole plus fluide. Mais on me rétorquera, à raison, que l'entraineur des Canadiens n'est pas payé pour bien parler et qu'il a déjà assez sur les épaules à faire gagner son équipe sous la loupe du Québec entier, le pauvre homme...

L'exagération

Ma deuxième critique: l'exagération dans les qualificatifs utilisés pour souligner la performance des joueurs. On aimerait rappeler à ces professionnels de la communication que «tout ce qui est excessif est insignifiant», selon la bonne formule d'un éminent personnage de l'Histoire française (Talleyrand).

Quand un simple arrêt d'une rondelle lancée directement sur le gardien de but Carey Price, qui n'a donc presque rien à faire que de rester sur place, devient «miraculeux», on perd la foi dans les vrais miracles!

Quand une passe bien exécutée devient «magistrale», on ne sait plus ce que le commentateur pourra dire quand un jeu sera effectivement...magistral.

Il faudrait rappeler à ces spécialistes que les joueurs que nous avons devant nous font de la pratique de leur sport leur gagne-pain quotidien.

On s'attend effectivement à voir ces jeunes hommes nous confectionner de beaux jeux, eux qui, tous les jours, vont sur la glace pour perfectionner leur art et ainsi «performer» devant des audiences dévouées.

On comprend qu'il faille garder le spectateur sur le qui-vive, mais à force de crier au loup dit l'adage, on ne prête plus attention aux alarmes...

On aimerait que nos experts hockey décollent un peu de l'actualité du moment, pour nous faire apprécier d'autres facettes de notre sport national.

Diversité des commentaires

Enfin, on aimerait plus de diversité dans les commentaires: pas assez de mise en perspective historique ; pas assez d'utilisation des nouvelles approches du hockey, dont les statistiques avancées.

On aimerait que nos experts hockey décollent un peu de l'actualité du moment, pour nous faire apprécier d'autres facettes de notre sport national. Il y a en effet toute une richesse d'analyses et d'informations qui restent inexploitées. Un filon à exploiter, d'autant que 2017 sera le 100e anniversaire de la Ligue nationale de hockey.

Ceci dit, à l'aube d'une nouvelle et longue saison, une bonne tape dans le dos aux comparses de L'Antichambre et de Dave Morissette en direct et aux autres bienveillants gourous du hockey qui occuperont, pour notre bon plaisir, plusieurs de nos longues soirées d'hiver...

DU MÊME AUTEUR
> Présentation des joueurs du Canadien de Montréal: on s'est ennuyé de PK!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Close
Des vidéos de Patrice Lemieux
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter