LES BLOGUES

Méfiez-vous de votre été!

10/07/2014 02:04 EDT | Actualisé 08/09/2014 05:12 EDT

La grande majorité des enfants, des ados, et même des adultes attendent impatiemment l'arrivée la saison de l'amour. Filles et garçons lâchent prise, tentent de nouvelles aventures, pratiquent leurs sports favoris et se rechargent en vitamine D.

Les jeunes, tout comme les adultes, arrivent facilement à omettre et à négliger les consignes de sécurité, et ce, malgré la prévention mise en avant par les acteurs associatifs et mesures gouvernementales.

Étant moi-même victime d'un accident estival, je ne peux que faire publiciser mon cas personnel pour conscientiser les jeunes et la société en générale au danger des blessures estivales. Une jeunesse consciente des dangers qui la guettent est un atout pour la société. Le savoir et la prévention valent cher.

Souvent, il s'agit d'un simple moment d'inattention qui peut mener à des conséquences irréversibles, à la grangrène de votre vie et surtout à un handicap permanent.

Lors de mes vacances d'été, il y a quelques années au Maroc, mes amis et moi avions décidé de passer une belle journée au bord de la mer. Ce jour-là, les astres étaient merveilleusement alignés pour nous en vue de passer des moments inoubliables.

En fin d'après-midi et après un long bain de soleil, une envie me prend de me rafraichir le corps. Étant enthousiaste et excité, je m'étais mis à courir pour rejoindre l'océan. Une fois dans l'eau, je procède à un plongeon banal, comme à mes habitudes... Le plongeon de trop!?!

Comme tout le monde, certains actes deviennent routiniers et la confiance aveugle en nos capacités nous rend vulnérables. Sans avoir préalablement saisi la profondeur, ne serait-ce que visuellement, mon plongeon était un peu aigu. C'est alors que ma tête percute le fond...

Sur le champ, je n'ai senti qu'un léger picotement au niveau de la nuque ... Enfin, je crois !!!

Ce qui est sûr et certain, je n'ai jamais senti l'impact, car j'ai été paralysé instantanément de la tête aux pieds. Incapable de bouger, je suis resté tête dans l'eau, sans respiration, pendant plusieurs minutes jusqu'à ce que mes amis suspectent un événement douteux. Car pendant les quelques minutes gisant dans l'eau, ils pensaient à une mise en scène de ma part ou une blague vaseuse...

Une fois secouru et transporté à l'hôpital, le diagnostic était évident. Fracture des vertèbres cervicales et lésion de la moelle épinière. Cette dernière étant compressée ou sectionnée, l'homme se voit privé de la vie. C'est grâce au mouvement que nous sommes vivants.

Grâce à notre gestuelle, nous pouvons exprimer nos sentiments. Nos gestes nous permettent de manger, boire, bouger, se laver, se raser, faire pipi, s'habiller, travailler, étudier, écrire, jouer, embrasser, jouir, dessiner ...

Après plusieurs semaines à l'hôpital, c'est le transfert à un institut de réadaptation physique qui ouvre le bal des épreuves épineuses et laborieuses. Il s'agit de réapprendre à vivre avec une nouvelle réalité, à ressaisir son corps et à accepter le statut de handicapé à temps plein.

Il est vrai qu'on ne peut mettre des panneaux partout pour prévenir les accidents estivaux, mais peut-être qu'en tant que société conscientisée, nous pourrions éduquer nos jeunes et organiser des formations scolaires et sportives dans les différentes stations balnéaires, stations de ski... Pour préciser que la nature (mer, lac, rivière, montagne...) n'est pas que bien-être et party.

Finalement, je vous énumère d'autres accidents estivaux à prendre en considération, selon vos loisirs:

- Noyades

- Coups de soleil (mélanomes)

- Chutes : le cyclisme, le patin à roulettes, la planche à roulettes et moto sur les routes ou sur une piste professionnelle.

- Sports nautiques : ski nautique, planche à voile, plongeon, bodyboard, Surf ...

- Parcs d'attractions

- Escalade

- Équitation

- ...

Préférez la sécurité aux regrets !

PS: Je tiens à saluer le travail impressionnant des infirmièr(e)s en traumatologie, des préposé(e)s aux bénéficiaires, des ergothérapeutes, des physiothérapeutes (amicalement les physio-terroriste) etc.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Bons plans d'été : six endroits méconnus pour décrocher complètement


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?