LES BLOGUES

<em>Mon Petit Frère</em> à Cannes!

23/05/2014 12:02 EDT | Actualisé 23/07/2014 05:12 EDT

Par Rémi St-Michel, réalisateur

C'est quelques minutes avant de passer mon examen théorique de la SAAQ que mon ami et distributeur Alexandre Dostie me contacte et allume la première étincelle. Il me lit un courriel mentionnant Petit frère, un jury qui l'aurait trouvé très drôle et touchant et dont il ferait partie de la shortlist. «Quel festival tu penses que c'est?» me demande-t-il. Je n'en ai aucune idée, et comme la sélection officielle nous a déjà donné sa réponse, c'est pour moi sans grande surprise que je suis convaincu de ne pas me rendre à Cannes cette année. Mais quand mon chum Dostie prononce les mots «Semaine de la Critique»! J'ai beaucoup de difficulté à me concentrer sur les panneaux de signalisation.

Durant les quelques jours qui suivent, malgré toute la fierté et la joie que j'ai déjà à m'être rendu si loin, je ne peux m'empêcher de me sentir comme les hommes poilus de La Guerre du feu qui s'époumonent sur un tison dans la peur de le voir disparaître. Puis, un courriel ironiquement jugé comme indésirable enflamme définitivement la patente.

style="float: Nous voilà donc à Cannes, grâce au simple fait que notre film à su plaire aux trois bonnes personnes. Trois personnes derrière qui, se cache toute une équipe incroyable qui nous parle de nos films, de nos projets futurs, de cinéma, qui nous donnent enfin le sentiment d'être des créateurs à part entière. S'ajoute à cela un intérêt médiatique qui nous était encore complètement inconnu. Des entrevues, des textes, des photos, des questionnaires, qui nous amènent à parler de notre travail comme nous n'en avions jamais eu l'occasion. L'attention également de l'industrie cinématographique québécoise pour qui nous surgissons de nulle part, mais qui souhaite maintenant en savoir plus sur nous et peut-être même participer à nos prochains projets. Bref, une bonne dose d'encouragement qui semble venir de toute part pour nous dire de continuer, et que nos ambitions sont peut-être possibles finalement.

Je suis extrêmement heureux de pouvoir partager cette expérience avec plusieurs de mes collègues. Eric K. Boulianne qui est le scénariste et un des acteurs principaux du film, Étienne Galloy, le petit frère en question accompagné de sa maman Natasha Galloy, Jean-Sébastien Beaudoin Gagnon, coproducteur mais aussi beaucoup plus, Peter Venne, compositeur ainsi que Alexandre Dostie et Marie-Pier Lacroix Couture nos précieux distributeurs de chez Travelling. Tous ensemble, nous habitons un appartement minuscule, mais situé sur une terrasse d'où nous surplombons joyeusement la ville de Cannes.

Pour ce qui est du reste du festival, je dois avouer que je n'en ai vu que des bribes pour l'instant. Les processus pour voir des films sont relativement compliqués et demandent d'avoir beaucoup de temps pour faire la file, voir le film, écouter un Q&A de sorte que je n'ai pas pu aller en voir tellement. Je compte bien me reprendre dans le dernier weekend alors que la Semaine de la Critique sera terminée. Par contre, j'ai vu une véritable révélation pour moi, le film The Tribe de Myroslav Slaboshpytskiy qui se passe en Ukraine, mais surtout uniquement en langage des signes, sans sous-titres ni narration. Une immersion totale dans un monde complètement inconnu d'une violence troublante, mais dont on sent clairement le côté inéluctable.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les meilleures photos du Festival de Cannes 2014


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?