LES BLOGUES

Président Trump ou présidente Clinton: quelles conséquences pour nos entreprises ?

07/11/2016 10:18 EST | Actualisé 07/11/2016 10:19 EST

Donald Trump pourrait vraisemblablement être élu ce soir. Une présidence Trump transformera la perception qu'a le monde extérieur des États-Unis. Toutefois, il faut en relativiser l'impact économique.

Plusieurs organisations réputées, dont l'agence de notation Moody's, estiment qu'une présidence Trump aurait des répercussions négatives sur l'économie américaine, et ce même dans les scénarios les plus optimistes. En se fiant aux promesses du candidat, une administration Trump verrait une hausse des dépenses publiques attribuables à un maintien ou une croissance des transferts sociaux (Social Security, Medicare, Medicaid), malgré un désir d'éliminer Obamacare. Donald Trump a aussi promis de baisser les impôts. Les budgets de défense augmenteraient vraisemblablement tout comme les montants consacrés aux anciens combattants. Au chapitre du commerce international, l'aversion de Trump à l'ALENA et au Partenariat transpacifique risque de faire monter les prix de plusieurs biens de consommation et d'entraîner une hausse des coûts des entreprises américaines dont les intrants et les processus de production sont beaucoup plus mondialisés que ne le soupçonnent la plupart des Américains toutes allégeances confondues. Trump aurait un effet positif sur les industries de la défense et de l'énergie. Il est d'ailleurs très enthousiaste face au pipeline Keystone XL.

Les mêmes prévisionnistes voient une présidence Clinton d'un meilleur œil. En effet, d'aucuns croient que la présidente aurait un meilleur contrôle sur les dépenses publiques tout en permettant à une majorité d'Américains de continuer d'avoir accès à une assurance santé même si elle entreprenait éventuellement une réforme d'Obamacare. Une présidente Clinton risque d'introduire des taxes sur certains types de transactions financières en plus d'augmenter les impôts des Américains ayant un revenu supérieur à 250 000 dollars par an. Sur le plan du commerce international, une présidente Clinton restera de glace face à Keystone XL et sera certes plus libre-échangiste que son rival républicain, mais elle devra composer avec les pressions protectionnistes de sa gauche et du Parti républicain qui demeurera une force au Congrès.

Peu importe l'identité du prochain président, il faudra s'attendre à une résurgence des pressions protectionnistes chez nos voisins du Sud

Quelles sont alors les implications pour nos entreprises ? Une présidence Trump pourrait avoir un impact positif sur les firmes canadiennes qui ont des filiales américaines faisant affaire avec le gouvernement. Les entreprises canadiennes pourraient aussi bénéficier de possibles investissements en infrastructures et dans le secteur de l'énergie. Ces bénéfices seront toutefois rendus incertains en raison du protectionnisme dont risque de faire montre cette administration. Par exemple, advenant une renégociation de l'ALENA - un retrait étant peu probable en raison des importants coûts pour l'économie américaine - la carte maîtresse canadienne qu'est l'énergie n'est plus déterminante en raison notamment de l'exploitation américaine du pétrole de schiste qui place les États-Unis sur la voie de l'autosuffisance énergétique.

En conséquence, peu importe l'identité du prochain président, il faudra s'attendre à une résurgence des pressions protectionnistes chez nos voisins du Sud en plus d'une bonne dose d'incertitude politique. Nonobstant ces facteurs, les départements et agences des différents paliers gouvernementaux continueront d'opérer dans une logique de continuité. L'Amérique du Nord continuera de compter sur des réseaux logistiques et de production très intégrés, à l'image de ses infrastructures. Par ailleurs, les États-Unis demeureront un pays caractérisé par sa diversité. Pour se différencier, nos entreprises devront jouer la carte « locale » le plus possible en étant très actives auprès des autorités et des citoyens des états et des municipalités où se déroulent leurs activités commerciales.

En définitive, les Américains doivent choisir entre deux candidats impopulaires et polarisants. Leur choix aura un impact économique certain à moyen et long terme, mais le 9 novembre les frontières resteront ouvertes aux entreprises canadiennes.

LIRE AUSSI:

» Qui a fait ces promesses, Clinton ou Trump? (QUIZ)

» Comment fonctionne le mode de scrutin? (INFOGRAPHIE)

» Maths et États-clés des élections américaines

» Pour qui votent ces stars? (QUIZ)

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les présidents américains de l'histoire

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter