LES BLOGUES

Les chiites sont pires que les Juifs?

22/11/2014 09:12 EST | Actualisé 22/01/2015 05:12 EST

« Les chiites sont pires que les Juifs. Les Juifs, eux, ont au moins un livre [torah]. Mais les chiites, on ne sait pas quelle est leur religion. En Syrie, ils tuent nos frères sunnites et détruisent nos mosquées. Ils sont prêts à tuer [les sunnites] jusqu'au Golfe. Ce sont des infidèles, ce ne sont pas des musulmans, ce n'est pas vrai que le Coran est leur livre. Ce sont des menteurs. Ils disent une chose et en font une autre.»

En regardant cette entrevue de Fadel Chaker, un ancien crooner libanais devenu jihadiste auprès des terroristes et rebelles sunnites en Syrie, j'ai été offensé au plus haut point de ma dignité. Et pourtant, je ne suis pas de confession chiite. La tristesse est que je savais que je n'étais qu'à un simple clique de découvrir la grande haine envers les chiites, pourtant musulmans, par la branche conservatrice du sunnisme.

Le chiisme, brièvement, pour ceux qu'ils l'ignorent, est le 2e courant spirituel de l'Islam. Avant la mort du prophète Mahomet (632 apr. J.-C.), il harangue un long et sensationnel sermon, à son retour du pèlerinage à la Mecque, dans un lieu appelé Ghadir Khom. Dans cette harangue, le prophète Mohammad désigne l'imam Ali, son gendre et cousin, comme successeur légitime.

Malheureusement pour les musulmans, la classe dirigeante de l'époque choisit le compagnon du prophète Aboubakar Seddik, faisant fi du testament du prophète. Ce qui créé un schisme et un séisme dans la foi des musulmans et provoque la colère des partisans de l'imam Ali. Ce dernier finit, tout de même, par tolérer les 3 califes qui succéderont au prophète, malgré son intime conviction d'avoir été tassé pour des raisons idéologiques et politiques voire même théologiques. Il devient tout de même Calife, avant de se faire tuer. Cependant, le chiisme véritable ne prendra de l'élan qu'après le meurtre sordide de la famille du prophète et son petit-fils Hussein, lors du siège et la bataille de Kerbala.

L'islam chiite nait car les musulmans ne se sont point pardonnés d'avoir trahi la descendance du prophète et de n'avoir prêté allégeance politique et religieuse aux enfants descendants de l'imam Ali, qu'ils appelleront les imams d'Ahl bayt, c'est-à-dire l'imamat de la famille du prophète.

Les chiites ont donc le même Dieu, le même Coran, les mêmes traditions et peu de différences existent entre la majorité et la minorité chiites. Alors pourquoi cette haine ?

Cette hostilité n'est pas née de la dernière pluie.

Déjà à l'époque, quand Ali n'était qu'un simple Imam, adoré et soutenu par la grande masse musulmane, il faisait face à des campagnes de dénigrement de la part du Calife Omeyyade Moawiya et plus tard, de la part de son fils Yazid. Ces deux despotes et tyrans se servaient de leurs fortunes et de leurs positions politiques (propulsés par Othman, le 3e calife) pour obliger les imams des mosquées à maudire l'imam Ali et sa famille.

De quel droit religieux osaient-ils se prémunir ?

De quelle foi se ressourçaient-ils pour maudire l'homme le plus aimé les musulmans?

Malheureusement, le chanteur libanais devenu combattant de la mort, Fadel Chaker, n'est pas un cas unique. Ils sont des millions, issus du courant salafiste-wahhabite, à s'aligner sur cet axe.

Les exemples sont tellement abondants que je n'ose point les recenser, par peur de choquer le lectorat, mais vous flairez bien la puanteur ; même que leurs mécènes ne se gênent aucunement d'afficher leur animosité publiquement.

Muhammad Hussein Yaaqub est un célèbre sermonneur égyptien, du courant salafiste. Lors d'une de ses khotbas, il affirme clairement que l'ancien président Mohammed Morsi lui a confié que « les chiites sont plus dangereux pour l'islam que les Juifs ».

Lorsque ces prêcheurs, avec une telle notoriété, se permettent de véhiculer cette pensée, quelle graine plantent-ils dans l'esprit des musulmans ?

Ce cheikh n'est pas un cas unique, les savants politisés du courant salafiste-wahhabite tiennent ce discours infect, même pire.

Certains, comme le cheikh Salih Ibn Fawzan al-Fawzan, qui est un savant très connu en Arabie saoudite et membre du Comité permanent pour la recherche islamique et de la Fatwa, va jusqu'à affirmer que les chiites n'ont aucun lien de fraternité avec les autres musulmans.

Où est l'Islam des lumières? L'islam de la cohabitation et de la simplicité?

La propagande anti-chiite n'est pas récente, cependant, elle a pris un tournant inquiétant avec le printemps arabe, devenu hiver, en Syrie. Ne sachant comment faire monter la moutarde de la majorité sunnite contre la minorité alaouite (une branche hétérodoxe du chiisme), plusieurs cheikhs salafistes montent sur les tribunes médiatiques pour véhiculer des niaiseries, aussi timbrées que prévisibles.

Seulement, ces niaiseries inondent les réseaux sociaux, infectent les esprits et deviennent un obstacle à l'unification des musulmans. Ces prédicateurs ne sont pas autant islamophobes que les islamophobes de l'extrême droite?

Tous les chemins mènent vers Dieu, c'est la seule Vérité, seulement que nous devons réaliser que nous sommes tous des frères dans l'islam et dans l'humanité. Après, à chacun de nous la liberté de chercher Dieu là où bon lui plait.

En ce moment, les musulmans se doivent de revenir aux sources de cette religion et chercher ce qui les unissait, c'est-à-dire le message coranique. Ignorez ces prédicateurs de la mort, qui incitent le musulman à tuer un autre musulman au nom de la politique. Le vrai (seul) jihad est celui de la citoyenneté, du savoir et de la paix.... Le jihad n'a jamais été une excuse pour décimer son frère musulman. N'était-ce pas cela le message du prophète ?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Des vestiges de l'âge d'or Islamique

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter