RECEVEZ LES NOUVELLES DE Thomas Villeneuve
 
RECEVEZ LES NOUVELLES DE Victor Mustar
 

Le Design Thinking, pour innover au-delà de la technologie!

Publication: 20/04/2013 11:14

Thomas Villeneuve & Victor Mustar chez Helixa, cabinet de conseil en stratégie et innovation.

L'entreprise doit aujourd'hui changer de siècle. Face à une crise de toute évidence structurelle et de nouvelles règles du jeu dictées par le monde connecté, elle est en pleine transition des modèles. L'innovation est son principal outil, la réduction des coûts n'étant pas une solution. Mais la conception de l'innovation a changé. L'innovation ne se limite plus simplement à la technologie, elle concerne les services, les business models, les manières de communiquer, de distribuer, de vendre... Comme l'illustre si bien Apple. Les processus d'innovation ne sont plus ceux des années 1990. L'intégration des utilisateurs dès la conception des produits et services, le crowdsourcing, l'open innovation, la nécessité de rejoindre ou construire un écosystème autour de sa proposition de valeur... sont autant de pratiques qui obligent les entreprises à renouveler leur façon d'innover. Passer d'un accent mis sur la R&D et la technologie à un recentrage sur l'utilisateur, ses problèmes, ses besoins, ses aspirations, ... est devenu une nécessité pour la grande entreprise comme pour la start-up. Cette prise en compte des usages, des utilisateurs, des problèmes à résoudre... correspond exactement à la pratique quotidienne du designer. 

Durant les dernières décennies, les designers ont multiplié les projets, dans le même mouvement ils ont transformé leur discipline. Cette dernière, souvent perçue comme une démarche artistique destinée à donner une forme, à fabriquer un objet, à créer un style... a largement élargi son champ d'action. Le designer et son approche des problèmes - le design thinking - s'attaque aujourd'hui à des enjeux plus larges et complexes que la recherche de nouveaux produits : la lutte contre les maladies nosocomiales, la banque de demain, la distribution d'eau dans le tiers monde, de nouvelles méthodes pédagogiques... le design thinking cherche à apporter des solutions inédites qui concernent tant de nouveaux assemblages produit/service pour répondre à des besoins que des idées originales pour résoudre des problèmes de société. En s'appuyant sur les compétences acquises et développées par les designers, le design thinking apporte des solutions innovantes à des problèmes variés.

Comment définir le design thinking ?

Pour Tim Brown, le CEO d'IDEO, qui se revendique complètement du design thinking : «Design thinking is a human-centered approach to innovation that draws from the designer's toolkit to integrate the needs of people, the possibilities of technology, and the requirements for business success».

IDEO est une entreprise internationale de design fondée dans la Silicon Valley employant près de 600 personnes avec des bureaux dans de nombreuses capitales. L'entreprise, connue pour avoir développé la première souris d'Apple ou le Palm V a travaillé sur des milliers de projets dans des secteurs variés. Pour ses dirigeants, le design thinking transforme la façon dont les organisations développent leurs produits, leurs services, leurs processus et leurs stratégies. À chaque fois, il s'agit de conjuguer harmonieusement ce qui est désirable du point de vue du consommateur avec ce qui est techniquement faisable et économiquement viable.

Comment implanter le design thinking dans une organisation ?

Le design thinking a pour objectif de faire émerger les besoins ou problèmes profonds des utilisateurs. Les entreprises qui souhaitent l'implanter doivent centrer leur stratégie sur l'utilisateur. Le design thinking aura en effet du mal à être intégré dans une organisation qui fonctionne de manière traditionnelle. La démarche centrée sur l'utilisateur bouleverse les organisations. Elle leur demande de repenser leur relation avec les clients. Ainsi pour déployer une solution, l'entreprise ne cherche plus à convaincre l'utilisateur d'acheter son produit, elle cherche plutôt à créer un produit qui répond à de vrais problèmes. 

Le design thinking, en mettant à la disposition de ceux qui ne sont pas designers des outils créatifs du design permet de répondre à un large spectre de problématiques. Si le design thinking veut importer l'approche des designers au sein de l'entreprise, c'est parce que les méthodes et la sensibilité du designer peuvent aujourd'hui répondre aux questions qui se posent en son sein. Le design thinking combine la créativité, la génération d'idée nouvelles, la pensée visuelle, le storytelling, la rationalité financière, la désirabilité, autour d'un processus d'allers et retours entre ces activités. Son processus n'est pas linéaire: il est fait de feed-backs incessants. Les designers prennent aujourd'hui des décisions stratégiques au sein des organisations, et le design thinking est une vraie opportunité pour cela. 

