Steve Flanagan

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Steve Flanagan
 

Crédibilité des chefs: Aussant toujours le meneur, Marois s'accroche

Publication: 11/08/2012 10:17

Deuxième bulletin de campagne électorale pour les chefs des principaux partis politiques dans leur rôle de porte-parole, selon l'évaluation des facteurs de crédibilité. Jean-Martin Aussant garde la tête et Pauline Marois s'accroche. Malgré une bonne performance cette semaine, le chef de la Coalition avenir Québec, demeure encore, depuis le début de la campagne, le porte-parole le moins crédible.

Les résultats pour la période du 3 au 9 août 2012 :

Jean-Martin Aussant (Option nationale) 6,62

Françoise David (Québec solidaire) 6,52

Pauline Marois (Parti Québecois) 6,48

François Legault (Coalition avenir Québec) 6,37

Amir Khadir (Québec solidaire) 6,29

Jean Charest (Parti Libéral) 6,28

Les résultats depuis le début de la campagne :

Jean-Martin Aussant (Option nationale) 6,88


Pauline Marois (Parti Québécois) 6,74

Jean Charest (Parti Libéral) 6,63

Françoise David (Québec solidaire) 6,59

Amir Khadir (Québec solidaire) 6,50

François Legault (Coalition avenir Québec) 6,49

Jean-Martin Aussant ne sera pas premier ministre du Québec et risque de subir la défaite dans sa circonscription de Nicolet-Bécancour; mais il demeure le chef de parti le plus crédible dans son rôle de porte-parole, depuis le début de la campagne électorale. Malheureusement pour lui, s'il demeure le chef le plus charismatique, selon notre grille d'analyse, le peu d'attention médiatique dont il est l'objet rend sa performance à titre de porte-parole sans grande influence. Car pour être crédible il faut être cru. Et en campagne électorale il faut être cru par le plus grand nombre possible d'électeurs. Néanmoins, le chef d'Option nationale demeure un porte-parole dont le discours incarne le changement et demeure cohérent dans ses prises de position.

François Legault a connu une bonne semaine à titre de porte-parole de son parti. Il faut admettre qu'il a réussi, par le recrutement du Dr Gaétan Barrette et de Jacques Duchesneau, à obtenir une importante visibilité médiatique. Les thèmes de la corruption et la réduction du fardeau fiscal pour la classe moyenne ont trouvé écho dans la presse, de même que les déclarations/tractations du candidat Duchesneau, pour doper la présence du chef de la Coalition avenir Québec dans l'agenda médiatique. Les membres du comité d'évaluation ont globalement attribué à François Legault le meilleur pointage discrétionnaire de notre grille d'analyse.

Ceci dit, François Legault multiplie les malaises auprès des observateurs qui scrutent sa performance à titre de porte-parole de son parti. Il a peu de charisme et ses interventions dans les médias demeurent pénibles. Il est mal à l'aise et on se demande encore pourquoi il s'est vanté, en début de semaine, d'avoir maté dans le passé les pilotes d'Air Transat en les qualifiant de «gros égo»! Malgré tout, sur le facteur de l'expertise François Legault s'est démarqué de tous les autres candidats. François Legault devra aussi se méfier des nombreuses contradictions qui marquent son discours électoral. On peut affirmer que sur le point de vue de la crédibilité dans son rôle de porte-parole, le chef de la CAQ a surmonté son mauvais départ de campagne, mais traîne tout de même au dernier rang.

Pauline Marois est une porte-parole efficace qui tente depuis le début de la campagne de se montrer près des valeurs de la population et venant à la rencontre des gens. Elle est en contrôle d'elle-même, projette une belle assurance et chauffe François Legault cette semaine sur le facteur de l'expertise, qu'elle dominait la semaine dernière avec Jean Charest. Toutefois, ses prises de position sont ambigües. Elles manquent de clarté et de précision. Son entrevue avec Céline Galipeau, à la télévision de Radio-Canada, manquait de « punch » et de conviction. De façon générale, les membres du comité d'évaluation estiment que le contenu de ses messages est flou.

Françoise David termine au deuxième rang cette semaine au classement des porte-parole les plus crédibles de la campagne électorale. Elle domine d'ailleurs trois des dix facteurs de crédibilité d'un bon porte-parole : l'ouverture d'esprit, l'authenticité pour une deuxième semaine, et l'honnêteté pour une deuxième semaine également. Toujours aussi claire et transparente dans ses propos, la co-porte-parole de Québec solidaire n'est jamais complètement à l'aise dans les médias. Le contraste est frappant lorsqu'elle se retrouve avec Amir Khadir. Mais tout comme Jean-Martin Aussant, elle ne bénéficie pas d'une grande couverture médiatique.

