LES BLOGUES

Montréal, tu es laide!

04/11/2013 10:29 EST | Actualisé 04/01/2014 05:12 EST

19h49 : Je me connecte

Ça faisait longtemps qu'une soirée électorale municipale montréalaise n'avait pas été aussi excitante et imprévisible. Bien que le dernier sondage, datant de plus de deux semaines, donnait Kid Kodak vainqueur, ses bourdes dans le dernier droit de la campagne - notamment l'affaire Zambito et la vidéo circulant sur le web montrant ce cher Denis reprendre un vieil adage du défunt Cheuf de l'Union nationale - nous permettaient d'envisager des surprises dans quelques arrondissements, ainsi qu'une chaude lutte pour le poste de maire. Il était donc réaliste d'espérer un renouveau, un changement bénéfique et significatif pour la plus grande ville de la province.

Eh oui, pour une fois, j'étais confiant ; je croyais que les Montréalais avaient compris l'ampleur du défi qui attendait leur ville. J'estimais - avec toutes les révélations des dernières années, avec toutes ces impuretés socio-éthiques qui sont venues miner la crédibilité des politiciens carriéristes - que mes concitoyens de l'île comprenaient la nécessité d'enrayer la corruption, de renforcer l'image et le statut de la métropole à l'échelle nationale et internationale, et de bâtir l'avenir de notre ville par des projets locomotifs et durables. Je pensais sincèrement assister à une surprise...

20h23 : Les résultats préliminaires

Dès le dépouillement du vote par anticipation, j'ai compris que la soirée serait longue ; quelle serait interminable pour les réformistes, pour les intègres, pour tous les Montréalais qui espéraient un vent de changement. Je l'avoue en toute humilité, j'ai été naïf... Oui, je n'ai pas peur de l'admettre, j'ai définitivement fait preuve d'une sotte naïveté... J'en ai mal au cœur.

21h00 : Si la tendance se maintient...

Environ une heure après la fermeture des bureaux de vote, Denis Coderre devenait le nouveau maire de la métropole québécoise. Immédiatement, j'ai eu honte de moi, j'ai eu honte d'être Montréalais... Oui, j'ai l'impression d'être un extraterrestre... J'ai le goût de vomir. J'ouvre la fenêtre et je m'époumone : « Montréal, tu es laide ! ». Mon voisin, sortant de sa voiture, se retourne et me regarde l'air ébahi ; il me fait un doigt d'honneur. Il doit avoir voté pour Coderre...

Le billet se poursuit après la galerie

Jour de vote à Montréal


22h47 : Mon bilan

Avec ces résultats décevants pour les Montréalais, j'ai compris que les gens n'avaient pas pris le temps de lire les différents programmes, qu'ils n'avaient manifestement pas réfléchi à l'importance de leur vote ; en somme, j'ai compris qu'ils avaient voté pour le sac de chips au lieu d'y aller avec le choix santé ou encore le repas gastronomique, mais un peu cher. Oui, le sac de chips est toujours alléchant, mais quand ça fait 10 ans que tu en manges, à un moment donné, il faut te nourrir d'autres choses ... À la longue, les Doritos, ça tombe sur le cœur, pis en plus ce n'est pas trop bon pour la santé.

C'est triste, les citoyens de l'île - les mêmes qui critiquent depuis déjà longtemps la politique politicienne et qui ont dénoncé les agissements des Tremblay, Zampino, Applebaum, Alouettes - se sont assurés de perpétuer les vieilles méthodes, la vieille mentalité, la vieille politique... Comme on dit : Montréal a chialé, Montréal a voté, et rebelote. Montréal tu es définitivement laide !

Ce soir, j'ai compris ce que les Montréalais désirent... une grande gueule, une mascotte... Un suit vide qui serre des mains, qui lance des phrases creuses qui ne veulent absolument rien dire, mais qui paraissent rassurantes. Êtes-vous rassurés ce soir ? Moi, je suis alarmé ! Et les idées dans tout ça ? N'est-ce pas sensé être important ? À en croire la victoire de l'autre clown, je dis non. Pour être franc, je viens de comprendre que les idées, ça ne vaut pas de la marde ... Non, ça ne vaut pas grand-chose ; ce qui compte par exemple ce sont les faux préceptes du type « What you see, is what you get ! ». Concitoyens montréalais, nous sommes aujourd'hui les dindons de la farce ... Cette pantalonnade, odieuse bouffonnerie va perdurer quatre ans. Vous êtes fiers ? Je le répète, j'ai honte d'être Montréalais.

00H08 : Que dire de plus ?

Donc, si je souhaite résumer cette soirée, je peux affirmer sans l'ombre d'un doute que les Montréalais, en plus d'avoir été bernés, se sont royalement trompés. Mais bon, après tout, comme disait mon père : « On a les politiciens que l'on mérite ! ». Ainsi, vous avez voté comme une gang de jambon, bien vous avez maintenant un gros jambon qui trône à la tête de la ville.

Je suis exaspéré ; il est tard, je vais aller me coucher... en espérant que ça ne soit qu'un horrible cauchemar. D'ici là - vous aurez beau me faire un doigt, deux doigts, trois doigts d'honneurs - je persiste et signe : Montréal, tu es affreusement laide !

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les meilleurs tweets de la soirée électorale

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.