Le monde de l'entreprise doit donc apprendre du design et réciproquement. Comme le dit Roger Martin, doyen de la Rotman school of Management: «Les acteurs du monde de l'entreprise n'ont pas seulement besoin de mieux comprendre les designers; ils doivent eux-mêmes devenir designers ».
Last but not least, une des forces du design thinking est qu'il engage généralement des budgets inférieurs avec un retour sur investissement extrêmement élevé car les idées produites ou co-produites avec l'entreprise cliente sont en général puissantes.
 
Que pensent les designers de cette nouvelle approche ?

Ils sont souvent effrayés à l'idée que leur discipline puisse se réduire à une méthodologie, un processus. Mais le design thinking ne remplace pas le travail des designers, il ne permet pas de formaliser un produit ou un packaging car il n'apporte ni la technique ni l'expérience nécessaire. Au contraire le design thinking doit plutôt être perçu par les designers comme une forme de reconnaissance des opportunités incroyables offertes par le design. Le designer est en effet souvent réduit à una produit fini, tout le processus de réflexion étant passé à la trappe. Hors en proposant aux non-designers une approche basée sur une méthode de réflexion précise et à la portée de tous, la facette systémique du design se trouve révélée en même temps que la puissance des résultats le valorise.

VOIR AUSSI

Loading Slideshow...
  • Les claviers d'ordinateurs

    Les claviers peuvent être de véritables nids à bactéries si vous ne les nettoyez pas régulièrement. Des microbiologistes ont découvert qu'ils pouvaient contenir <a href="http://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-claviers-d-ordinateurs-nids-a-bacteries_472524.html">jusqu'à cinq fois plus de bactéries qu'un siège de toilettes</a>, notamment la très dangereuse Escherichia Coli et certaines bactéries coliformes.

  • Le travail sédentaire

    Demeurer assis pendant longtemps est <a href="http://www.lexpress.fr/emploi-carriere/emploi/travailler-assis-reduit-l-esperance-de-vie_993365.html">terrible pour le corps humain</a>. Les maux de dos en sont les premiers symptômes mais la position assise expose surtout à un risque plus élevé de <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2012/10/18/etude-rester-assis-augmente-risque-diabete-maladies-cardiovasculaires_n_1980307.html">troubles musculosquelettiques (TMS), , à l'obésité, au diabète, à certains cancers ainsi qu'à des maladies cardiaques.</a>

  • Les mauvaises postures au bureau

    Si votre travail exige que vous soyez assis la plupart du temps, il est préférable que vous demandiez <a href="http://www.huffingtonpost.com/2012/03/01/8-ways-to-prevent-your-office-from-killing-you_n_1305274.html#slide=735634"> un appareil spécial</a> vous permettant de redresser votre mauvaise posture. Dans le cas contraire, vous vous exposez à tout un lot de maux chroniques et d'affections de longue durée comme l'arthrite.

  • Les entretiens de motivation

    Pour motiver et stimuler leurs employés, les entreprises ont coutume d'organiser des séminaires et réunions où règnent la "positive attitude". Mais<a href="http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,1910979,00.html"> la recherche</a> a mis en évidence que forcer les salariés à être positifs vis à vis de quelque chose qu'ils ne ressentent pas forcément ainsi pouvait les rendre déprimés.

  • La mauvaise qualité de l'air de votre lieu de travail

    On l'appelle le <a href="http://www.rts.ch/emissions/36-9/1003499-le-syndrome-du-batiment-malsain.html">"syndrome des bâtiments malsains"</a>. L'air à l'intérieur d'un bâtiment peut être jusqu'à 100 fois plus sale qu'à l'extérieur et vous exposer à toute une variété de gaz toxiques et de produits chimiques. Par exemple, les polluants émanant de l'air conditionné.

  • La surexposition aux imprimantes et aux photocopieuses

    Les photocopieuses sont une source d'ozone potentiellement mortelle si leurs filtres ne sont pas changés régulièrement. Même de petites quantités peuvent causer des douleurs à la poitrine et des irritations. Quant aux imprimantes laser, elles peuvent <a href="http://www.time.com/time/health/article/0,8599,1650602,00.html">troubler la circulation sanguine</a> et causer des maladies pulmonaires.

