Veronique Vincelli

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Veronique Vincelli
 

Qu'est-ce que la communication sexuelle et comment faire?

Publication: 15/03/2013 13:27

On entend souvent dire que la clé d'une relation de couple stable et durable, réside en la capacité des partenaires à communiquer. Certes, il est primordial d'avoir un cadre à travers lequel il est possible de parler ouvertement de ce qui vous tracasse au quotidien, de vos joies et de nos peines. Cependant, certains sujets peuvent être plus délicats à aborder. Or, comment faut-il s'y prendre pour parler de sexualité?

La communication sexuelle est la capacité de faire part de ses préférences sexuelles, d'exprimer ses désirs, ses demandes, ses limites et ses besoins correctement. Cette habileté permet aux partenaires d'arriver à se comprendre en acceptant les différences. La communication sexuelle permet de favoriser un certain équilibre dans les échanges. Les obstacles associés à une communication sexuelle saine sont nombreux. Il importe d'abord de comprendre l'importance que le contexte et l'environnement peuvent avoir sur la qualité de la communication entre les partenaires. En effet, ne pas se sentir suffisamment en sécurité pour exprimer ses difficultés personnelles ou encore, ne pas bénéficier d'une intimité significative, sont d'importants éléments pouvant faire en sorte de tuer la volonté de communiquer sa pensée. Une personne qui se sent menacée par les différences d'opinions, qui a peur de contrarier son partenaire, qui sous-entend l'autre, ou qui a tout simplement de la difficulté à exprimer ses sentiments, y pensera aussi peut-être deux fois avant d'entamer une conversation.

Heureusement, il existe différentes techniques pour en arriver à bâtir une communication sexuelle saine et responsable :

1. Préparer le terrain:
La toute première chose à faire est d'établir un climat propice au dialogue. En d'autres mots, cela consiste à créer des conditions favorables à l'échange en attendant le bon moment! Même si ça vous chicotte et que vous voulez absolument faire part de ce qui vous titille, dites-vous qu'il vaut toujours mieux attendre que le contexte soit en votre faveur (ex : en attendant que les enfants soient couchés, en évitant d'entamer la conversation lorsque l'autre est fatigué ou stressé, etc.) afin que la conversation puisse être réellement bénéfique.

2. Y aller en douceur :
Il est essentiel d'aborder le problème graduellement et mettant l'autre «en contexte». Plutôt que d'entrer dans le vif du sujet trop brusquement, optez d'abord par des discussions sur un sujet neutre qui vous permettront de vous diriger vers l'élément que vous aimeriez aborder. Même si c'est bien clair pour vous, rappelez-vous que votre partenaire ne sait pas systématiquement ce qui se passe dans votre tête! Prenez donc le temps de bien choisir vos mots, tout en veillant à passer de l'abstrait au concret.

3 Écouter activement :
Recevoir le message, le comprendre, l'évaluer et y réagir par la suite; voilà la formule gagnante. L'écoute active permet d'exprimer à l'autre que vous acceptez ses pensées. Cette attitude permet également à la personne qui s'exprime d'approfondir, voire de verbaliser ses sentiments librement, en lui faisant comprendre que vous n'êtes pas indifférents à ses propos. Vous pouvez aussi manifester votre écoute par des commentaires empathiques (ex : «oui, je comprends ce que tu veux dire»).

4. Utiliser un langage non verbal positif:
Votre corps parle à votre place. Lorsque l'autre s'exprime, il est important de manifester votre attention grâce à un langage non verbal approprié; en décroisant les bras pour s'ouvrir à l'autre et démontrer une réceptivité, en évitant de froncer les sourcils ou de serrer la mâchoire, etc. Pendant les échanges, veillez à maintenir un contact visuel. Les yeux expriment très bien les sentiments!

5. Parler de manière concise et honnête :
Il est important de rester clair dans ses idées. Évitez de tourner autour du pot ou d'être imprécis. Clarifiez l'objectif de la discussion dès le départ (après avoir attendu le bon moment et d'avoir abordé le sujet tranquillement, bien évidemment!) Afin d'éviter les ambigüités, utiliser la technique de la reformulation (reformuler les propos de l'autre dans ses propres mots) de temps à autre peut être efficace. Interrogez votre partenaire afin de savoir si ce qui a été dit à été compris de la bonne façon. De cette manière, vous vous assurez d'être sur la même longueur d'onde!

6. Parler au «je» :
Parler à la première personne c'est aussi faire comprendre à l'autre que «je» mérite que mes besoins soient satisfaits, tout en évitant d'entrer dans la confrontation, les accusations et les reproches; «la prochaine fois que l'on fait l'amour, j'aimerais que tu me surprennes en essayant quelque chose de nouveau».

7. Découvrir les besoins de l'autre :
Par des questions ouvertes qui permettent de mieux approfondir certains éléments; «pourrais-tu me dire ce qui t'allumerais lors des préliminaires?» Par des questions fermées qui aident à obtenir des réponses claires par un oui ou un non; «aimes-tu quand je te caresse de cette façon?» Ou par des questions optionnelles qui proposent un choix; «aimerais-tu mieux aller au- dessus, ou aimerais-tu que j'y aille?»

Bien que certaines problématiques plus complexes nécessitent d'aller consulter un(e) sexologue, sachez que les bienfaits associés au fait d'adopter une communication sexuelle saine au quotidien sont nombreux. Développer cette habileté permet entre autres :

• D'augmenter la capacité de séduction et d'érotisme au sein du couple.
• De se poser avec fierté dans sa féminité ou masculinité.
• De résoudre les conflits et d'éliminer les tensions.
• D'évacuer le stress qui peut en arriver à «user» les partenaires.
• D'en arriver à préciser les besoins sexuels.
• De se dévoiler à l'autre.
• De renforcer le couple face à des situations difficiles.

Alors, prêt(e) pour en finir avec les non-dits?

 

Suivre Veronique Vincelli sur Twitter: www.twitter.com/verovincelli

Suivre Le HuffPost Québec