Amir Khadir est toujours aussi sûr de lui, mais comme sa co-porte-parole de Québec solidaire, souffre du peu d'attention médiatique qu'on lui accorde. Il doit certainement remercier Gilles Duceppe pour lui avoir apporté un peu de lumière pour démontrer du respect et une ouverture d'esprit. Toujours aussi vif, Amir Khadir demeure calme depuis le début de la campagne électorale et a évité jusqu'ici, à titre de porte-parole, de faire un coup d'éclat. Il demeure un porte-parole authentique.

Jean Charest domine notre classement cette semaine sur les facteurs de l'aisance et de la clarté de son message. Pour le reste, le doute sur sa crédibilité à titre de porte-parole du Parti Libéral s'est installé. Les reportages et les allégations touchant son intégrité et toute l'attention médiatique autour du thème de la corruption et d'un arrêt de filature sont venus miner la crédibilité du chef Libéral. Subitement on se met à douter de sa transparence et ses messages manquent parfois d'exactitude. Il s'est néanmoins démarqué par son calme après la diffusion d'un reportage à l'émission Enquête mise à part une gauche-droite envers les journalistes de Radio-Canada. Ce n'était pas nécessairement une bonne idée. Enfin, si nous lui accordons beaucoup d'assurance, la perception négative qui l'entoure génère une perception d'arrogance. Quand on doute de l'authenticité, de la véracité et de l'honnêteté d'un porte-parole alors qu'il est efficace et confiant, on ne peut que lui attribuer de l'arrogance dans son style.

Méthodologie

Pour évaluer les porte-parole, un comité réunissant 23 personnes œuvrant dans les secteurs des communications et des relations publiques a été créé. Toutes ces personnes utilisent une grille d'analyse, développée en 2004 par notre collègue Stéphane Prud'Homme, mesurant les dix principaux facteurs de crédibilité des porte-parole. Les facteurs de crédibilité mesurés sont les suivants : Assurance et aisance, ouverture d'esprit, contrôle de soi, authenticité, expertise, véracité et cohérence du propos, charisme et proximité, clarté du message, honnêteté et intégrité, et finalement, le contenu du message et la qualité des arguments.

Nous accordons jusqu'à un total de dix points chacun par facteur de crédibilité. Nous nous accordons le privilège d'inscrire une note supplémentaire sur 10 pour notre appréciation personnelle de chacun des porte-parole. Pour déterminer la valeur de la performance de la semaine, nous additionnons l'ensemble des points pour les diviser, par la suite, par 11 (facteurs de crédibilité + évaluation personnelle).

Les membres du comité sont Steve Flanagan, Victor Henriquez, Alexandra Graveline, Valérie Verville, Anne-Marie Braconnier, Judith Goudreau, Erika Vaugeois, Jean Gosselin, Hélène Aubin, Catherine Orer, Sylvain Dubé, Stéphane Prud'Homme, Alain Contant, Yves Fréchette, Jean-Francois Dubé, Dennis Trudeau, Nathalie Boileau, Alexandre Patterson, Dany St-Jean, Caroline Pelletier, Katherine Boushel, Marie-Andrée Viens et Alexandrine Foulon.

Loading Slideshow...
  • Jean Charest - Parti libéral du Québec

    Né à Sherbrooke le 24 juin 1958 Marié, père de trois enfants Formation en droit. Admis au Barreau du Québec en 1981. Avant d'entrer en politique: pratique le droit à Sherbrooke Entrée en politique: en 1984, candidat pour le Parti progressiste-conservateur du Canada dans Sherbrooke. Élu député fédéral lors des élections générales à l'âge de 26 ans. <strong>Carrière politique: </strong> Au fédéral, il est nommé ministre d'État à la Jeunesse en 1986 à l'âge de 28 ans. Devient le plus jeune membre d'un cabinet fédéral. Il est ensuite ministre d'État à la Condition physique et au Sport amateur, leader adjoint du gouvernement, président du Comité parlementaire spécial pour le projet de résolution d'accompagnement à l'Accord du lac Meech, ministre de l'Environnement, ministre de l'Industrie et des Sciences, vice-premier ministre, candidat au leadership du Parti progressiste-conservateur du Canada en 1993, chef du Parti progressiste-conservateur, vice-président du Comité national des Québécois pour le Non pendant la campagne référendaire au Québec en 1995. Au plan provincial: il devient chef du Parti libéral du Québec en avril 1998 et chef de l'opposition officielle en décembre de la même année, il est assermenté comme premier ministre du Québec le 29 avril 2003, de nouveau le 18 avril 2007 et le 18 décembre 2008.

  • Pauline Marois - Parti québécois

    Née à Québec le 29 mars 1949 Mariée et mère de quatre enfants <strong>Formation</strong>: baccalauréat en service social, Université Laval et maîtrise en administration des affaires (MBA) aux HEC, Université de Montréal Avant d'entrer en politique: consultante budgétaire, responsable du service animation, coordonnatrice du cours en assistance sociale, directrice générale d'un CLSC, attachée de presse, consultante, directrice de cabinet, professeur à l'Université du Québec à Hull <strong>Carrière politique</strong>: députée de La Peltrie de 1981 à 1985, puis députée de Taillon de 1989 à 2006, puis députée de Charlevoix depuis 2007. Elle a été ministre d'État à la Condition féminine, de la Main-d'oeuvre et de la Sécurité du revenu, présidente du Conseil du trésor, ministre des Finances et ministre du Revenu, ministre responsable de la Famille, ministre de l'Éducation, ministre de la Famille et de l'Enfance, ministre d'État à la Santé et aux Services sociaux, ministre de la Recherche, de la Science et de la Technologie, ministre d'État à l'Économie et aux Finances, ministre de l'Industrie et du Commerce, vice-première ministre.