  • Passer trop de temps sur un ordinateur portable trop chaud

    Soyez prudents si vous travaillez sur un ordinateur portable. A fortiori si vous êtes un homme. Posé sur les cuisses, en position assise, la température des bourses augmente de façon significative, exposant ainsi les hommes à une diminution de leur fertilité.

  • Travailler plus de 10 heures par jour

    <a href="http://eurheartj.oxfordjournals.org/content/early/2010/05/04/eurheartj.ehq124.abstract">Des chercheurs européens</a> ont constaté que les personnes qui travaillaient dix heures ou plus chaque jour avaient 60% de chances en plus d'être victimes de problèmes cardiovasculaires.

  • Le face-à-face avec l'écran

    Regarder un écran d'ordinateur trop longtemps <a href="http://www.helium.com/items/914500-how-staring-at-a-computer-all-day-can-affect-your-eyes">peut nuire à votre vision</a>. Si de nombreux effets sont temporaires, cela peut provoquer des migraines récurrentes.

  • L'exposition à la lumière artificielle

    Une trop grande exposition à la lumière non naturelle peut causer des problèmes plus graves que de simples maux de tête. Les travailleurs nocturnes notamment, peuvent facilement souffrir d'un dérèglement de leur horloge interne et être victimes de problèmes de vigilance.

  • L'ennui

    L'ennui peut raccourcir votre vie. Une étude du Collège Universitaire de Londres a montré que les personnes qui déclarent s'ennuyer au travail sont davantage susceptibles de mourir jeunes. Quant à ceux qui signalent des niveaux élevés d'ennui, ils sont plus susceptibles de mourir d'une maladie cardiaque ou d'un AVC. L'ennui engendre également un risque plus prononcé d'accidents du travail.

  • Les germes dans les endroits très fréquentés

    Le clavier n'est pas la seule source de bactéries au bureau. Les poignets de porte, les robinets, les boutons d'ascenseurs, les imprimantes et...les poignées de main sont des sources toutes aussi fécondes en bactéries. Un conseil, <a href="http://www.topsante.com/sante-au-quotidien/Actus/Sante-au-bureau-Les-hommes-plus-sales-que-les-femmes">méfiez-vous des hommes.</a>

  • Le syndrome du canal carpien

    C'est l'une des maladies les plus fréquentes chez les personnes dont le travail les pousse à utiliser un clavier d'ordinateur et une souris durant de longues périodes. Le SCC correspond à une compression du nerf médian situé dans la paume de la main. C'est lui qui assure la sensibilité du pouce, de l'index et du majeur. Il se manifeste par des fourmillements et peut aller jusqu'à une paralysie de la main. Pour l'éviter, il convient de changer de position et d'alterner les mouvements d'une main à l'autre autant que possible tout en n'omettant pas de reposer régulièrement ses mains et ses poignets.

  • Les délais à respecter

    Le stress engendré par des délais trop serrés à respecter<a href="http://him.uk.msn.com/health-and-fitness/articles.aspx?cp-documentid=157291122"> peut affecter votre mémoire</a>. Ce genre de stress ponctuel peut également s'avérer aussi néfaste que le stress chronique. Heureusement il existe <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2012/09/14/7-trucs-et-astuces-diminuer-stress-angoisse-bureau_n_1883225.html">quelques astuces</a> pour l'éviter.

  • Garder la main sur la souris sans changer de position

    Conserver la même position toute la journée peut causer<a href="http://him.uk.msn.com/health-and-fitness/articles.aspx?cp-documentid=157291122"> des micro-traumatismes aux tendons</a> de la main.

  • L'excès de smartphone

    Les personnes qui utilisent trop souvent leur smartphone pour envoyer des messages et des mails sont sujettes à des fatigues musculaires et des micro-traumatismes comme le BlackBerry Thumb (l'emprise du BlackBerry).

  • Les mauvaises habitudes alimentaires

    Pas le temps, pas de cantine, pas envie de payer un restaurant, beaucoup de salariés déjeunent sur leur lieu de travail. Mais repas sur le pouce n'est pas souvent synonyme d'alimentation saine. Pourtant, éviter les fast food autant que possible est gage de bonne santé et peut permettre d'éviter bon nombre de tracas cardio vasculaires.

 
Suivre Le HuffPost Québec