LES BLOGUES

Nous devons favoriser l’engagement des femmes dans la politique

Il est possible d’exiger des divers partis politiques qu’ils mettent en place des stratégies de recrutement de femmes, sans nécessairement affecter le processus démocratique.

26/10/2017 05:50 EDT | Actualisé 26/10/2017 05:50 EDT
izusek via Getty Images
Il existe une réelle nécessité de toujours augmenter la participation féminine.

En 2017, malgré les progrès que les femmes ont effectués dans plusieurs domaines, nous sommes à même de constater que ces avancées, lorsqu'on parle de politique, se font moins rapidement. Bien qu'elles soient nombreuses à poser leur candidature dans les différents partis politiques que nous retrouvons dans la région urbaine de Montréal, la hausse moyenne de femmes élues en politique municipale était, selon le Conseil du statut de la femme, de moins de 1% annuellement, entre 2005 et 2013.

Plusieurs équipes politiques ont encore beaucoup de chemin à faire si on compare. Par exemple, Équipe Coderre à l'équipe de Valérie Plante, Projet Montréal. Cette année, le maire sortant promet que 40% des élus dans toutes les commissions et instances municipales seront des femmes, s'il est réélu. Tandis que pour la première fois dans l'histoire de Montréal, un parti, Projet Montréal, présente 51 femmes et 52 hommes aux élections du 5 novembre. Cette parité est atteinte pour tous les niveaux, soit tant aux mairies et aux conseils de la ville, qu'aux postes de conseillers d'arrondissement et de gestion ou de communication. Voilà la parité sans obstacle. Il fallait peut-être une femme courageuse pour prendre sa place et assumer ce rôle?

Il existe une réelle nécessité de toujours augmenter cette participation féminine.

D'un autre côté, il est maintenant évident qu'il faut aller plus loin que le simple concept de parité, puisque plusieurs partis tendent déjà vers son obtention. Il existe une réelle nécessité de toujours augmenter cette participation féminine. Pour ce faire, nous devons favoriser l'engagement des femmes dans la politique, de la même manière que dans d'autres domaines où la présence des hommes est prédominante. Considérons quelques idées :

Bien que le gouvernement du Québec oblige présentement la parité entre les hommes et les femmes pour les membres des conseils d'administration des sociétés et organismes gouvernementaux, il serait difficile d'appliquer cette loi pour des membres élus. On se poserait possiblement la question suivante : « Cette femme est-elle élue pour ses compétences ou simplement parce qu'elle est une femme? ». Le mot démocratie pourrait sembler perdre son sens.

Il est possible d'exiger des divers partis politiques qu'ils mettent en place des stratégies de recrutement de femmes, sans nécessairement affecter le processus démocratique.

Mais il est possible d'exiger des divers partis politiques qu'ils mettent en place des stratégies de recrutement de femmes, sans nécessairement affecter le processus démocratique. Ainsi, il faudra que la Ville de Montréal considère mettre en place ou soutienne ces initiatives. Soit en apportant un soutien financier ou en fournissant des espaces pour accommoder des séances d'information ou de formation, tel que font nos universités ou nos associations communautaires. Ces séances agiront en tant « qu'incubateur » démocratique et pourront être utilisées afin d'encourager les femmes à s'engager dans la vie politique, de près ou de loin.

Bien entendu, il sera fortement recommandé qu'elles soient organisées par des comités en parité, en collaboration avec des femmes, concernant des sujets qui les interpelleront. Après tout, nous ne voudrions pas investir nos ressources financières, du personnel ainsi que notre temps afin de répéter ce que nous avons vécu dans le passé : des activités organisées « pour inclure et instruire les femmes », mais mises en place uniquement par des hommes.

Il faut également que les femmes se responsabilisent et passent à l'action en suivant l'exemple de centaines de femmes dans divers domaines, tel que Valérie Plante ainsi que les quatre autres candidates dans mon équipe et moi-même l'avons fait.

Dans le même ordre d'idée, on ne peut pas non plus continuer à pointer du doigt les hommes ainsi que notre système politique démodé. Il faut également que les femmes se responsabilisent et passent à l'action en suivant l'exemple de centaines de femmes dans divers domaines, tel que Valérie Plante ainsi que les quatre autres candidates dans mon équipe et moi-même l'avons fait. Il faut :

  • S'informer, non seulement pour apprendre davantage sur le parti politique qui nous interpelle, mais également à propos de ses concurrents
  • Analyser et améliorer nos propres compétences et connaissances afin de bien assurer nos responsabilités pendant la campagne ainsi que pour le poste en question
  • S'entourer de personnes qui ont des valeurs et une vision similaires aux nôtres
  • Se créer une stratégie individuelle et contribuer à la stratégie de groupe
  • Surtout : ne pas attendre la perfection, mais plutôt foncer vers nos objectifs tout en gardant un esprit ouvert à l'amélioration et une confiance basée sur nos forces et notre préparation.

Voilà pourquoi et comment je me suis impliquée au sein de Projet Montréal en tant que candidate pour le poste de conseillère de ville dans mon arrondissement, LaSalle. Ce parti a non seulement une cheffe et une équipe qui partagent mes valeurs et ma vision, ses membres ont aussi une approche moderne de la démocratie. Projet Montréal est, et ce depuis sa fondation, un espace où les femmes comme moi peuvent prendre leur place et utiliser leur expérience et leurs connaissances afin d'améliorer notre ville autant que peuvent le faire les hommes.

Il ne s'agit pas d'enlever quoi que ce soit aux politiciens masculins compétents pour les postes qu'ils occupent. Mon souci est simple : je connais autant de femmes qualifiées, intelligentes et aptes à mener des municipalités, des villes et des pays entiers vers des changements positifs et durables. Je suis inclusive dans ma démarche, mais je compte prendre ma place le 5 novembre prochain et travailler à améliorer ma communauté avec l'aide de l'équipe de Projet Montréal LaSalle.

Je vous laisse avec une citation de Ségolène Royal, femme politique : «Le peuple s'intéresse à la politique quand la politique s'intéresse à lui.»

Yasmina E. Jimenez

Candidate Conseillère de ville, Équipe de Projet Montréal LaSalle

www.projetmontreal.org/yasminajimenez

Huffington post québec

​​​​​​​​​​​​​​