  • François Legault - Coalition avenir Québec

    Né à Sainte-Anne-de-Bellevue le 26 mai 1957 Marié, père de deux enfants <strong>Formation</strong>: baccalauréat en administration des affaires (comptabilité publique), MBA en finances des HECAvant la politique: directeur du marketing chez Québécair, cofondateur d'Air Transat en 1986, en devient le pdg jusqu'en 1997. Administrateur de sociétés comme Provigo, Culinar, Sico. Fellow de l'Ordre des comptables agréés du Québec. <strong>En politique</strong>: élu député péquiste de Rousseau en novembre 1998. Réélu en 2003, 2007 et 2008. Ministre de l'Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie, ministre d'État à l'Éducation et aux Jeunes, ministre de l'Éducation, ministre d'État à l'Éducation et l'Emploi, ministre d'État à la Santé et aux Services sociaux. En 2011, il fonde un nouveau parti, la Coalition avenir Québec.

  • Françoise David - Québec solidaire

    Née à Montréal en 1948 <strong>Formation</strong>: baccalauréat en service social (organisation communautaire) de l'Université de MontréalAvant la politique: travaille en service social dans le quartier centre-sud de Montréal, coordonnatrice du Regroupement des centres de femmes, présidente de la Fédération des femmes du Québec. Elle organise notamment la Marche des femmes contre la pauvreté «Du pain et des roses» et la Marche mondiale des femmes contre la pauvreté et la violence en 2000. <strong>En politique</strong>: porte-parole du mouvement Option citoyenne, puis porte-parole de Québec solidaire lors de sa création en 2006. Candidate pour Québec solidaire en 2007 et 2008 dans Gouin où elle termine deuxième.

  • Amir Khadir - Québec solidaire

    Né le 12 juin 1961 à Téhéran, en Iran. Immigre au Québec à l'âge de 10 ans. Marié et père de trois filles. <strong>Formation</strong>: baccalauréat en physique Université de Montréal, maîtrise en physique Université McGill, doctorat en médecine Université Laval, spécialité en microbiologie-infectiologie Université de MontréalCarrière avant la politique: médecin microbiologiste-infectiologue au Centre hospitalier Pierre-Le-Gardeur à Lachenaie. A fait partie de la Coalition des médecins pour la justice sociale, a fait des missions pour Médecins du monde en Irak, en Afghanistan et en Palestine. A présidé le conseil d'administration du SUCO. <strong>Carrière politique</strong>: candidat du Bloc québécois dans Outremont en 2000, candidat de l'Union des forces progressistes dans Mercier en 2003, premier député élu de Québec solidaire dans Mercier en 2008

  • Jean-Martin Aussant - Option nationale

    Né à Sorel-Tracy le 1er juin 1970 <strong>Formation</strong>: baccalauréat en administration des affaires et études en actuariat, Université Laval; maîtrise en sciences économiques, Université de Montréal; études au doctorat en analyse économique, Université Autonoma de Barcelone, Espagne. Avant d'entrer en politique: agent de recherche au CIRANO, vice-président Morgan Stanley Capital International, gestionnaire de portefeuille principal, Investissements PSP. <strong>Carrière politique</strong>: élu député de Nicolet-Yamaska aux élections générales du 8 décembre 2008 sous la bannière du Parti québécois. Porte-parole de l'opposition officielle pour les dossiers de développement économique, institutions financières, commerce international. Il quitte le Parti québécois en juin 2011, siège comme indépendant, puis annonce la création d'Option nationale.

  • Répartition des 125 sièges à la dissolution de l'Assemblée nationale

    Parti libéral du Québec (forme le gouvernement): 64 députés Parti québécois (forme l'opposition officielle): 47 députés Coalition avenir Québec: 9 députés Option nationale: 1 député Québec solidaire: 1 député Indépendants: 2 députés Circonscriptions vacantes: 1 (Bourassa-Sauvé) <strong>Résultats du scrutin du 8 décembre 2008</strong> Parti libéral du Québec: 1 366 046 votes (42,08 %) Parti québécois: 1 141 751 votes (35,17 %) Action démocratique/Équipe Mario Dumont: 531 358 votes (16,37 %) Québec solidaire: 122 618 votes (3,78 %) Taux de participation: 57,43 % ou 3 295 914 votes Bulletins valides: 3 246 333 ou 98,5 %

 
Suivre Le HuffPost Québec